Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

12 – Maṇikaṇṭēcam (Voir Planche V. Fig. 2)

Texte intégral

1Les deva et les acura craignant la mort, allèrent demander à KamalakkiLavaN (BrahmaN) de leur indiquer le moyen de devenir immortels. Celui-ci les amena chez NāraṇaN qui leur dit que si l'on barattait l’océan de lait, on obtiendrait l’ambroisie, laquelle donnerait l’immortalité à ceux qui l’absorberaient.

2Suivis de NāraṇaN, ils se rendirent tous à la mer de lait. Ils y placèrent le mont Mantaram en guise de baratton et prirent le serpent Vācuki pour leur servir de corde. ViṇṇavaN (Viṣṇu) dit tant aux deva qu’aux acura que ceux qui parviendraient a baratter la mer et à en tirer l’ambroisie, auraient le droit d’en profiter. (st. 1-8)

3Les acura commencèrent d'abord l'opération. Ils enroulèrent Vâcuki autour du Mantaram et le tirèrent en le saississant les uns par la tête et les autres par la queue. Le mont resta immobile et les acura, fatigués et désespérés, lachèrent Vācuki. (st. 9)

4Les deva voulurent essayer à leur tour. Ils firent de grands efforts pour faire bouger le Mantaram. Celui-ci ne fit aucun mouvement. Les deva peinés, perdirent courage. Ils aperçurent alors le roi des singes Vāli que le hasard amenait. Ils le prièrent de les aider. (st. 10-11)

5Vāli dit aux deva et aux acura : “Nous allons tous ensemble essayer de baratter la mer. Je saisirai le serpent par la queue, tandis que vous autres, vous l’attraperez tous par la tête.” (st. 12-13)

6On commença le barattement. La traction de Vāli étant plus vigoureuse que celle des autres, le mont Mantaram pencha dans sa direction, de sorte que du côté opposé on ne pouvait résister et on lachait prise. Vāli saisit alors Vācuki par la tête avec l’une de ses mains et par la queue avec l’autre et tira d’un mouvement alternatif de ses deux bras. Le Mantaram commença à s’enfoncer dans la mer. TirumaRumārpaN (Viṣṇu) prit alors la forme d’une tortue, se plongea dans l’océan et porta sur son dos le Mantaram qui surnagea. Le roi des singes le fit tournoyer à droite et à gauche en tirant sur Vācuki qui lui servait de corde. (st. 14-16)

7Le serpent, se voyant très malmené et ne pouvant supporter l'ardeur des mouvements que lui impreignait Vāli, cracha du venin. Vāli saisi de frayeur, abandonna son œuvre et s’enfuit. (st. 17-18)

8L’effet du venin qui sortit de la bouche de Vācuki fut tel que MāyavaN qui était blanc devint noir. MalarōN eut le teint de la fumée et les autres changèrent également de couleur. (st. 19)

9NāraṇaN et autres se précipitèrent vers le mont Kayilai et exposèrent au Maître (Civa) ce qui leur était advenu. Ce dernier leur promit protection. Il fit appel au venin qui vint se poser dans sa main comme un insecte noir sur un lotus. MālviṭaippaṇṇavaN (Civa) demanda ensuite à son épouse de jeter un regard grâcieux sur le venin, en lui disant que sa vue avait le pouvoir d’anéantir tout son effet nuisible. Cette dernière ayant obéi à son ordre, il le mit aussitôt dans sa bouche et le fit passer dans son gosier où il le retint. Il congédia ensuite Māl et autres, en les informant qu’ils pourraient baratter la mer sans peine et en tirer l’ambroisie. Il leur recommanda de l’absorber et de devenir immortels. (st. 20-59)

10Pour expier le péché qu’ils avaient commis en laissant l’Etre-Suprême (Civa) avaler le venin, les deva allèrent à Kāñcipuram, y installèrent un liṅkam auquel ils donnèrent le nom de Maṇikaṇṭēcam et l’adorèrent. Ce n’est qu’ensuite qu’ils barattèrent l’océan du lait et obtinrent l’ambroisie. Ils la mangèrent et devinrent immortels. (st. 60-63)

11Le serpent Vācuki de son côté, pour réparer la faute qu’il avait commise en crachant son venin, alla à Kāñcipuram creusa un étang du nom d’ANantatīrttam et installa non loin de Maṇikaṇṭēcam, un liṅkam qu’il adora avec les gemmes de son chaperon. Ce liṅkam prit le nom de Panāmaṇīcam. (st. 64-67)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search