Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

24 – Cakōtaratīrttam (Voir Planche XIV. Fig. 1)

Texte intégral

1A l’ouest du temple de Kaccapācam se trouvent, sur les bords de l’étang appelé Cakōtaratīrttam, trois autres temples dont voici l’histoire. (st. l)

***

2Le sage MāṇṭakaNNi installa au sud de MeykkiḷavikkarimukaN (CattiyamoLivināyakar) un liṅkam qu’il adora. De ce fait, il jouit » sur terre, d un grand plaisir avec cinq filles célèbres du monde des deva et d une prospérité incomparable, à tel point que CatamakaN (IntiraN) en devint même jaloux. Quelque temps après, MāṇṭakaNNi quitta le monde terrestre et obtint le bonheur du paradis.

3Le liṅkam qu’il érigea prit le nom de MāntakaNNīcam et l’étang Cakōtaratīrttam fut appelé aussi Aiyarampaiyartīrttam. “Bain sacré des cinq filles célestes”, (st. 2-4)

***

4ALaRkaṭavul (Vahni, Agni) vit ses trois frères aînés mourir sans pouvoir porter les offrandes destinées aux deva. Craignant le même sort que ses frères, il alla à Kāñcipuram et se cacha dans l’étang situé à l'ouest du temple de CattiyamoLivināyakar. Il implora sa protection en lui déclarant qu’il le considérait comme son frère. L’étang fut appelé depuis ce moment Cakōtaratīrttam (st. 5-6)

5Les deva, constatant la disparition de KaNalōN (VaNNi) se mirent à sa recherche. Lorsqu’ils passèrent devant le Cakōtaratīrttam, les poissons qui y vivaient leur révélèrent sa cachette. KaNalōN troublé, sortit de l'eau comme un éclair et lança une malédiction contre les poissons en disant qu’ils périraient en palpitant, après s’être accrochés à des hameçons. Il pria ensuite les deva de lui permettre de les rejoindre dans leur monde, quelque temps après. Les deva acceptèrent et rentrèrent chez eux. (st. 7)

6Puis il installa sur le bord de l’étang Cakōtaratīrttam, un liṅkam qui fut appelé VaNNīcam. Il l’adora et obtint la force de porter lui seul toutes les offrandes faites aux deva. Plus tard, il rejoignit ces derniers et se mit à leur service. (st. 8-9)

***

7A l’ouest de VaNNīcam, le sage CavuNakar érigea un liṅkam, qui lui fit obtenir la béatitude. Ce liṅkam fut appelé CavuNakēcam. (st. 10) (Voir Planche XIV. Fig. 1)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search