Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

15 – Parācarēcam

Texte intégral

1Le roi CutācaN, devenu acuraN à la suite d'une imprécation du sage VaciṭṭaN, errait ça et là. VicuvāmittiraN, qui était l'ennemi de VaciṭṭaN, le rencontra un jour et l’excita contre les fils de ce dernier. CutācaN se mit à la recherche des enfants de VaciṭṭaN et les avala l’un après l’autre. Le père très affligé, voulut se suicider. Il grimpa sur la cime d’une montagne et se laissa tomber. La déesse de la terre eut pitié de lui, le reçut sans qu’il eût aucun mal et le sauva. Mais la douleur causée par la perte de ses fils, n’en fut pas moindre. VaciṭṭaN ne cessa pas de se lamenter. (st. 1-6)

2Un jour il vit sa bru Atircanti, femme de son fils aîné CattimuNi, pleurer à chaudes larmes et se frapper des deux mains sur le ventre, en pensant à son mari disparu. Comme elle était enceinte, VaciṭṭaN se précipita vers elle et la réprimanda en ces termes : “Que fais-tu là, femme insensée ? Cherches-tu à briser ma lignée en frappant contre le siège de ma progéniture ? Reste donc tranquille”. Atircanti se tut. A ce moment on entendit le vagissement de l’enfant qui se trouvait dans le sein de sa mère. Tous en furent étonnés. Le dieu qui dort sur le serpent fit alors son apparition devant VaciṭṭaN. Il lui dit qu’il aurait un petit-fils très instruit et très dévoué à CivaN et il disparut. Atircanti mit au monde un enfant qui fut nommé Parācarar (st. 7-12)

3L’enfant qui grandissait comme un croissant de lune, demanda un jour à sa mère pourquoi elle avait l’apparence d’une veuve et où se trouvait son père. Atircanti, tout en sanglotant, lui dit qu’un acura l'avait dévoré. A ces mots Parācarar se leva avec une fureur sans borne et dit qu’il allait dévorer tous les êtres de l’univers. VaciṭṭaN le calma, lui fit comprendre que seuls les acura étaient responsables et lui conseilla de faire ses dévotions à CivaN pour pouvoir détruire complètement la race des acura. (st. 13-15)

4Parācarar demanda alors à son grand-père quel était l’endroit à· choisir pour cette pratique. VaciṭṭaN lui exposa la grandeur et la sainteté de Kāñcipuram et l’envoya à cette ville. (st. 16-19)

5Arrivé à Kāñcipuram, Parācarar fit ses ablutions dans la rivière Kampai, salua Ēkāmparar, installa en son propre nom un liṅkam sur le bord de la rivière, au Nord Ouest de Maṇikaṇṭēcam et se livra à une adoration rigoureuse et soutenue. (st. 20-21)

6Le dieu à la chevelure de couleur d’or daigna alors apparaître devant lui et lui demanda ce qu’il voulait. Parācarar se prosterna à ses pieds et s’exprima en ces termes : “Seigneur ! ma mère me dit qu’un acura avait dévoré mon père, Le devoir de fils m’obligeant à le venger, j’ai pris la résolution d’anéantir toute la race des acura. De votre bonté, je sollicite maintenant l’aptitude à mettre mon dessein à exécution”. (st. 22-23)

7Le Maître présenta à Parācarar son père CattimuNi et lui dit : Regarde ton père qui est venu ici avec nous, poussé par l’envie de te voir. Grâce à tes dévotions, il a pu gagner notre monde. Satisfait de ta pénitence, nous t’accordons le don de massacrer les acura et d'exterminer leur race. Mais tu ne le feras qu’après une pūjā que tu accompliras rituellement”, Cela dit il disparut avec CattimuNi (st. 24-26)

8Parācarar procéda aussitôt à une pūjā et détruisit ensuite les acura en les massacrant les uns après les autres.

9Le liṅkam installé et adoré par Parācarar, fut appelé Parācaram. (st.27)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search