Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

55 – Maccēcam

Texte intégral

1A l’ouest de l’endroit où PārttaN et autres firent leurs dévotions (Paṇṭavēcam) se trouve un étang dans lequel le Maître (Civa) fit naître des huîtres perlières en vue de favoriser une dévote. Cet étang fut appelé en conséquence Ippitīrttam, “Bain sacré aux huîtres perlières”. (st. 1-2)

2Lors de son incarnation en poisson, Ari installa et adora sur le bord d’Ippitīrttam, un liṅkam qui prit le nom de Maccaliṅkam “liṅkam du Poisson” et on appela Maccēcam “celui du Seigneur du Poisson” l’endroit où se trouvait ce liṅkam. (st. 3)

3Voici pourquoi il érigea ce liṅkam :

4Un acura du nom de CōmukācuraN s’étant emparé des MaRai (Veda), alla se cacher au fond de l’océan. En l’absence des MaRai (Veda) il n’y eut plus de sacrifice et partant plus de bonheur pour les deva. Ces derniers se rendirent auprès de MāyaN (Viṣṇu) et sollicitèrent son intervention pour les recouvrer. (st. 4)

5AccutaN (Viṣṇu) prit alors la forme d’un poisson et alla à Kāñci. Il y installa un liṅkam, l’adora et obtint la grâce du Maître (Civa) (st. 5-7)

6Puis il s’enfonça dans l’océan et tua CōmukaN, ainsi que son acolyte PāñcacaNaN qui se trouvait avec lui sous forme d’une conque. Il reprit les MaRai (Veda) et les porta aux deva. La coquille de PāñcacaNaN lui servit de conque, une de ses cinq armes. (st. 8-9)

7Le liṅkam installé et adoré par le Poisson prit le nom de Maccalinkam.

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search