Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

23 – Kaccapēcam (Voir Planche XII. Fig. 2)

Texte intégral

1CiRparaN (Civa), après avoir détruit, au cours d’une nuit, tout ce qui existait dans l’univers, se livra à la danse avec son épouse. Puis il voulut procéder à la création nouvelle. Il apparut alors sous la forme du Cōtiliṅkam “liṅkam de lumière”, à Kāñcipuram, lieu sacré qui, grâce à sa protection, s’était conservé lors de la dissolution du monde. S’étant introduit dans ce liṅkam, situé au sud d’Iṭṭacittīcam, Aṇṇal (Civa) recréa tout ce qu’il avait détruit : éléments de la nature, astres, deva, hommes, animaux, plantes etc. etc. (st. 1-3)

2NāNmukaN (BrahmaN) adora ce liṅkam et obtint le pouvoir de la création. (st. 4)

3NāraṇaN, devenu orgueilleux du fait qu’il avait soutenu le mont Mantaram, en assumant la forme d’une tortue, lorsque les deva et les acura barattèrent l’océan de lait, se mit à troubler tous les océans et sema ainsi la terreur partout. PaṇṇavaN (Civa) voulut le châtier. Il tua la tortue, prit sa carapace et l’enfila au milieu des crânes qui formaient son collier. (st. 5-6)

4Viṣṇu, pour expier sa faute, adora le Cōtiliṅkam et reprit son état primitif. (st. 7-10) (Voir Planche XIII. Fig. 1 et 2)

5Depuis lors, ce liṅkam fut appelé Kaccapēcam, ‘‘celui du Seigneur à la tortue”. (st. 11)

6Turkkai, AiyaNār, CūriyaN (Soleil), Vayiravar et Vināyakar, adorèrent également ce liṅkam et devinrent gardiens de la cité sacrée de Kāñcipuram. (st. 12)

***

7A l’ouest de Kaccapēcam se trouve un petit temple » dédié à CattiyamoLivināyakar “Le guide à la parole véridique”. (st. 13)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search