Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

40 – Antakēcam (Voir Planche XXII. Fig. 4)

Texte intégral

1A la suite d’une pénitence, AntakaN, fils d’IraṇiyākkaN, obtint du Maître (Civa) le don de régner sur tous les mondes. Il exerça une autorité si grande que les célestes, saisis de frayeur, se transformèrent en femmes et allèrent vivre en cachette avec les compagnes de la belle-mère de Vaḷḷi, au mont Kayilai. (st. 1-4)

2Le Maître (Civa), en vue d’éprouver les sages de TārukāvaNam, se présenta devant les femmes de ces derniers pour demander de l’aumône. Profitant de cette occasion, AntakaN alla assiéger le mont blanc (le Kayilai). A la faveur d’Ampikai (Umā), MukuntaN créa bon nombre de femmes et les envoya en guerre contre AntakaN. Celui-ci battit en retraite. (5-7)

3Dans la forêt de TārukāvaNam la beauté du Maître, en mendiant (PiṭcāṭaNar) (Voir Planche XXIII, Fig. 1), attira l’attention des femmes des sages. Elles s’éprirent de lui et perdirent ainsi leur chasteté. (st. 8-18)

4Les sages devinrent furieux. Ils voulurent tuer le mendiant. Ils organisèrent un sacrifice, d’où surgirent MuyalakaN, tigres, serpents, antilopes, démons etc. Ils les excitèrent contre le dieu dont la chevelure est ornée d’un croissant de lune. Celui-ci, (Civa), en mettant à néant leur force, les saisit et les dompta. (st. 19-20)

5Les sages terrifiés, ne virent aucun recours. Ils allèrent donc se prosterner aux pieds du dieu des dieux. Ils le prièrent de leur pardonner et de leur faire avoir le bonheur du ciel. (st. 21)

6CivapirāN leur fit observer que tout être qui mourait à Kāñci, obtenait la beatitude et qu'il leur était facile d’aller vivre dans cette ville sacrée pour voir leur désir réalisé. (st. 22-23)

7Ces sages au nombre de quarante huit mille, dont Piruku, se rendirent à Kāñci, installèrent des liṅkam et se mirent à les adorer. (st. 24-26)

8Antakan assiégea de nouveau Kayilai. Sur la demande de TuLāypputtēḷ (Viṣṇu), le Maître envoya alors Vayiravar contre lui. Vayiravar, d un coup de pique, enfila l’ennemi au bout de son arme et se mit à danser. (st. 28-29) (Voir Planche XXIII Fig. 2)

9AntakaN eut conscience de sa faute. Il révéra Vayiravar, le pria de lui pardonner et lui demanda de lui accorder la béatitude. (st. 30)

10Sur l’ordre du dieu qui a le taureau pour monture (Civa), Vayiravar alla de suite à Kāñci. Il décrocha AntakaN de son arme, le laissa faire ses ablutions dans l’étang Civakaṅkai, dissipa pour lui l’illusion des mondes et lui accorda le Salut.

11AntakaN, pénétra et disparut dans le liṅkam de son nom (Antakēcam) qu’il avait érigé et adoré lors de sa pénitence. (st. 31-32)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search