Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

62 – Tiruvēkampam (Voir Planche XXXVI. Fig. 1)

Texte intégral

1Après le massacre de PaṇṭaN, le dieu de la couleur de la flamme (Civa) voulut recréer le monde. Il invita les maRai à se transformer en un manguier (Voir Planche XXXVI, Fig. 2) et s’installa au pied de cet arbre sous la forme d’un liṅkam resplendissant, à l’ouest de MayāNam. De la partie gauche de son corps, il fit sortir la déesse Ilalitai, laquelle, sur son ordre, créa respectivement le dieu à huit yeux (BrahmāN), le dieu aux yeux de lotus (Viṣṇu) et le dieu à l’œil frontal (Rudra), de ses yeux droit, gauche et frontal. Elle créa également les mondes, de ses autres organes. (st. 1-16)

2KamalattōN (Brahman), Māl et Aran, représentant respectivement les sons de Ka, A et Ma, saluèrent le dieu à la gorge noire (Civa) et le prièrent de rester pour toujours dans le liṇkam, au pied du manguier et demandèrent que la déesse Ilaḷitai les ayant créés de ses yeux, fût appelée Kāmakkaṇṇi. Le dieu acquiesca et tint le discours suivant : (st. 17-25)

3“Le manguier isolé que vous voyez ici est la forme que les Vedam ont prise sur mon ordre et moi-même j’ai assumé la forme de ce liṅkam et j’ai pris le nom d’ĒkampanātaN. Ce nom composé de cinq syllabes, constitue le “premier mantiram”, plus important que les cinq Piramamantiram. (st. 26-27)

4La Kāyattiri est plus importante que les maRai ; mais il y a ces autres mantiram dans l’ordre de supériorité croissante. Ce sont le añcamāmantiram, le āRiraṇṭeLuttu, le eṭṭeLuttu, le añceLuttu et le ēkāmpanātam. Ceux qui récitent ce dernier gagnent ma sympathie et obtiennent les avantages de toutes sortes. J’accorde la béatitude à ceux qui, convaincus de la gloire de ce mantiram, le chantent avec plaisir. (st. 28-33)

5Kāñci est une excellente ville. Ce nom lui a été dévolu pour différentes raisons.

6Ka signifie être suprême ou moi-même ; añci a le sens de “Vénérer”. Comme j’y suis vénéré, on l’appelle Kāñci, la “ville de la vénération de Ka”.

7Il y a aussi une autre interprétation. Kāñci indique l’ombilic des femmes. Comme cette ville est considérée être l’ombilic de la déesse de la Terre, elle a pris le nom de Kāñci. (st. 34-39)

8Le manguier qui se dresse sur le bord de la rivière Kampai, (Voir Planche XXXVII. Fig. 1) représente les Vedam ; les autres sciences, sous forme de la plante grimpante de jasmin, s’étendent sur lui. Kāmakkaṇṇi est à la tête de ces sciences et je suis le maître du manguier. Les maRai ne sont que des mots qui me reflètent. Comme il n’y a point de différence entre les mots et les choses qu’ils désignent, on ne peut faire aucune distinction entre moi et ce manguier. Bien que tous les noms s’appliquent à moi, j’aime beaucoup ceux de PavaN, Campu, Mayōpu, CaṅkaraN, MayakkaraN, CivaN, CivataraN et surtout ĒkāmparanātaN” (st. 40-44)

9Il continua : “L’eau est une de mes formes. Dans l’intérêt des êtres, elle coule ici en une rivière sous le sol, sans être aperçue, en prenant le nom de Kampai. Kam signifie “pureté”, “aliment” ou protection’. Cette rivière est pure, elle alimente et protège les êtres, d’où son nom. (st. 45-50)

10Les arbres et les plantes qui existent sur les rives de la Kampai sont des Uruttirar, tombés de leur monde, (st. 51)

11Ceux qui touchent l’eau de cette rivière deviennent des amarar (deva) dans leur vie future. Ceux qui la boivent obtiennent la félicité suprême, (st. 52)

12Je préfère donc Kāñci à Kāci (Banaras) et Kampai à Kaṅkai (Gange). (st. 53)

