Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

29 – Anēkataṅkāvatam

Texte intégral

1Le dieu au visage d’éléphant, (Vināyakar), installa au nord de TirumēRRaḷi, un liṅkam qu’il nomma ANēkapēccuraN. (st. 1-3)

2Pendant qu’il l’adorait, le Maître (Civa) lui apparut et lui demanda ce qu'il voulait. “Je suis à vos ordres”, répondit IpamukaN (Vināyakar). (st. 4)

3Le père lui dit : Ecoute mon fils. Afin de sauvegarder les sciences réelles, d’éviter les obstacles que les sages peuvent rencontrer dans l'accomplissement de leurs actes et d’empêcher la réalisation des projets funestes que les tayittiyar (daitya) peuvent concevoir, les celestes avaient sollicité de moi ta naissance. Comme j’avais promis de leur donner satisfaction, charge-toi maintenant de cette mission. Par la même occasion, je veux aussi te dire ceci : “A Iraṇiyapuram vivent des acura cruels, dont le chef est Kēci. Tu iras les piétiner et massacrer. Tu arracheras ensuite du sein de leurs femmes leur “Force”, qui s'appelle Vallapai et tu te marieras avec elle. Ceux qui adoreront toi et ta femme ensemble, bénéficieront de tous les avantages qu’ils désireront”. Cela dit, il disparut. (st. 5-10)

4Vināyakar exécuta strictement les ordres de son père et mena une vie de bonheur avec son épouse Vallapai.

5Ceux qui adorent ANēkapēcaN (ou ANēkapēccuraN), à l’endroit appelé ANēkataṅkāvatam, coupent la suite des naissances et se rendent a Kayilai, ou ils jouissent d’un bonheur éternel. (st. 11-12)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search