Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

53 – Vīrāṭṭakācam (Voir Planche XXX. Fig. 2)

Texte intégral

1A l’époque de la destruction, lorsque UruttiraN vit que tout se consumait par le feu qui sortait de son œil du front, il lança des éclats de rire, fier de sa puissance. L’endroit où il se trouvait alors prit le nom de Vīrāṭṭakācam. (st. 1-6)

2Il s’installa plus tard à Vīrāṭṭakācam sous forme d’un liṅkam. Plusieurs personnes adorèrent ce liṅkam et devinrent des Cittar. Le sage Koṅkaṇar arriva un jour à Vīrāṭṭakācam et voulut éprouver l’indestructibilité du liṅkam. Il plaça sur son sommet une boulette magique qui était de nature à liquéfier par son contact tout corps solide. Le liṅkam absorba immédiatement la boulette et resta intact. Koṅkaṇar très étonné, se décida à rester à Vīrāṭṭakācam et y fit une pénitence, grâce à laquelle il obtint d’autres dons miraculeux. (st. 7-8)

3MāyaN (Viṣṇu), en adorant ce liṅkam, changea de couleur. Son corps devint rouge comme le corail, Voici cette histoire :

4Un jour que MāyaN se trouvait seul avec son épouse, sur l’océan de lait, il lui flt le récit suivant : (st. 9-10)

5Une fois le Maître de Kayilai (Civa) appela du nom de Kāḷi, son épouse Umai, parce qu’elle était noire. Celle-ci piquée par cette appelation, pria son époux de changer son teint noir et de lui faire avoir la couleur de l’or. Cuntarakkaṭavuḷ, le Beau Seigneur (Civa), lui répondit : “Si je t’ai appelé Kāḷi, ce n’est pas sans motif ; c’est à dessein et c’est dans l’intention de favoriser les deva. Tu le sauras plus tard. Mais, si tu veux maintenant changer de teint, va à Kāñci et fais-y une pénitence”. (st. 11-17)

6Umai alla aussitôt à Kāñci et fit des austérités sur le bord de l’étang Pañcatīrttam. (Voir Planche XXXI. Fig. 1). Son teint noir disparut et son corps prit la couleur d’or. Elle fut donc appelée Kavurī. (st. 18)

7Ceyyavaḷ (Lakṣmī) en entendant ce récit, demanda à son mari qu’il fasse changer son teint comme avait changé celui d’Umai. AccutaN pour lui plaire, alla à Kāñci, creusa un étang du nom de Cakkaratīrttam, en face de Vīrāṭṭakācam et fit des austérités en s’installant sur le bord de cet étang. Adorant tous les jours le dieu de Vīrāṭṭakācam (Civa) avec quatorze mille fleurs de lotus, il obtint finalement un teint de corail.

8L’endroit où il se consacra à ce culte prit le nom de Paccaivaṇṇar Ālayam. (st. 19-25)

9Le dieu qui dort sur le serpent (Viṣṇu) se rendit ensuite auprès de son épouse et lui dit que de son propre gré, il avait pu changer de teint. (st. 26-27)

10“S’il en est ainsi, répondit elle, je suis sûre que cela provient d’un tour d’enchantement et que je ne puis en tirer aucun avantage”.

11Cette observation l’irrita. Il lança une imprécation contre sa femme, en lui disant qu’elle deviendrait toute noire. Celle-ci, saisie de frayeur, pria son mari de ne plus donner effet à ses paroles. Le dieu porteur de disque (Viṣṇu) lui promit alors, pour la calmer, qu’il l'aimerait davantage, en dépit de son teint noir. (st. 28-29)

12Plus tard sur les conseils de ses compagnes, elle se rendit à Kāñci. Elle y vit l'endroit où Umaiyāl (Umai) menait une vie austère, sur le bord de l'étang Ulakāṇitīrttam. C’était une sorte de grotte où Umaiyāl se trouvait sous sa forme originelle. On appelait cet endroit Kāmakkōṭi. “Dix millions de Désirs”. (st. 30-34)

13Un don volontairement fait à cet endroit a l’effet de dix millions de dons faits ailleurs. Ceux qui y adorent Umaiyāl, acquièrent des richesses considérables qui font l’objet du désir. Elle y gratifie ses dévots des choses désirées telles que, femmes, enfants, fortune etc. Elle accorde la béatitude qui fait suite au bonheur. En outre elle y créa du coin de l’œil dix millions de dieux d’amour. Elle créa aussi de son œil dix millions de fois AyaN (BrahmaN) qui représente la lettre Ka, Ari (Viṣṇu) qui représente A et Īcan (Rudra) qui représente Ma, ainsi que Veṇmalarāṭṭi (Caracuvati) qui représente et la déesse sur lotus (Lakṣmi) qui représente Ma. (st. 35-40)

14Dans cette caverne la déesse qui a pour siège le lotus (Lakṣmi) fit ses adorations à Akilakāraṇi (Umā) et la pria de faire disparaître sa couleur noire. Celle-ci lui dit : "Ton teint noir se détachera de ton corps sous forme d’une pâte et tu auras un nouveau teint qui charmera beaucoup ton époux. Ceux qui se serviront de cette pâte (pour leur tilakam), auront toutes sortes de richesses. Quant à moi, je prendrai désormais le nom de Kāmakkaṇṇi". (st. 41-47)

15Celui dont le nombril laisse sortir un lotus (Viṣṇu), constatant la disparition de son épouse, se mit à sa recherche. Il arriva à Kāñci. Il entendit la Déesse (Umā) et son épouse converser en cacha alors dans un coin et les écouta. La Déesse parvint à le savoir. "Quel est ce voleur qui se trouve là caché ?” s’écria-t-elle. Immédiatement MāyōN sortit de sa cachette et se présenta tout confus devant elle. Celle-ci lui demanda de réprimer l’audace d’un démon qui, par ses méfaits, portait atteinte à l’accomplissement des actes de bienfaisance, à cet endroit. (st. 48-51)

16KaṇṇaN (Viṣṇu) accepta la mission et partit aussitôt en quête du démon. Il le trouva sur le bord de l’étang Pañcatīrttam. Il l’attaqua, le renversa sur le sol et se tint debout sur lui. Le démon se débattit. Il s'assit alors sur son corps, mais le génie se débattit encore. Il s’étendit sur lui. (Voir Planche XXXI. Fig. 2). Le démon, perdant sa force, promit soumission à son adversaire et le pria de lui faire avoir tous les ans un enfant tout vif, afin d’apaiser sa faim. Il lui accorda ce don. (st. 52-53)

17A l’endroit où il dompta le démon, le dieu porteur de la conque blanche (Viṣṇu) se trouve encore sous quatre aspects : 1) comme voleur, 2) dans la position debout, 3) dans la position assise (Voir Planche XXXII. Fig. 1) et 4) dans celle couchée. (st. 54)

18Ceux qui adorent Vīrāṭṭakācam atteignent facilement les pieds sacrés du dieu dont la chevelure est ornée du croissant de lune. (st. 55)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search