Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

60 – Ananta paRpanāpēcam

Texte intégral

1Un jour, sur le mont Kayilai, le dieu et la déesse (Civa et Umā) se livrèrent au jeu de dés, pour se divertir. TuḷavōN (Viṣṇu) se trouvait présent. Ils le prirent comme arbitre. (st. 1-3)

2PiññakaN (Civa) ayant perdu, la déesse lui dit qu’elle l’avait vaincu. Mais PiññakaN soutint le contraire. Tous les deux eurent alors recours à MāyōN (Viṣṇu). Celui-ci, pour plaire au Maître (Civa), jeta un regard entendu vers lui et déclara faussement qu’il avait gagné. (st. 4-5)

3La déesse devint furieuse et lança une imprécation contre MāyōN, en disant qu’il prendrait la forme d’un serpent. (st. 6)

4Il se transforma immédiatement en un serpent. Terrifié, il implora la clémence de la déesse et lui demanda de lui indiquer le moyen d’échapper aux effets de sa malédiction, (st. 7)

5Elle s’attendrit alors et lui dit : “Sache que le liṅkam est la forme de mon époux CivapirāN, son socle étant a mienne. Va donc à Kāñci. Erige là un liṅkam et adore-le. Tu seras quitte de ma malédiction ; mais en sus de tes divers noms, tu en prendras un autre, tu seras aussi appelé ANantapaRpanāpaN (Padmanābha au serpent).

6ANantapaRpanāpaN suivit ce conseil et reprit sa forme primitive.

7Le liṅkam par lui installé, fut appelé ANanta PaRpanāpam. (st. 8-10)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search