Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

17 – Muttīcam (Voir Planche VII. Fig. 1)

Texte intégral

1Le sage KācipaN avait deux femmes : Katturu et Cuparuṇai. Elles ne vivaient pas en bonne harmonie. Chacune prétendait être plus jolie que l’autre. Un jour elles décidèrent que celle qui serait déclarée par leur mari la plus jolie, aurait le droit d’emprisonner l’autre. Elles se présentèrent toutes les deux devant Kācipar et lui exposèrent leur affaire. Le mari déclara que Katturu était plus belle que Cuparuṇai. Celle-ci fut donc incarcérée. (st. 1-4)

2Quelques jours après, Cuparuṇai demanda à Katturu de la libérer. Katturu lui accorda la liberté à condition d’aller lui quérir l’ambroisie du monde des deva. (st. 5-6)

3Cuparuṇai alla à Kāñcipuram et adora Muttīcar, dont le temple se trouve au Nord-Est d’Ātipitēcam. CivaN lui apparut et lui dit qu’elle aurait un enfant et que cet enfant lui ferait avoir la liberté définitive. Cuparuṇai rejoignit ensuite son mari. Elle eut un enfant. Ce fut l’oiseau KaruṭaN. Un jour elle fit part à son fils de son aventure. KaruṭaN quitta immédiatement sa mère, gagna d’un vol rapide le monde des deva, chassa IntiraN de son palais, s’empara de l’ambroisie qui s’y trouvait et revint vers sa mère. (st. 7-9)

4En chemin il rencontra Māl, qui engagea avec lui un combat terrible. La lutte dura vingt et un jours. Les combattants étaient toujours d’égale force. MāyaN voulut triompher par un moyen astucieux. Il dit à son adversaire : “Je te félicite de ta vaillance. Dis moi ce que tu veux. Je te l’accorderai de suite”. A ces mots, KaruṭaN lui répliqua : “Je n’attends rien de toi. Par contre, je suis prêt à t’accorder le don que tu voudras. Dis moi ton intention”. (st. 10-12)

5MāyaN profitant de l’occasion, lui répondit : “Mon vœu est que tu deviennes ma monture”. (st. 13)

6“Qu’il en soit ainsi”, lui dit KaruṭaN, pour tenir sa parole. (Voir Planche VII. Fig. 2). Il le quitta ensuite, alla remettre l’ambroisie à Katturu et fit sortir sa mère de la prison. (st. 14-15)

7Plus tard, par esprit de vengeance, il voulut tuer les enfants de Katturu, qui étaient des serpents. A cet effet, il alla adorer Muttīcar sur les conseils de sa mère et obtint le don de mettre à mort les serpents. (st. 16) (Voir Planche VIII. Fig. 1)

8Il est à noter que c’est à Muttīcam que le saint TirukkuRipputtoṇṭar, qui était de la caste des blanchisseurs, s’identifia avec MatimuṭimuLumūtal (Civa). (st. 17)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search