Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

20 – Cittīcam

Texte intégral

1Varaikkompu (Pārvatī ou Umā) fit une pénitence sur le bord de la rivière Kampai, au nord-est de Kāyārōkaṇam, après avoir attaché à son bras droit un cordon de protection, imbibé de safran. Elle se baigna ensuite, munie de son cordon, dans la rivière, dont l'eau devint jaune. (st, 1-2)

  • 1 mañcaḷ = jaune ; nīr = eau ; kūttar = danseur.

2Enchanté, le Maître à la chevelure imbibée d’eau (Civa) apparut sous forme d’un liṅkam, sur le bord du cours d’eau. Il fut appelé Mañcaḷnīrkkūttar1.

3Plusieurs sages pratiquèrent ensuite des austérités à cet endroit et devinrent des cittar.

4Le liṅkam prit alors le nom de Cittīcar et son temple fut appelé Cittīcam. Devant le liṅkam se trouve un puits appelé Cittatīrttam. Ceux qui se servent de son eau pour le bain, coupent la suite de leurs naissances. (st. 3-4).

Notes

1 mañcaḷ = jaune ; nīr = eau ; kūttar = danseur.

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search