Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

57 – Kaṇṇēcam

Texte intégral

1Le dieu qui dort sur le serpent (Viṣṇu) se dessécha par l’effet brûlant du poison sorti de l’océan de lait lorsque celui-ci fut baratté par les acura et les deva. Il alla à Kāñci et adora celui qui avait absorbé ce poison (Civa), en vue d’écarter sa souffrance. Il installa à cet effet un liṅkam qui prit le nom de Kaṇṇaliṇkam. (st. 1-3)

2CaṅkaraN (Civa) fit son apparition. Il conseilla à MāyōN (Viṣṇu) d’aller à son sanctuaire d’Ēkampaliṅkam (Tiruvēkampam) et de rester près du croissant de lune qui ornait sa chevelure. (st. 3-8)

3MāyaN (Viṣṇu) suivit ce conseil et se guérit du mal dont il souffrait. Il fut appelé pour cette raison Nilāttuṇṭamāl “Viṣṇu au croissant de Lune”. (st. 9)

4Le temple de Kaṇṇaliṅkam érigé par lui, prit le nom de Kaṇṇēcam, “Du Seigneur de Kṛṣṇa’’. (st 10)

***

5Il existe à Kāñci un temple de CaṅkaraN (Civa), appelé Kavucikēccaram. (Voir Planche XXXII. Fig. 3). La femme Kavuciki, qui est née de la teinte noire dont se débarrassa la fille des montagnes (Umā), y adora CaṅkaraN. (st. 11)

***

6Il existe un autre temple à Kāñci, près de l’étang Ulakāṇittaṭam, portant le nom de Mākāḷēcam. Un serpent du nom de MākālaN révéra le dieu porteur du croissant de lune (Civa) à Kayilai du sud (Kāḷatti) en vue d’avoir la félicité suprême. Il alla ensuite, sur son ordre, à Kāñci, érigea le Mākālēcam et l’adora pendant quelque temps. Plus tard, il retourna à Kāḷatti et obtint la béatitude finale. (st. 12)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search