Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

19 – Kāyārōkaṇam. (Voir Planche VIII. Fig. 2)

Texte intégral

1Le temps qui se divise en jours, mois et ans. détermine la vie des hommes et des deva. Quatre millions trois cent vingt mille ans forment un caturyukam. Pour AyaN mille caturyukam forment un jour et il meurt au bout de cent ans, calculés do cette façon, pour renaître ensuite. Pour MukuntaN la durée de la vie d’AyaN constitue un jour. Après cent années calculées de cette manière, MukuntaN s’éteint. Donc, à la mort de ce dernier, meurt aussi AyaN. (st. 1-5)

  • 1 Kāyam = corps, Ārōkaṇam = ascension.

2A cette époque notre Maître immortel (Civa) prend sur son dos leurs corps et se livre à la danse à Kāñcipuram, au sud de la rivière Vekavati, à l’endroit qui est appelé Kāyārōkaṇam,1 (st. 6)

3En adorant le liṅkam qui s’y érigea, la déesse qui vit sur le lotus (Lakṣmī) put avoir AccutaN pour époux. ĀṇṭaḷappāN (Jupiter) fit ses dévotions à Kāyārōkanam et obtint du Maître (Civa) la promesse d’accorder la béatitude à tous ceux qui feraient leurs ablutions le jeudi, jour de sa prépondérance, dans la pièce d’eau appelée Kāyārōkaṇatīrttam, située non loin du liṅkam. (Voir Planche IX. Fig. 1). TarumaN (Yama) y fit une pénitence et devint gardien du sud. (Voir Planche IX. Fig. 2)

4Kāyārōkaṇam est donc réputé avoir une gloire sans bornes. (st. 7-14)

Notes

1 Kāyam = corps, Ārōkaṇam = ascension.

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search