Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

48 – Caruvatīrttam

Texte intégral

1Au nord d’Ilakulīcam, est situé l’étang sacré Caruvatīrttam qui est embelli par des lieux saints établis sur son bord. (st. 1) (Voir Planche XXVII. Fig. 2)

***

2Kāmēccaram. KāmaN ou MaNmataN, l’Amour, qui est ne par le bon plaisir du Seigneur (Civa), se prosterna devant ce dernier et lui demanda de lui accorder le don d’exciter l’amour chez les êtres et de créer le sentiment de charité chez ceux qui donnent, ainsi que l'idée de sollicitation chez ceux qui demandent et ce, dans les trois mondes. (st. 2-4)

3Le Seigneur (Civa) lui dit qu’il aurait ce don s’il l’adorait à Kāñci. (st. 5)

4KāmaN alla à Kāñci et y installa un liṅkam sous le nom de KāmēccaraN, qu’il adora. Il obtint ensuite le don qu’il attendait de l’époux d’Umaiyāl (Civa). (st. 6)

5Si les brāhmanes, quand ils reçoivent des libéralités, pensent à KāmēccaraN, ils seront quittes de la faute provenant du désir de recevoir.

6Le temple de KāmēccaraN fut appelé Kāmēccaram. (st. 7) (Voir Planche XXVII. Fig. 3)

***

7Tīrttēccaram. (Voir Planche XXVIII. Fig. 1) Pour permettre à son épouse de l’embrasser au pied du manguier, le dieu à la gorge noire (Civa) fit appel aux eaux de l’univers. Ces dernières s’assemblèrent et se précipitèrent, sous la forme d’une rivière, vers Kāñci, par le côté ouest. (st. 8-10)

8Après que Umaiyāḷ eût embrassé son époux, ces eaux restèrent dans la ville et adorèrent ce dernier quelles appelèrent TīrttarācaN. Celui-ci apparut devant elles et leur dit : “Auront la béatitude ceux qui, faisant leurs ablutions chez vous, accomplissent la cérémonie du nīrkkaṭaN (taruppaṇam) en l’honneur des célestes, des muNi et des ancêtres. Ceux qui sont coupables d’avoir tué un pārppaNaN (brāhmane), un guerrier, un enfant ou une vache, seront exempts de l’effet de leur crime, s'ils viennent ici m adorer, après avoir pris leur bain purificateur chez vous”. (st 11-15)

9Par leurs ablutions dans ces eaux, qui furent appelées Caruvatīrttam, PirakalātaN expia son péché de parricide, VīṭaṇaN (VipīṣaṇaN) son crime de fratricide, ParacurāmaN le crime qu’il avait commis sur des guerriers, AruccuNaN, celui par lui commis sur Turōṇar et AcuvattāmaN, celui dont il s’était rendu coupable, en détruisant un foetus. (st. 16-18)

10Plusieurs autres expièrent leurs péchés en se baignant dans le Caruvatīrttam, dont la réputation est sans bornes (st. 19)

11Kaṅkāvarēccaram. A l’est de Tīrttēccaram, VaruṇaN fit une penitence en compagnie de Kaṅkaiyāl (Kaṅkātēvi) et obtint du Maître le don de devenir maître des eaux et des êtres aquatiques.

12Cet endroit fut appelé Kaṅkāvarēccaram. (st. 20)

13Vicuvanātēccaram. Ce temple est situé à l’ouest de Caruvatīrttam. Tous les liṅkam du monde s’y trouvent groupés sous une forme subtile. Aussi Vicuvanātar préféra-t-il ce lieu sacré de Kāñci à Kāci (Banaras). (st. 21-23)

14Maṇṭapam. Il existe à Kāñci trois maṇṭapam qui sont perpétuels : un Muttimaṇṭapam, dans le sanctuaire de Muttīcar, un autre Muttimaṇṭapam sur la berge de l’étang Caruvatīrttam et un ParamāNantamaṇṭapam, dans le sanctuaire de Irāmēccaram. (st. 24-26)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search