Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

27 – Amarēcam (Voir Planche XVI. Fig. 1 et 2)

Texte intégral

1A l’Est de TāNtōNRīccuram se trouve le temple vénéré par les Amarar ou “Immortels” et dénommé de ce fait Amarēcam. (st. 1)

2Jadis une guerre éclata entre les deva et les acura. Elle dura des années et des années. KaRRaiccaṭai IRaiyōN et Malaimakaḷ (Civa et Umā) se trouvant en l’air, assistèrent au combat. Les deux clans luttaient d’égale force. La déesse demanda alors à son époux de mettre fin à cette guerre, en accordant sa grâce à l’un de ces clans. Les acura devinrent alors plus forts que les deva. Ceux-ci étaient sur le point de perdre la bataille. Umai qui s’en rendit compte, dit à son époux que la victoire des acura serait néfaste pour tous les mondes et le pria de faire triompher les deva. Le dieu dont la chevelure est ornée du croissant de lune (Civa) se rendit à sa prière. Les deva remportèrent la victoire. (st. 2-5)

3La défaite des acura enorgueillit les deva, surtout leurs chefs, tels que : VācavaN (Indra), MalarōN (BrahmaN), NāraṇaN (Viṣṇu), les gardiens des points cardinaux etc. Chacun prétendait que la victoire était due à sa vaillance et à sa bravoure ; ce qui créa un conflit entre eux. Le dissentiment dégénéra en une effervescence épouvantable. (st. 6-7)

4Ampikai (Umā) le sut. Elle pria encore son époux de faire rétablir l’ordre dans le monde des deva. (st. 8)

5L’Etre Suprème (Civa) prit la forme d’un iyakkaN (yakṣa) et alla au monde des deva. Il s’assit sur le bord d’une route et planta devant lui un fétu. Les deva qui passèrent par ce chemin, l’aperçurent et lui demandèrent qui il était et d’où il venait. Il leur répondit : “Il vous importe peu de connaître qui je suis et d’où je viens. Sachez seulement que je suis un être capable de mesurer votre valeur guerrière. Je sais que vous êtes divisés tous par votre vanité. Chacun de vous croit que c’est lui qui a mis en déroute les acura C’est une illusion. Regardez ce fétu. Essayez de le couper en deux. Seul le véritable héros pourra le mettre en morceaux. Vous saurez alors qui a été la cause de votre victoire sur les acura”. (st. 9-11)

6A ces mots MakavāN (Indra) prit son arme et s’efforca de couper le fétu, mais en vain. Les gardiens des points cardinaux essayèrent ensuite l’un après l’autre. Ils ne purent trancher le brin planté. AyaN et Ari (BrahmaN et Viṣṇu) arrivèrent sur les lieux. Le premier lança son javelot, dont la pointe se brisa au contact du fétu. Ari prit alors son disque. Il le fit tourner et le jeta sur le fétu qui resta intact. (st. 12)

7Les deva confus, se rendirent auprès de l’inconnu et lui demandèrent avec insistance de leur dire qui il était. A ce moment l’iyakkaN (le yakṣa) disparut. (st. 13)

8Les deva furent stupéfaits. La fille du roi des montagnes (Umā) apparut devant eux et, sur leur demande, elle dit : “Celui que vous avez vu ici, n’est autre que celui qui est l’origine de tout, qui réside dans tout, qui anime tout et qui connaît tout. Il a réduit à néant toute votre force. Votre connaissance imparfaite ne vous a pas permis de le reconnaître. Sachez que devant son activité rien ne compte. Si vous voulez être vraiment forts, adorez-le. Allez à Kacci (Kāñcipuram) et faites lui vos dévotions sur le bord de la rivière Kampai”. (st. 14-19)

9Les deva se rendirent à la belle ville de Kacci et installèrent un liṅkam sur le bord de la rivière. Ils l’adorèrent pieusement et acquirent chacun une force formidable.

10Le temple qu’ils erigèrent prit le nom de Tiritacēccaram ou Amarēcam. “(Temple) du Seigneur des Trente trois (dieux) ou des Immortels”. (st. 20-21).

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search