Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

13 – Cārntācayam (Voir Planche V. Fig. 3)

Texte intégral

1ViyātaN, fils de Parācarar, compilateur des Veda et des Purāṇa, fit une pénitence austère à Kāci (Banaras), où il y avait aussi d’autres pénitents. Ces derniers lui demandèrent un jour de leur expliquer le Vētāntam. ViyātaN fit un commentaire explicite des Veda, des Purāṇa et des autres systèmes de doctrine. (st. 1-5) (Voir Planche VI. Fig. 1)

2Les pénitents ne pouvant retenir tous les détails donnés par le grand sage, le prièrent de leur faire connaître en quelques mots l’essence des Veda. ViyātaN dit, contrairement à ce qu’il avait expliqué, que toutes les doctrines étaient unanimes à déclarer que NāraṇaN seul était l’Etre Suprême. Surpris de le voir en contradiction avec lui-même, les sages lui demandèrent de le jurer dans le sanctuaire du temple de Vicuvanātar. (st. 6-10)

3ViyātaN se présenta devant Vicuvanātar et en présence des pénitents qui l’y conduisaient, il leva les bras et répéta ce qu'il avait déjà dit. (st. 11)

4Vicuvanātar qui est l’essence de tout et qui représente tout, n'y fit pas attention. Mais Nanti, sa monture et son dévot, en devint furieux et lança une imprécation contre ViyātaN, dont les bras levés restèrent immobiles. (st. 12-13)

5Il fit alors une dévotion intérieure à Māl (Viṣṇu.). Celui-ci apparut devant lui et lui parla en ces termes : Qu’as-tu fait ViyātaN ? Non seulement tu t’es compromis, mais tu m'as compromis moi-même. Ne sais-tu pas que CivaN est le seul Etre Suprême, adoré de tous ? MakavāN (IntiraN) est considéré comme un dieu, parcequ’il est à la tête des sacrifices. Il en est de même de TamaraikkiLavaN (BrahmaN) qui est à la tête des MaRai (Veda). Je passe pour un dieu parceque tous les mondes sont sous mon autorité. Mais MaṇimiṭaRRiRaiyōN (Civa) est le Maître Suprême de tout ce qui existe. C’est lui seul qui est capable de te sauver. Ses pieds sacrés constituant ton seul refuge, ne tarde pas de les adorer.” (st. 14-28)

6ViyātaN, tiré de son illusion, commença avec les autres sages à adorer CivaN. Celui-ci se présenta devant lui avec Umai, orné d’une guirlande de crânes et suivi de PiramaN et de Cakkarapāṇi. “Viyāta ! lui dit-il, regarde que celui pour qui tu avais une profonde vénération, fait partie de notre suite. Les crânes des PiramaN (BrahmaN) et des Māyar (Viṣṇu) qui périrent pendant les déluges dont nous sommes l’auteur, ornent notre poitrine en guise de guirlande. Nous les portons sur nous pour faire comprendre à toi et à tes semblables que vous êtes tous éphémères et que nous sommes toujours immortel. Fais nous tes dévotions et obtiens ton salut”. Cela dit, il disparut. (29-42)

7ViyātaN, ainsi éclairé, se souvint de ce qu’il avait appris que les deva cherchaient toujours à faire du tort aux gens qui se livraient à la pénitence à Kāci (Banaras), en jetant la confusion dans leur esprit. Il quitta cette ville et se rendit à Kāñci, où l’on obtenait facilement le bonheur suprême. Il y installa au sud-ouest du Maṇikaṇṭēcam un liṅkam et l’adora. (st. 43-47)

8CaṭilamōlivarataN (Civa) apparut et lui demanda ce qu’il désirait. Le sage s’exprima pieusement comme suit : “Seigneur ! Mon vœu est que vous résidiez toujours dans ce liṅkam et accordiez votre grâce a tous ceux qui viendraient ici faire leurs dévotions. Je désire en outre que ce temple soit appelé Cārntācayam, “Asile des adhérents’.

9Le Maître répondit : “Qu’il en soit ainsi”. Puis il pénétra dans le liṅkam et disparut. (st. 48-51)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search