Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

49 – Navakkirakēcam

Texte intégral

1Lorsque Vayiravar fixa sur le sol son javelot pour en retirer AntakaN, il s’y forma un fossé qui se remplit d’eau. Ceux qui, les jours de nouvelle ou de pleine lune, font leurs ablutions dans cette pièce d’eau ainsi formée, appelée Cūlatīrttam (“Baignade du javelot”) en vue des cérémonies en l’honneur de leurs ancêtres, trouvent facilement le chemin du Paradis. (st. 1-2)

2Sur le bord du Cūlatīrttam, MaruttiRaivaN (Vāyu) installa un liṅkam et l’adora avec des fleurs rouges de Cevvanti (chrysanthème), afin d’obtenir le titre de KantavākaN (“charriant le parfum”). Le liṅkam par lui érigé prit le nom de Cevvantīccaram. (st. 3)

3Au nord-ouest de Cevvantīccaram, Pariti (Soleil) créa un étang auquel il donna le nom de Paritikkuḷam. Avec l’eau de cet étang il fit des ablutions au dieu qui détruisit le Muppuram (Civa) et obtint de lui un don. (st. 4)

4De même VeṇkatirōN (Lune) créa un étang au sud de Caruvatīrttam et se servit de son eau pour adorer PiññakaN (Civa) et avoir sa grâce. (st. 5)

5NilamaintaN (Mars), MatimaintaN (Mercure), ViyāLam (Jupiter) Velli (Venus), Cani (Saturne) et les deux serpents (Rāku et Kētu) installèrent chacun un liṅkam à l’Est de Cevvantīccaram et firent leurs dévotions à CivaN.

6Ceux qui révérent ces liṅkam, (qui sont appelés Navakkirakēcam), sont exempts du mauvais effet des planètes. (st. 6)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search