Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

18 – Paṇātarēcam

Texte intégral

1KaluLaN (KaruṭaN) qui eut le don de détruire la race des serpents, se livra à une vive attaque contre eux. Il réussit à en tuer un grand nombre. Ceux qui échappèrent à sa vue, se rendirent à Kāñcipuram, installèrent au nord de la rivière (Vēkavati), et au sud d’Ātīpitēcam, un liṅkam, qu’ils appelèrent Paṇātarēcam, et prièrent CivaN de mettre fin au malheur qui frappait leur race. Le dieu miséricordieux, à l’oeil frontal, prit ces serpents et s’en para. Sauvés du péril et devenus orgueilleux du fait qu’ils ornaient son corps, les serpents s’enhardirent beaucoup. Un jour ils virent Ari (Viṣṇu) arriver chez CivaN, monté sur KaluLaN. L’effronterie des serpents fut telle qu’ils demandèrent, alors ironiquement à KaluLaN : “Comment vas-tu KaluLa ?” (st. 1-5). La protection des grands rend la vie des protégés, heureuse et sans peur. (st. 6)

2Ceux qui ont lu ou entendu cette histoire sortiront indemnes de la morsure de serpents. (st. 7)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search