Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

50 – PiRavāttāNam

Texte intégral

1Le sage VāmatēvaN, alors qu'il se trouvait dans le sein de sa mère, craignit beaucoup la naissance. Afin de l'éviter, il se représenta par l’esprit le dieu qui a pour monture le taureau blanc (Civa) et l’adora. Le grand Maître lui apparut et lui dit : Il est certain que tu verras le jour sur terre. Mais, si tu m'adores ensuite à Kāñci, tu n’auras plus de naissance”. (st. 1-5)

2Quelques années après sa venue au monde, VāmatēvaN alla à Kāñci. Il y érigea un liṅkam, lui fit ses adorations et obtint ainsi le don de n’être plus astreint à une nouvelle naissance. (st. 6-7)

  • 1 Lieu où il n’y a plus de naissance.

3L’endroit où il installa le liṅkam prit le nom de PiRavāttāNam1. (st. 8)

4VāmatēvaN se rendit ensuite au mont Kayilai, où le dieu qui porte la Kaṅkai sur la tête (Civa) lui fit don d’un liṅkam. Le sage retourna à Kāñci et installa ce liṅkam à l’ouest de PiRavāttāNam, sur le bord de l’étang ÑāNavāvi (ÑāNatīrttam) et le baptisa Muttīcar. Le temple de Muttīcar fut appelé Muttittaḷi (Muttīcam). (st. 9-10) (Voir Planche XXVIII. Fig. 2)

Notes

1 Lieu où il n’y a plus de naissance.

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search