13La ville de Kāñci porte également les noms de PuvaNacāram, Mummūrttivācam, Viṇṭupuram, Kalicittu, Ilayacittu, Cakala citti, Tapōmayam, Piramapuram, Ātipīṭam, KaNNikāppu et Civapuram”. (st. 54-59)

14Après ce discours, les trois premiers êtres (Brahman, Visnu et Rudra) demandèrent à l’Etre Suprême (Civa) ce qu’ils devaient faire. (st. 60)

15“Vous m’adorerez à Kāñci, leur dit-il, en suivant les règles indiquées dans les maRai et vous accomplirez respectivement les fonctions de création, de conservation et de destruction”. (st. 61-64)

16Puis il continua : “Avant de créer les mondes, j’ai créé les maRai, en me trouvant dans ce liṅkam. A la demande de ces maRai, qui forment l’élément essentiel de la sagesse, je les porte sur moi-même, en guise de parures. Toutes les fois que je prends une forme quelconque, ils prennent en même temps eux aussi, une forme adéquate. C’est ainsi que quand je devins chasseur, ils se transformèrent en chiens. Maintenant que je suis un liṅkam, ils sont ici sous la forme de de ce manguier”. (65-81)

17Après avoir entendu ces explications, les trois dieux installèrent chacun un liṅkam et les adorèrent, (st. 82-85)

18La Déesse révéra le tout premier liṅkam. Ce liṅkam du dieu qui vit sur le lotus (Brahman) fut appelé Veḷḷakkampam, parce que son dévot le vénérait d’un cœur pur. Celui de MāyaN prit le nom de Kaḷḷakkampam, parce que le dieu conservateur le vénérait en vue de fasciner le monde. Et enfin, celui de UruttiraN fut dénommé Nallakampam, parce que ce dieu le vénérait en vue de son union avec l’Etre-Suprême, (st. 86-90) (Voir Planche XXXVII. Fig. 2, 3 et 4)

19Plus tard, à la demande de son épouse, le dieu orné de la lune consentit à demeurer avec elle à Kāñci. Mais il lui dit : “Ceux qui me vénèrent te vénèrent également. Donc, nous nous trouverons sous forme de Pañcapiramam dans les cinq liṅkam importants de ce lieu, qui sont Nallakampam, Veḷḷakkampam, Kaḷḷakkampam, MayāNam et Vālīccaram”. (st. 91-102)

20La déesse ne connaissant pas l’histoire de Vālīccaram, demanda à son époux de la lui raconter. Il exposa :

21En vue de permettre aux Cittar d’accomplir leurs devoirs religieux, surgit le Vāyuliṅkam “liṅkam de vent, à l’est de MayāNam. Vāli, le singe guerrier, adora ce liṅkam et obtint de moi le don d’acquérir et d’absorber la moitié de la force de ceux qui partent en guerre contre lui et d’être roi des singes. (st. 103-106)

22Voici l’histoire de Vāli :

23Une fois AruṇaN, conducteur du char du Soleil, alla, à la cour du roi des célestes, assister à la danse des filles célestes. Ne trouvant plus de place, il assuma la forme d’une jeune fille et alla se mettre dans le groupe des femmes. Kulicapputtēḷ (IntiraN) s’est épris de cette jeune fille. De leur union naquit Vāli. (st. 107-112)

24Plus tard de l’union du Soleil avec la même fille naquit CukkirīvaN (st. 113-116)

***

25Vāli voulut transporter à sa ville le Vāyuliṅkam. Il essaya de l’enlever, mais ses bras n’étaient pas assez forts. Il enroula alors sa queue autour du liṅkam et, de toute sa force, le tira pour le faire sortir du sol. Le liṅkam resta immobile, mais la queue de Vāli se rompit. Il poussa donc des cris de détresse et implora ma clémence. Je sortis alors du liṅkam et lui dis que je ne quitterais plus Kāñci (st. 117-119)

26Vāli abandonna son projet et rentra chez lui et le liṅkam fut appelé depuis ce jour Vālīcam. (st. 120-121)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search