Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

21 – Aricāpa Payantīrtta - Tānam

Texte intégral

1Jadis, un combat terrible éclata entre les fils d’Atiti (deva) et les fils de Titi (acura). Tirumāl se mit du côté des deva et combattit rudement les acura. Ceux-ci, incapables de résister, prirent la fuite et allèrent chercher asile chez Kiyāti, femme du sage Piruku et mère de Pūmakaḷ (Lakṣmī). (st. 1-3)

2MātavaN (Viṣṇu) poursuivit les acura et arriva jusqu’à la demeure de Kiyāti. Il vit celle-ci gardant le. seuil de la maison dans laquelle se trouvaient réfugiés ses adversaires. L’attitude de Kiyāti l’irrita. Sans avoir la moindre considération pour sa belle-mère, il lui trancha la tête d’un coup de son disque. Kiyāti roula sur le sol en poussant des cris de détresse et expira. (st. 4)

3Piruku qui pratiquait le yoga à quelques mètres de là, l’entendit et accourut sur les lieux. Il vit le cadavre de son épouse et l’attitude furieuse de MāyavaN. Ses yeux devinrent rouges de colère. D’une voix redoutable il s’écria : “Qu’as-tu fait, malheureux que tu es ? Sache que tu n’auras point le salut. Pour le péché que tu as commis, tu prendras dix naissances successives, propres à commettre des crimes et des méfaits et tu en subiras les conséquences”.

4Piruku alla voir ensuite Veḷḷi (Venus) et le pria de ressusciter sa femme. Veḷḷi le fit. (st. 5-8)

5Le dieu orné de guirlande de TuLāy (basilic) tourmenté par l’imprécation de Piruku, alla à Kāñcipuram, fit ses ablutions dans l’étang Civakaṅkai, établit un ermitage au sud de Cittīcam et fit pénitence tout en y installant un Civaliṅkam. (st. 9-11)

6Mukkaṇ nāyakaN (Civa) fit son apparition et lui demanda ce qu’il voulait. Tirumāl le pria de rendre inefficace la malédiction dont il avait été l’objet de la part de Piruku. (st. 12-14)

7Le Maître (Civa) lui dit : “Personne ne peut détruire les actes de mes dévots. Ils produisent toujours leurs effets. Mais comme tu as recours à moi, je puis faire en sorte que tes dix naissances, au lieu d’être nuisibles, soient utiles aux hommes”. (st. 15-17)

8Satisfait de ces paroles NeṭiyavaN, (Viṣṇu), dont la crainte se dissipa, lui demanda d’être perpétuellement présent dans le liṅkam qu’il avait installé pour lui.

9Le Maître aux trois yeux (Civa) acquiesça à sa demande. Le liṅkam prit le nom d’Aricāpapayantīrttaliṅkam le “linga qui a dissipé la crainte de la malédiction sur Hari”. (st. 18-20)

***

10A l’Est d’Aricāpapayantīrttaliṅkam ou d’AricāpapayantīrttatāNam, quelques ascètes érigèrent et adorèrent un liṅkam, eu vue d’obtenir la connaissance des trois temps : le passé, le présent et le futur. Cet endroit fut appelé MukkālañāNēcam ou TirikālañāNēcam. (st. 21)

***

11Au nord de TirikālañāNēcam se trouve Mataṅkēcam, où le sage MataṅkaN installa un liṅkam, en vue de la répression des sens. (st 22) (Voir Planche X. Fig. 1)

***

12A l’ouest de Mataṅkēcam, AccutaN, incarné en nain, adora un liṅkam pour tuer Māvali. Cet endroit fut appelé Apirāmēcam. (st. 22)

***

13L’éléphant blanc (Ayirāvatam), qui surgit de l’océan de lait lorsque celui-ci fut baratté par les deva, fit une pénitence à l’ouest d’Apirāmēcam, afin d’avoir le don de servir de monture au roi des célestes (IntiraN). Cette place prit le nom d’Airāvatēcam. (Voir Planche X. Fig. 2)

14Ceux qui font leurs oblations à l’un de ces endroits atteindront les pieds du Maître. (st. 23-24)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search