Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

61 – KaccimayāNam (Voir Planche XXXV. Fig. 2)

Texte intégral

1Après un Kalpa du nom de NāNmukaN (Brahmakalpa), les êtres étant recréés, commencèrent à se développer et se multiplier, (st. 1-2)

2A cette époque un acura du nom de PaṇṭaN fit une pénitence pour obtenir la grâce de PaṅkayaN (Brahman). Celui-ci apparut devant lui. PaṇṭaN lui demanda d’accorder le don de pénétrer dans le corps de tous les êtres vivants, sans que ceux-ci s’en rendent compte, et d’absorber toute leur vigueur. MuṇṭakaN (Brahman) lui donna satisfaction, (st. 3)

3PaṇṭaN mit à éxécution son dessein. Les êtres pâlirent et commencèrent à dépérir. AccutaN et ViriñcaN, ainsi que les deva, ne purent échapper à l’influence de PaṇṭaN. Ils se rendirent alors au mont Kayilai et exposèrent leurs doléances à CivapirāN sans pouvoir connaître la cause de leur état désolant, (st. 4-10)

4Le Maître leur expliqua à quoi était due leur souffrance et, sur leur insistance, il leur donna un conseil pour se soulager de leur peine, (st. 4-11)

5Allez tous à Kāñci où nous ferons un sacrifice, dit-il, jetez-vous dans e feu du sacrifice afin que vos corps servent d’oblation. Vous en sortirez plus tard, indemnes du mal qui vous ronge”, (st. 12)

6Cela dit, CivapiraN se rendit avec son épouse à Kāñci. Il creusa te son doigt une fosse et la remplit de beurre. Il procéda ensuite au sacrifice, en prenant la forme d’une épaisse flamme de feu. Il saisit un à un tous les êtres et les jeta dans la fosse où brûlait le feu du sacrifice. Par la grâce divine, ceux-ci restèrent sans souffrance, comme dans l’état de sommeil, leur corps étant consumé par le feu. (st. 13-17)

7Au fur et à mesure que les êtres étaient jetés dans la fosse, PantācuraN se vit obligé de les quitter et, à la fin du compte, il fut réduit à ses propres forme et force Le dieu à la forme de flamme (Civa) le saisit alors et le jeta lui aussi dans le feu. (st. 18)

8L’épaisse flamme, principal élément du sacrifice, prit la forme d’un liṅkam qui fut appelé MayāNaliṅkam. (st. 19-20)

9La fosse du sacrifice se transforma en un étang qui prit le nom de Civakaṅkai. (st. 21-22)

10L’endroit où se déroula cette scène fut nommé MayāNam, “le lieu de crémation”, (st. 23)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search