Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

56 — Apirāmēcam

Texte intégral

1L'acura Māvali était maître de tout l’univers. Son règne portait préjudice au roi des deva (IntiraN). Celui-ci alla auprès de l’époux de Tiru (Viṣṇu) et se plaignit de sa situation. (st. 1-2)

2Celui-ci promit de remédier aux abus de Māvali. Il naquit fils de KācipaN. Comme il était nain, on l’appela VāmaNaN.

3Le nain alla à Kāñci et installa un liṅkam au nord-ouest de Maccalinkēcam. En adorant ce liṅkam, auquel il donna le nom d'ApirāmēcaN, il obtint la grâce du dieu qui a la Kankai sur la tête (Civa). (st. 2-4)

4Il se rendit ensuite à l’endroit où l’empereur Māvali procédait à un sacrifice. Il sollicita de lui un don de trois pieds de terre.

5Veḷḷi (CukkiraN), qui y était présent, sut que VāmaNaN usait d’artifice. Il essaya d’empêcher Māvali d’agréer la demande de VāmaNaN. Celui-ci en devint furieux, blessa un des yeux de Velli et le rendit borgne. (st. 5)

6Néanmoins, le le roi des avuṇar (Māvali) accorda à VāmaNaN le don demandé. Ce dernier couvrit d’un pied toute la terre, du deuxième pied, il emplit tout le ciel. (Planche XXXII. Fig. 2). Comme il n’y avait point d’espace pour le troisième pied, Māvali offrit sa tête.

7VāmaNaN profita de ce geste pour le châtier. Il plaça son pied sur sa tête et l’écrasa.

8Après sa mort, PurantaraN (Indra) devint quitte de toute angoisse. (st. 6-7)

9Plus tard VāmaNaN retourna à Kāñci et y creusa un étang du nom de VāmaNakuṇṭam. Il se servit donc de son eau pour les ablutions du liṅkam ApirāmanāyakaN (ApirāmēcaN) qu’il y avait établi auparavant. (st, 8-9)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search