Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

25 – Curakarēcam (Voir Planche XV. Fig. 1 et 2)

Texte intégral

1Après son mariage avec Imayattu maṭappiṭi, (Umā) PiññakaN (Civa) se trouva seul un jour en compagnie de son épouse, plongé dans les délices, sur le mont Mantaram. (st. 1-27)

2Les deva pensèrent que si Ampikai (Umā) concevait, ce serait funeste pour le monde entier. Ils ordonnèrent à Aṅki (le Feu) d’empêcher la conception ou d’en détruire le fruit. (st. 28)

3Aṇki se rendit chez Tēvi (Umā). Il vit à la porte de son appartement le lion qui lui servait de monture. Effrayé par sa présence, il rebroussa chemin et fit part aux deva de son incapacité à exécuter leur ordre. (st. 29)

4Les deva, dont Ari (Viṣṇu) et AyaN (BrahmaN), allèrent aussitôt au mont Mantaram, se présentèrent devant le Maître (Civa) et lui firent leurs révérences. (st. 30-34)

5NāNmukaN (BrahmaN) prit ensuite la parole au nom des deva. Il dit : “Seigneur ! Nous sommes contents de votre vie conjugale, mais nous n’aimerions pas que Malaimakaḷ (Umā) conçoive. C'est dans le but de porter à votre connaissance notre vœu que nous sommes arrivés ici· Daignez nous donner satisfaction. (st. 35)

6Le Parfait (Civa) répondit : “S’il en est ainsi, absorbez cet élixir que je vous présente”, (st. 36)

7Aṅki reçut le liquide et l’absorba. Immédiatement la conception s’opéra en tous les deva qui commencèrent à souffrir d’une fièvre d’échauffement. Ne pouvant rien comprendre de leur état étonnant et extraordinaire, ils se prosternèrent devant le Maître et le prièrent de les sauver. (st. 37-38)

8Le Héros (Civa) qui a détruit Vēḷ (Kāma) leur dit : “Nous avons érigé à Kāñci un temple pour nous, sous le nom de Curakarēcam, en vue de tuer le démon CurākkaN. Près du temple se trouve l’étang Curakaratīrttam. Allez à Kāñci, baignez-vous dans cet étang et adorez nous dans Curakarēcam. Vous serez guéris de votre fièvre. Si vous allez ensuite au mont Mēru votre état de conception ne durera plus” (st. 39-41)

9Les deva se rendirent à Kāñci, firent leurs ablutions dans l’étang Curakaratīrttam et adorèrent le dieu de Curakarēcam. Leur fièvre cessa immédiatement. (st. 42)

10Soulagés à moitié, ils se précipitèrent vers le mont Mēru. Dès qu’ils y arrivèrent leur état de conception cessa. Une lumière intense sortit de leur ventre, chemina vers l’étang Caravaṇappoykai et s’enfonça dans l’eau. Soudain, ĀRumukaN en surgit à la grande admiration des deva et des muNi. (st. 43-44)

11Ceux qui adorent Curakarēcar, après un bain dans le Curakaratīrttam, obtiennent sûrement la béatitude. (st. 45)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search