Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

59 – MācāttaNRaḷi

Texte intégral

1Lorsque les deva et les acura barattèrent l’océan de lait, la liqueur d’immortalité, l’ambroisie, en jaillit. Les deux clans émirent des droits sur cette liqueur et se battirent pour sa possession. Les acura sortirent victorieux. (st. 1-3)

2Cela ne plut pas au dieu de la couleur de nuage (Viṣṇu) qui se métamorphosa en une femme séduisante et fascina les acura. Ces derniers lui remirent le vase qui contenait l’ambroisie. Il invita alors les deva et les acura à se tenir en rang. Il leur dit qu’il distribuerait le produit du barattage, à son gré. Cette proposition fut acceptée par les deux clans, (st, 4-7)

3Quand Mal (Viṣṇu) commença la distribution, les acura se mirent à admirer ses charmes d’un regard fixe. En profitant de cette circonstance, le distributeur attribua toute la quantité de l’ambroisie aux deva. (st. 8-18)

4Un acura du nom de Irāku, plus vigilant que les autres, s’en rendit compte. Il prit la forme d’un deva et se mit dans le rang des deva. ĀLiyāN (Viṣṇu) s’en aperçut et quand il arriva devant lui, il lui cassa la tête en lui portant un coup violent avec la cuiller qu’il avait à la main, Il continua ensuite la distribution et rentra dans son domaine, après avoir bu lui-même le reste de l’ambroisie. (st. 19-20)

5Le dieu aux cheveux longs et tressés (Civa) qui était au courant de tous ces faits, demanda à MāyaN, un jour que celui-ci était allé le saluer, de lui faire voir la forme de femme séduisante qu’il avait prise apres e barattement de l’océan de lait. Il obéit. L’apparence de sa nouvelle forme excita la passion du vainqueur de Vēḷ (Civa) qui embrassa ; ce qui donna lieu à la naissance de CāttaN. (st. 21-23)

6Sur l’ordre de son père, CāttaN alla à Kāñci, y installa un liṅkam qu’il adora. Le maître de maRai (Civa) apparut devant lui et le rendit chef des pūtam.

7Le liṅkam de CāttaN prit le nom de MācāttaNRaḷi. (st. 24-34)

***

8Au nord de MācāttaNRaḷi, une confidente de Malaimakaḷ (Umā), la nommée Maṅkalai, installa un liṅkam du nom de MañkalēcaN. Elle fit en outre construire un maṇṭapam devant ce liṅkam et creuser un étang auquel elle donna le nom de Maṅkaḷatīrttam. (st. 35)

***

9Le fils de TacarataN (IrāmaN), pour expier le crime qu’il avait commis en tuant un arakkaN (IrāvaṇaN), alla à Kāñci, érigea un liṅkam qu’il adora. Ce fut Irāmanātam (ou Irāmanātēccuram). (st. 36) (Voir Planche XXXIV. Fig. 3)

***

10Lorsque IrākavaN (IrāmaN) fit la guerre au roi d’Ilaṅkai (IrāvanaN), VācavaN (IntiraN) envoya son conducteur de char chez IrākavaN, pour diriger le char de ce dernier, dans le champ de bataille. Après la victoire d’IrāmaN, le conducteur, qui s’appelait Mātali, alla avec le vainqueur à Kāñci et adora un Civaliṅkam qu’il érigea au nord d’Irāmanātam. Ce Civaliṅkam fut appelé Mātalīccaram. (st. 37) (Voir Planche XXXV. Fig. 1)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search