Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

22 – Iṭṭacittïccaram (Voir Planche XI. Fig. 1)

Texte intégral

1Le sage Tatīci, (Voir Planche XL Fig. 2) descendant de Piruku, était lié d'amitié avec le roi KupaN. Une vive discussion surgit un jour entre eux, sur le point de savoir qui des deux était le plus éminent. Chacun soutint qu’il était supérieur à l’autre. L’obstination de Kupan offensa Tatīci. Le sage en devint furieux et souffleta le roi. Celui-ci prit son épée et, d’un coup violent, il trancha en deux le corps de son antagoniste, qui expira tout en pensant à Veḷḷi (CukkiraN) (Vénus). (st. 1-6)

2Ce dernier le sut par révélation. Il se précipita sur les lieux, rajusta les parties tranchées du corps de Tatīci et, ressuscitant le sage, lui adressa les paroles suivantes :

3“Il y a à Kāñcipuram un temple situé au sud d’Ayirāvatīcam et connu sous le nom d'Iṭṭacittīccaram. C’est en adorant le dieu Ittacittīcar de ce temple, que j'acquis le pouvoir de ressusciter les morts. Au sud du temple se trouve un étang appelé Iṭṭacittittaṭam (Ittacittitīrttam), dont la réputation est grande. Ceux qui s’y baignent un dimanche acquièrent bonhneur et prospérité. Les maladies les plus graves dont ils souffrent, s'éloignent d’eux aussitôt. Au premier âge (kṛtayuga) NāNmukaN y fit ses ablutions avec Vāṇi (Caracuvati) et obtint le pouvoir de création. A l’âge du tretāyuga, le Soleil s’y baigna et acquit ses mille rayons. Ari s’y étant baigné avec Pūmātu (Lakṣmī) durant le tuvāparayuga, eut le pouvoir de conservation. Au début du Kaliyuga, Ampikai (Umā) y fit ses ablutions et occupa la moitié du corps de Kampar. (st. 7-15)

4PakaN, le maître du Nord (KupēraN), (Voir Planche XII. Fig. 1) TuccarumēḷaN, CāmpaN, NaḷaN, IrāmaN et les Pāṇṭava, y firent également leurs ablutions pour mettre fin au malheur qui les frappait. (st. 16-18)

5La partie Nord de cet étang est appelée Tarumatīrttam ; la partie Est, Aruttatīrttam ; celle du Sud, Kāmatīrttam et la partie ouest, Muttitīrttam. Bien que tous les dimanches soient favorables pour les ablutions dans cet étang, ceux du mois de kārttikai (novembre-décembre), sont plus propices. Va donc à Kāñcipuram, baigne-toi dans l'Iṭṭacittittīrttam et adore Iṭṭacittīcar. Il te gratifiera du don de devenir invulnérable” (st. 19-22)

6Tatīci alla à Kāñcipuram. Il fit ses ablutions dans l’étang sacré et adora Iṭṭacittīcar qui lui rendit le corps dur et inattaquable (st. 23)

7Fier de ce don, Tatīci alla à la cour du roi KupaN et le frappa à la tête d’un coup de son pied gauche. Une lutte s’engagea entre eux, mais KupaN fut vaincu, malgré l’assistance que lui apporta MāyaN (Viṣṇu). (st. 24-25)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search