Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

14 – CattatāNam

Texte intégral

1Les sages Attiri, KuccaN, VaciṭṭaN, Piruku, Kautamar, Kācipar et Aṅkirā faisaient leur pénitence sur les monts Himalaya. Ampuya vāLkkaineṭuntakai (BrahmaN) apparut devant eux et leur demanda ce qu’ils voulaient. Ils le prièrent alors de leur indiquer un expédient facile par lequel, même les faibles d’esprit, peuvent obtenir le bonheur suprême. (st. 1-4)

2MalarppōtaN (BrahmaN) leur dit : “Ce qui plait à mon maître (Civa), c’est l’accomplissement des devoirs. Les devoirs sont de deux genres : devoirs mondains et devoirs envers l’Etre Suprême. Les devoirs mondains qui sont relatifs aux êtres et partant aux cérémonies et aux sacrifices divers, ne produisent leur effet que pendant une période déterminée ; tandis que les devoirs envers CivaN, qui consistent à penser toujours à lui, à l’adorer, à lui faire des dévotions, à entrer en contemplation sur lui etc., ont un effet permanant, accordant un bonheur sans fin. Ceux qui s’adonnent à l’adoration, la dévotion ou la contemplation dans un lieu sacré de CivaN, de préférence à Kāñcipuram, sont privilégiés par rapport à ceux qui s’y livrent en un autre endroit”. (st. 5-9)

3Après avoir entendu ces paroles, les sages allèrent à Kāñcipuram. Ils firent leurs ablutions dans l’étang sacré de Civakaṅkai, rendirent leurs hommages à Ēkampavāṇar et installèrent chacun un liṅkam sur le bord de la rivière jaune (Kampai), à proximité de Cārntācayam. CivaN leur apparut dans une vision et leur dit : Vous deviendrez des ermites sous le règne de Vaivaccuta MaNu. Nous vous gratifierons alors de la béatitude finale. Ceux qui nous verront dans les sept liṅkam que vous venez d’ériger ici et qui les adoreront, auront une vie heureuse ici-bas et iront ensuite au ciel où ils jouiront d’un bonheur éternel.” Puis il disparut. (st. 10-12)

4L’endroit aux sept liṅkam devint CattatāNam. (st. 13)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search