Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

39 — Naracinkēcam

Texte intégral

1A la faveur du don accordé par MukkaṇaN (Civa), ĀṭakaN (Iraṇiya) commença à régner sur les trois mondes. En maître absolu, il exigea des célestes une soumission complète. Victimes de sa sévérité, ces derniers s’en plaignirent auprès de TuḷavōN (Viṣṇu). Celui-ci alla à Kāñci et adora le Maître (Civa), qui lui indiqua le moyen de se débarasser du malfaiteur. (st. 1-4)

2TuḷavōN suivit les instructions du Maître. Il influença le fils d’ĀṭakaN et créa un dissentiment entre lui et son père. Tous les deux eurent un jour une vive discussion, au cours de laquelle le père, se disant Maître Suprême, méconnut l’existence d’un être au-dessus de lui. (st. 5)

3C’était l’heure du crépuscule. TuḷavōN sortit alors d’une colonne du palais royal et le tua. (st. 6)

4Il assuma à cet effet la forme d'un homme avec une tête de lion, saisit ĀṭakaN par le corps, se mit sous le chambranle de la porte d’entrée du palais, plaça le roi sur ses genoux, déchira avec ses griffes son ventre et but son sang. (st. 7)

5Puis l’homme-lion commença à importuner et à tracasser les habitants des trois mondes. Ceux-ci allèrent s’en plaindre auprès du Maître qui, prenant la forme d’un Cimpuḷ (énorme oiseau fabuleux à huit pieds), le tua et se couvrit de sa peau. (st. 8-12)

6Afin d’expier son péché, NāraṇaN alla ensuite à Kāñci. Il y installa un liṅkam et l’adora. Ce liṅkam fut appelé Naraciṅkēcam. (st. 13)

***

7PoNviLi, frère cadet d’ĀṭakaN, s’empara de la Terre et alla se cacher dans l’abîme. Le dieu à la guirlande de tuLāy (Viṣṇu) prit alors la forme d’un sanglier et le poursuivit. Il le tua et tira de nouveau la Terre au jour. (st. 14)

8Fier de cet exploit, il opprima ensuite même les gens vertueux. ĒRRavaN (Civa) voulut le châtier. Il se transforma en un chasseur et le tua.

9Pour réparer sa faute, le dieu qui succomba (Viṣṇu) installa un liṅkam au sud de Naraciṅkēcam et l’adora.

10Ce liṅkam prit le nom de Varākēcam. (st. 15)

***

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search