Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

30 – Kayilāyam (Voir Planche XVII. Fig. 3)

Texte intégral

1A l'ouest d’ANēkataṅkāvatam se trouve le temple appelé Kayilāyam. En voici l’histoire. (st. 1)

2Il y avait jadis trois avuṇar (acura) qui possédaient chacun un château volant. Celui du premier était d’or et ceux des deux autres étaient respectivement d’argent et de fer. Ces châteaux étaient appelés Muppuricai (Tripura) (st. 2)

3Les trois avuṇar qui étaient des amis inséparables, circulaient ensemble à leur gré avec leurs châteaux dans les trois mondes. (Voir (Planche XVIII. Fig. 1 et 2). Bien qu’ils observassent le Civataruman (culte de Civa), ils ne cessèrent, de par la nature de leur race, de faire du mal aux deva. (st. 3-5)

4Ne pouvant supporter la calamité qu’était pour eux l'existence de Muppuricai, les deva allèrent s’en plaindre auprès de Tirumāl (Viṣṇu). Celui-ci fit un sacrifice (veḷvi) à l’issue duquel surgirent plusieurs démons. Tirumāl excita ces derniers contre les acura, avec qui ils engagèrent une lutte terrible. (Voir Planche XIX. Fig. 1). Mais les tayittiyar (daitya) qui étaient plus forts qu’eux, les tuèrent tous. MāyaN (Viṣṇu) fit alors observer aux deva qu’en raison de leur dévotion profonde à Civa, les acura étaient invincibles et qu’il faudrait les détourner de leur culte pour les dompter. Il créa un homme et lui dit d’aller avec Nāratar aux châteaux volants pour y prêcher que les doctrines védiques étaient fausses, qu’il n’y avait pas de vie future et que toutes les choses périssaient ici-bas. (st. 6-12)

5L’homme et Nāratar se rendirent à Tiripuram. Ils y prêchèrent le nouveau dogme et firent tant que de circonvenir les acura qui abandonnèrent le Civaisme. La nouvelle conception philosophique fit même perdre à leurs femmes leur chasteté. (st. 13-15)

6MāyōN (Viṣṇu) accompagné des deva, se rendit alors au mont Kayilai. Il exposa à l’Etre Suprême tout ce qui s’était passé et tout ce qu’il avait fait et le pria de massacrer les acura, qui étaient devenus ses contempteurs. (st. 16-18)

7Le dieu danseur (Civa) voulut entrer en guerre contre les acura ; mais il n’avait ni char, ni armes. La terre se présenta devant lui et manifesta le désir de lui servir de char. Le soleil et la lune en voulurent être les roues. (Voir Planche XIX. Fig. 2). Les Curuti (Veda) dirent qu’ils deviendraient des chevaux pour tirer le char. MalaraṇaiyavaN (BrahmaN) s’oflrit comme conducteur. (Voir Planche XX. Fig. 1). Le mont Vaṭavarai (Mēru), le serpent (Vācuki) et le dieu porteur de guirlande de basilic (Viṣṇu) voulurent devenir respectivement arc, corde et flèche. L :s autres deva se transformèrent en d’autres armes (st. 19-23). (Voir Planche XX. Fig. Planche XXI. Fig. 1).

8Le grand dieu (Civa) muni de ses armes, monta sur son char. Il vit devant lui les acura de Tiripuram. Leur ostentation le choqua. Un sourire ironique sortit de ses lèvres. Aussitôt les trois châteaux aériens prirent feu. L’incendie les détruisit complètement. La paix et la tranquillité régnèrent en tous lieux. (st. 24-28)

9Nāratar et PuttaN, l'homme créé par Tirumāl, pensèrent que le fait d’avoir détourné les acura de leur culte de Civa, constituait une faute grave. Afin de l’expier, ils se rendirent à Kāñci. (st. 29-30)

10A leur arrivée dans cette ville, leur cœur s’allégea. Le fardeau de leur péché qui pesait sur eux comme une montagne de fer diminua et devint plus léger qu’une colline de coton. Aussi nommèrent-ils ParuttikkunRam, “colline de coton”, l’endroit où ils se trouvèrent alors. (st. 31)

11Ils érigèrent ensuite, au nord-est de cet endroit, un temple et y installèrent un liṅkam qu’ils appelèrent KayilāyanātaN. Puis, ils s’y livrèrent à une pénitence rigoureuse. (st. 32)

12L’incomparable (Civa) apparut. Ils lui exposèrent le regret d’avoir détourné de leur culte les acura, ses fidèles et sollicitèrent son pardon. CivapirāN leur répondit : “Tromper mes fidèles et les engager dans une mauvaise voie, c'est faire un affront à moi-même. Les auteurs doivent sans doute être jetés dans l’enfer. Puisque vous êtes arrivés à ce lieu sacré de Kāñci, l’offense que vous avez faite, est largement atténuée. Mais pour en être tout à fait quitte, vous devez prendre plusieurs naissances. Comme je suis content de votre pénitence, je vais rendre la peine moins dure encore Je vais rapetisser les portes d'entrée et de sortie de ce temple. Vous y pénétrerez par la porte principale, vous ferez le tour du sanctuaire et vous sortirez par l'autre issue. Chacune de vos visites tiendra lieu pour vous d’une naissance et d'une mort. Vous visiterez ainsi journellement le temple autant de fois que vous voudrez. En temps opportun, je vous pardonnerai et vous ferai monter au ciel”. (st. 33-41)

13PuttaN et Nāratar restèrent longtemps à Kāñci. Ils observèrent strictement les instructions de l’Etre Suprême, de qui ils obtinrent finalement la grâce. (st. 42)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search