Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

43 – Calantarēcam

Texte intégral

1L’acura CalantaraN qui est né dans l’eau, installa un liṅkam à Kāñci, au nord de TiruvōṇakāntaNRaḷi et l’adora en vue d’obtenir le don de devenir empereur des trois mondes et le pouvoir de subjuguer tous les êtres, même les deva. Le dieu aux cheveux tressés (Civa) lui donna satisfaction. (st. 1-4)

2CalantaraN alla en guerre contre les gardiens des points cardinaux et les deva, ainsi que contre IntiraN, le dieu qui vit sur la fleur (BrahmaN) et celui qui porte une guirlande de tuLāy (Viṣṇu). Ses victoires successives l’enhardirent. Il voulut ensuite dompter celui qui a pour monture le taureau (Civa). A cet effet, il se rendit au mont Kayilai (st. 5-7)

3L’époux de PiNNai (Viṣṇu) qui s’était épris de la femme de CalantaraN, profita de l’absence de ce dernier pour la séduire. Il se déguisa en un moine et s’installa dans un jardin, non loin de sa demeure. (st. 8)

4La femme le vit et le prenant pour un sage véritable, le salua et lui demanda si son mari, qui était allé en guerre contre le dieu qui porte une rivière dans sa chevelure (Civa), rentrerait victorieux. (st. 9)

5Le moine lui dit que CalantaraN ne reviendrait pas et qu’il serait certainement tué par le dieu aux cheveux rouges (Civa). Au même moment un acura accourut et annonça la mort de CalantaraN. La femme s’affligea et se lamenta. (st. 10-14)

6NeṭiyōN (Viṣṇu) la saisit alors par le bras et lui communiqua son intention coupable. La femme tressaillit de crainte. Elle se sentit incapable d’échapper et n’opposa aucune résistance, mais chercha le moyen de sortir de cette situation. Une idée lui vint a l’esprit. Elle lui promit qu'elle deviendrait son épouse dans trois jours et le pua de a laisser partir. Il y consentit. (st. 15)

7Elle rentra chez elle, prépara un bûcher qu’elle alluma, s’y jeta et se brûla. (st. 16)

8MāyaN l’apprit. Désespéré, il s’étendit sur ses cendres et se roula dessus, perdant l'esprit. (st. 17)

9Les deva se mirent à la recherche de Māl (Viṣṇu). Tous leurs efforts devenant infructueux, ils allèrent à Kayilai et exposèrent à UmaipākaN (Civa) leur inquiétude. Le grand Maître omniscient fit savoir aux deva l’état de l’époux de Kamalai (Viṣṇu). Il prit ensuite une pincée de pâte de santal, du bras de son épouse qui s’en était frottée, la remit à ses visiteurs et leur dit : “Jetez cette poussière sur le bûcher où est couché MāyavaN. Vous y verrez pousser trois arbustes qui lui feront reprendre son bon sens.’(st. 18-20)

10Les deva suivirent ses instructions. Du bûcher surgirent trois plantes : tuḷaci (basilic), nelli (myrobolan) et akatti (coronilla). Grâce à ces plantes, la pamoison de KariyavaN (Viṣṇu) disparut. Il embrassa la tuḷaci, voyant Viruntai (femme de CalantaraN) en cette plante, et rejoignit ensuite sa résidence habituelle. (st. 21-22)

11L’âme de CalantaraN alla, sous forme d’une flamme, s’unir avec le liṅkam (Calantarēcam) qu’il avait érigé à Kāñci. (st. 23)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search