Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

44 – TirumāRpēRu

Texte intégral

1Jadis MāyōN (Viṣṇu) lança son disque contre le sage Tatīci, en faveur du roi KupaN. Le disque heurta le sage, dont le corps était dur comme le diamant et, sans lui faire de mal, s’émoussa, ce qui le rendit inutilisable, (st. 1-2)

2MāyōN, privé de son arme, tint conférence avec les deva. Il parvint à savoir que Īcan (Civa) venait de créer un disque, en vue de tuer l’acura CalantaraN. Il pensa qu’il pourrait l’obtenir de lui, en le vénérant. (st. 3-4)

3Il se transporta avec les deva à Kāñci et s’installa devant le liṅkam (Voir Planche XXIV. Fig. 1 et 2) qu’avait adoré jadis Umaiyāḷ, à quelque distance au nord-ouest de la ville. Il se fit un devoir de prier tous les jours l’Etre Suprême, en prononçant ses mille noms, tout en déposant à ses pieds sacrés, une à une, mille fleurs de lotus. (st. 5-8) (Voir Planche XXV. Fig. 1 et 2)

4Celui-ci voulut l’éprouver. Un jour il fit disparaître une des fleurs. Tirumāl constata à la fin de sa prière qu’il lui manquait une fleur. Il s’arracha immédiatement un œil et le plaça au pied du liṅkam, en guise de fleur. (st. 9-10) (Voir Planche XXVI. Fig. 1 et 2)

5Le dieu armé de la hache (Civa), ravi de l’extrême piété de MāyavaN, descendit du ciel et se présenta devant lui avec un éclat éblouissant. (st. 11)

6“Nous sommes content de tes dévotions, lui dit-il. Nous te donnons maintenant des yeux beaux comme le lotus et tu seras appelé en conséquence PatumākkaN, “Aux yeux de lotus”. Ce lieu où nous t’accordons cette faveur prendra le nom de TirumāRpēRu, “succès de Tirumāl”.

7Cela dit, il lui remit le disque appelé CutaricaNam qu’il attendait de lui, (st. 12-13)

8Tirumāl demanda ensuite au Maître d’accorder la félicité à tous ceux qui auraient l’occasion de rester, ne serait-ce qu’un instant, à TirumāRpēRu.

9Le Maître lui promit de le faire et disparut. (st. 14-18)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search