Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

52 – Makāliṅkam

Texte intégral

1A la fin d’un cycle cosmique, les ténèbres enveloppèrent le monde, tandis que les eaux des océans envahirent toute la terre. MaRaiyiN KiLavaN (Brahman), sortant de son sommeil, voulut recréer tout ce qui avait disparu. Il aperçut alors son père (Viṣṇu) dormant sur une couche formée d’un serpent, à la surface des eaux. Dans son illusion, il le réveilla et lui demanda qui il était. Le dieu à la couleur de nuage (Viṣṇu) répondit qu’il était le Maître de l’univers et voulut savoir ce qu’il désirait. (st. 1-4)

2MalarōN (BrahmaN) se mit en colère et répliqua que lui seul était le maître de tout l’univers et qu’aucun autre ne pouvait prétendre l'être. (st. 5)

3Là-dessus tous les deux entrèrent en guerre, lançant l’un contre l'autre des flèches épouvantables. Ils n’aboutirent à aucun résultat. Enfin KamalattavicōN (Brahman) envoya un Pācupatappaṭai (Pācupatāstram), contre lequel MāyōN (Viṣṇu) lança un Uruttirappaṭai (Rudrāstram). Ces deux paṭai luttèrent entre eux des années et des années. Le Maître (Civa) fit alors son apparition, sous la forme d’un énorme liṅkam lumineux. Il s’interposa entre les deux paṭai qui y pénétrèrent et disparurent. (st. 6-9)

4Ari et AyaN furent stupéfaits. Ils se réconcilièrent aussitôt. Ils voulurent voir la base et le sommet du liṅkam. An prit la forme d'un sanglier et alla, creusant le sol, aussi profondément que possible, pour voir les pieds, tandis que AyaN assumant la forme d'un canard, s’éleva en l’air autant qu’il put pour voir la tête. Fatigués et sans succès, ils abandonnèrent leurs efforts. (st. 10-11)

5Le “son” surgit alors sous deux formes : “Ōm” et “Um”, qui s’unirent et produisirent les trois Veda : Irukku, Ecu et Cāmam, lesquels exposèrent à Ari et à AyaN le caractère naturel de l'Etre Suprême (Civa) et leur dirent que le liṅkam lumineux était sa manifestation gracieuse. (st. 12-13)

6Les deux dieux bien édifiés, se mirent à l’adorer et sollicitèrent de lui le don de n’être point troublés par l’illusion. (st. 14-16)

7L’Etre Suprême (Civa) leur accorda ce don et leur dit : “Allez donc à Kāñci. Installez y un liṅkam de ce genre et adorez-le. Vous aurez la faculté de créer et de conserver. Ceux qui embrasseront le culte du liṅkam seront exempts d’illusion, de misère, de crainte, de faim, de maladie etc. Ils n’auront plus de naissance. Ceux qui n’observeront pas ce culte se trouveront dans un état d’abandon, sans aucun soutien. Tous ceux qui auront des rapports avec eux, seront maudits et détestés. Même ceux qui ne se contenteront que de leur adresser la parole seront considérés comme des gens très vils, D’autre part le sacrifice, la charité, l’austérité, etc. ne peuvent même pas égaler la millionième partie du culte du liṅkam”. (st, 17-22)

8Celui qui vit sur la fleur (BrahmaN) et celui qui dort sur le serpent (Viṣṇu) allèrent à Kāñci et y installèrent un liṅkam qu’ils adorèrent.

9Ce liṅkam fut appelé Makāliṅkam. (st. 23)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search