Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

31 – Vīrarākavēcam ou Vīrarākavam

Texte intégral

1Pendant que IrāmaN (Rāma) se trouvait avec sa femme, dans la forêt dite TaṇṭakavaNam, le cruel acura (Rāvaṇa) enleva celle-ci et la transporta dans son char à Ilaṅkai. (st. 1-2)

2Affligé par la séparation de son épouse, IrāmaN erra dans les forêts à sa recherche, en compagnie de son frère. Il arriva enfin à Kāñci et fit ses dévotions au dieu sous le manguier (Tiruvêkampar). (Voir Planche XXI. Fig. 2), Au sud du temple il aperçut, en face d’Akattiyēccaram, l’ermitage du TamiLmuNi (AkattiyaN). Il s’y rendit. Il lui présenta ses respects, lui exposa son malheur et le pria de porter remède à son état lamentable. AkattiyaN lui conseilla d’étudier la philosophie et d’acquérir la sagesse, seul moyen qui puisse mettre les hommes à l’abri des inquiétudes. (st. 3-13)

3Le prince (Rāma) répondit respectueusement à l’anachorète : J’en conviens. Mais, je crois que mon premier devoir est de délivrer ma femme Cītai. Si je ne le fais pas, je serai la risée de tout le monde. Daignez faire réaliser d’abord mon intention. Quand j’aurai réussi dans mon entreprise, je deviendrai apte à l’étude des sciences spirituelles et je me conformerai alors à vos instructions”. (st. 14-15)

4S’il en est ainsi, répliqua le sage, il te faut plus de bravoure. Installe donc un liṅkam à Kāñci, sous le nom de Vīrarākavam et adore VimalaN (Civa) (st. 16-22)

5Le Héros (Rāma) suivit des instructions. Il installa le Vīrarākavam et l’adora. (st. 23)

6CivaperumāN lui apparut en compagnie d’Umai. Il lui fit cadeau de son arme appelée Pācupatam et lui dit : “Muni de cette arme, tu iras avec ton frère (LakṣmaṇaN) à Kiṭkintai, où tu trouveras CukkirīvaN, qui a une armée sous ses ordres. Avec son assistance, tu franchiras la mer et tu massacreras IrāvaṇaN et les siens. Tu délivreras Citai et tu reprendras ensuite ton royaume que tu gouverneras paisiblement”. (st. 24-28)

7IrakavaN (Rāma) lui demanda alors de lui expliquer la philosophie dont KuRumuNi (Akattiyar) lui avait parlé. Le Maître lui enseigna cette philosophie et rentra dans le liṅkam avec Umai. (st. 29)

8Ceux qui révèrent ce liṅkam subjuguent facilement leurs ennemis. (st. 30)

***

9Au sud de ce temple (Vīrarākavam) se trouve celui de KaRkīcam. C’est là que MāyōN (Viṣṇu) dans son incarnation de KaRki, installa un liṅkam et’obtint le don de massacrer les méchants, lors du déluge. (st. 31)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search