Desktop versionMobile version

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

45 – Paracirāmēccaram

Full text

1Le sage CamatakkiNi avait un fils du nom d’IrāmaN (Paraśurāma). Celui-ci n’était autre qu’une incarnation de Tirumāl. Un jour le père ordonna à son fils de tuer sa mère Irēṇukai, pour une faute qu’elle avait commise. IrāmaN hésita, réfléchit et se décida enfin à exécuter l’ordre de CamatakkiNi, convaincu que l’obéissance au père primait tous les autres devoirs. Il tua donc sa mère. Plus tard, sur l’ordre du sage, il la fit ressusciter. (st. 1-3)

***

2Un jour que CamatakkiNi était en méditation, le roi KāttavīriyaN le tua. Poussé par la haine et d’un esprit de vengeance, IrāmaN voulut exterminer toute la race des rois. A cet effet, il alla à Kāñci y installa un liṅkam et se livra à une pénitence envers le dieu orné d’un croissant de lune (Civa), pour obtenir de lui le don d’exécuter son projet. (st. 4-5)

3Le dieu, pour l’éprouver, prit la forme d’un pulaiyaN (paria), transforma son épouse en une femme paria et ses deux fils, celui au visage d’éléphant (Kaṇapati) et celui armé d’un javelot (MurukaN), en enfants de la même caste et s’avança avec eux vers MātavaN (IrāmaN), suivi des quatre MaRai (Veda) qui se transformèrent en chiens. (st. 6-9)

4Le pénitent l’aperçut et, sans mot dire, il fit un.signe de main qui l’invitait à ne pas approcher et à s’éloigner de lui. Mukkaṇ nāyakaN (Civa), sans y faire attention, s’avança toujours dans sa direction. MāyaN (IrāmaN) ouvrit la bouche et cria : “Eloigne-toi”. Il ne fut pas écouté. Il devint furieux et interpella le paria : “Dis donc paria ! Comment oses-tu venir en ces lieux ? Crois-tu qu’il n’y a personne pour te punir ?”. (st. 10-12)

5A ces mots le dieu déguisé (Civa) excita contre le pénitent ses chiens, qui se précipitèrent sur lui. (st. 13)

6La fille du roi des montagnes (Umā) voulant tirer IrāmaN de sa détresse, écarta de lui les chiens. La victime toujours furieuse contre le paria, lui dit que son acte était inadmissible. (st. 14-15)

7Une discussion commença alors entre eux, ainsi qu’il suit :

8CivaN : Qui es-tu ? Tu sembles être une de mes relations. (st. 16)

9IrāmaN : Que dis-tu là ? Sache que je suis le fils de CamatakkiNi.

10CivaN : S’il en est ainsi, tu es bien apparenté à moi. Ma femme aime beaucoup ta mère Irēṇukai, donc, il va sans dire que moi je t’aime. (17-18)

11IrāmaN : Quelle prétention et quelle audace ? Tu mérites que je te coupe la langue. (st. 19)

12CivaN : Scélérat que tu es ! Tu oseras tout faire, toi qui as tué ta propre mère. La civilité la plus élémentaire n’exige-t-elle pas que les parents s’embrassent quand ils se rencontrent. Au lieu de le faire, tu haïs la parenté. Tu mérites donc d’être bien châtié. (st. 20-21)

13Cela dit, CivaN excita de nouveau ses chiens contre IrāmaN et jeta sur lui des cailloux. Ce dernier prit son bâton de yogin et le lança sur lui. Le dieu au visage d’éléphant s’interposa, saisit le bâton et le brisa en deux. Les chiens s’élancèrent sur IrāmaN qui se mit à s’enfuir. Le Maître Suprême (Civa) le poursuivit et l’appréhenda. Dès qu’il mit la main sur IrāmaN, celui-ci eut, malgré lui, une sorte d’allégresse ; mais l’idée d’avoir été touché par un paria, ne le laissa pas manifester cette joie.

14“Si tu veux devenir mon esclave, lui dit le Maître, je te prendrai sous ma protection”. (st. 22-31)

15IrāmaN, piqué par ce mépris, bouillonna de colère et frappa de la main Aṇṇal (Civa), qui riposta en lui donnant une gifle. Tous deux se battirent. Au bout de quelques instants, Aṇṇal saisit IrāmaN à bras le corps, lia ses mains et ses pieds et le roula sur le sol. Plongé dans la détresse et ne voyant aucun moyen de se sauver, la victime se lamenta et finit par faire l’éloge de CivaN et lui adresser ses prières. (st. 32-50)

16Immédiatement le dieu miséricordieux se présenta devant lui avec sa femme et ses enfants, tous sous leur forme normale. (st. 51-52)

17IrāmaN extasié, se prosterna à ses pieds et lui fit la demande suivante : “Sire ! Le roi KāttavīriyaN a tué mon père innocent. Pour le venger, je veux massacrer tous les rois et faire avec leur sang le taruppaṇam (cérémonie des offrandes aux mânes des défunts) en l’honneur de mon père. Daignez m’accorder toute la force nécessaire à cet effet”. (st. 53-56)

18Le Maître jeta un coup d’œil sur son paracu (hache), lequel connaissant son intention, en créa un autre qui n'était qu'un de ses éléments. CivaN remit ce nouveau paracu à IrāmaN et lui dit qu avec cette arme il prendrait le nom de ParacurāmaN et qu'il aurait toutes les victoires qu’il désirerait. (st. 57-60)

19Grâce à cette arme, ParacurāmaN réussit à tuer les rois et à accomplir avec leur sang le taruppanam en faveur de son père. (st. 61)

20Ceux qui adorent le liṅkam par lui installé, obtiennent immédiatement le salut. (st. 62)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search