Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

26 – TāNtōNRīccaram

Texte intégral

1Le Héros armé de la hache, (Civa) de par sa propre volonté, apparut sous forme d’un liṅkam, au sud du Curakaratīrttam, en vue de délivrer les gens des maux terrestres et de leur ouvrir le chemin du salut. S’étant érigé de lui-même, il fut appelé TāNtōNRīccurar (Seigneur apparu de lui-même, Svāyambhuva).

2Par ses dévotions à TāNtōNRīccurar, un jeune enfant put obtenir du lait délicieux qui lui manquait, ainsi que la béatitude finale (st. 1-2)

3***

4Le sage PulippātamuNi (Viyākkirapātar) se maria avec la sœur de Vaciṭṭar. Les deux époux menèrent une vie austère et eurent un enfant qu’ils nommèrent UpamaNNiyaN. Ils le laissèrent dans la maison de Vaciṭṭar. L’enfant se nourrissait du lait de KāmatēNu (vache d’abondance du ciel) et grandissait avec joie. (st. 3)

5Un jour les parents d'UpamaNNiyaN l’emmenèrent chez eux. L’enfant demanda à sa mère de lui donner du lait. La mère, dont l’état de pauvreté ne permettait pas de se procurer du lait de vache, prit une poignée de poudre de riz, la délaya dans de l’eau et la donna à son fils. UpamaNNiyaN en avala une gorgée. Il constata que ce que sa mère lui avait donné n’était pas du lait. Il jeta alors le gobelet sur le sol et se mit à pleurer. (st. 4-5)

6La mère chercha à consoler son fils. Elle lui dit : “Mon cher enfant ! Comme nous n’avions pas observé convenablement le culte de CivaN dans notre vie antérieure, nous sommes maintenant réduits à la misère. Il n’y a point de lait à la maison et je ne puis t’en donner. Si tu veux en avoir absolument, va à Kāñci et adore le dieu à trois yeux. Il t’en donnera à profusion”. (st. 6)

7L’enfant prit congé de sa mère et alla de suite à Kāñci. Il aperçut TāNtōNRīccurar et eut instinctivement un amour intense pour lui. Il l’adora et fit une pénitence. (st. 7-8)

8Le dieu qui résidait dans le liṅkam, assuma la forme de Mukilūrtiaṇṇal, le Roi monté sur un nuage (Indra) et éprouva le jeune enfant. Convaincu de sa ferme dévotion, il reprit sa forme naturelle qu’il lui montra. Il fit venir ensuite l’océan de lait et dit à UpamaNNiyaN de boire à satiété. Puis il lui accorda sa grâce. (st. 9-12)

9***

10KaṇṇaN (Kṛṣṇa) alla à TāNtōNRīccuram et obtint l’initiation d’UpamaNNiyaN. Après s’être ainsi purifié, il s’y installa sous le nom de PāṇṭavartūtaN (st. 13-14)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search