Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

33 – VaNmīkanātam

Texte intégral

1Jadis, les Puttēḷir (deva) firent un sacrifice à Kurukkēttiram (Kurukṣētra), en vue d'acquérir la “renommée” (pukaL). Il fut convenu que cette “renommée”, si elle était acquise, serait commune à eux tous et que nul ne pourrait prétendre y avoir un droit exclusif. (st. 1-2)

2Le sacrifice terminé, la “renommée” se présenta, avec une splendeur magnifique. MukuntaN (Viṣṇu), violant la convention, s’en empara et tenta de rentrer dans son palais. Les célestes lui barrèrent le chemin et engagèrent une lutte contre lui. Il prit alors son arc et lança une grêle de flèches contre ses adversaires qui battirent en retraite.

3Guerrier orgueilleux de sa victoire, il éclata de rire et, s’adressant aux autres deva qui fuyaient, il dit d’un ton ironique : “Oh que vous êtes vaillants vous qui, étant si nombreux, n’osez pas lutter contre moi qui suis seul” Ce disant, il mit un bout de son arc sur le sol et, plaçant son menton sur l’autre extrémité, se tint debout au même endroit, appuyé sur l’arc, (st. 3-5)

4Le gardien de l’Est (Indra) alla de suite à Kaccippati (Kāñcipuram), installa un liṅkam au sud-ouest du temple de Kayilāyam, le révéra et le pria de faire en sorte que la “renommée” vint chez les deva. Le Maître lui conseilla de prendre la forme d’une fourmi blanche, de construire un nid au pied de l’arc de MukuntaN et d’en ronger la corde. (st. 6-7)

5Le roi des célestes (IntiraN) exécuta de suite ces instructions. La corde se rompit. L’arc, se redressant brusquement et avec violence, trancha la tête de celui qui couche sur le serpent (Viṣṇu). Les deva s’emparèrent alors de la “renommée”.

6L’endroit où se produisit cet évènement fut appelé CiNNa MākēcavattāNam et la rivière qui coule à proximité, prit le nom de KuRaicceNNiyāRu. (st. 8)

7L’absence de MāyavaN (Viṣṇu) entraîna la cessation des sacrifices, car il en était le maître. Les célestes n’eurent plus d’oblations. Ils commencèrent à dépérir. (st. 9)

8L’époux de Caci (Indra) se rendit de nouveau à Kāñci et pria le Maître (Civa) de faire revivre EccaN (Viṣṇu). Il fut informé que ce dernier reprendrait sa de, grâce à l’intervention des dieux médecins (AcuvaNi et consorts) et que ces derniers aussi devraient avoir une part dans les oblations. (st. 10-14)

9IntiraN demanda ensuite au dieu armé de la hache que l’endroit où il reçut le don de vivre quelque temps dans un nid de fourmis, fût appelé VaNmīkanātam et alla ensuite visiter les dieux médecins. Ceux-ci ajustèrent la tête d’EccaN à son corps et le ressuscitèrent. (st. 15-17)

10Le dieu aux yeux de lotus (Viṣṇu) reprit ses relations amicales avec les deva et, selon les instructions d’UmaikūRaN (Civa), fit avoir aux dieux médecins une part dans les oblations faites à l'occasion des sacrifices. (st. 18-19)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search