Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

11 – Civāttānam (Voir Planche IV. Fig. 2)

Texte intégral

1Māl (Viṣṇu) étant sorti de la partie gauche du corps de CivaN, créa TicaimukaN (BrahmaN) et les mondes. Celui-ci en devint jaloux. Il se présenta devant CivaN, lui fit remarquer que lui-même et son créateur étaient égaux et lui demanda en conséquence de lui accorder le pouvoir de créer à son tour MāyaN (Viṣṇu) et les mondes. Le Maître lui dit qu’il obtiendrait ce pouvoir s’il l’adorait à Kāñci. (st. 1-7).

2AmpuyaN (BrahmaN) alla de suite à cette ville, installa en son nom un liṅkam à l’Est de Puṇṇiyakōṭīcam et creusa un étang qui fut appelé Piramatīrttam et adora rituellement CivaN. (st. 8-9) (Voir Planche V. Fig. 1)

3Plus tard il conçut l’idée de faire un Cōmayākam. Les deva et les sages qui l’apprirent, vinrent assister au sacrifice. On allait commencer les cérémonies. (st. 10)

4MoLikkiLatti (Caracuvati), une des épouses de PaṅkayaN (BrahmaN), qui était allée à ce moment faire ses ablutions dans l’étang, s’y attarda. Elle revint ensuite, mais se cacha subtilement dans les arbres. Aussi est-ce pour cette raison qu’on dit que Nāmakaḷ (Caracuvati) réside sous forme de mélodie dans le tambourin, la flûte, le vīṇai et tous les autres instruments de musique, dans la fabrication desquels le bois entre en composition, (st. 11-12)

5AyaN (BrahmaN) constatant l’absence de Kalaimakaḷ (Caracuvati) commença le yākam, aidé de ses deux autres femmes, Cāvittiri et Kāyattiri. Kalaimakaḷ en devint furieuse. Elle voulut troubler l’œuvre de son époux. Elle prit la forme d’un fleuve et se dirigea vers le lieu du sacrifice, dans une crue épouvantable. (st. 13-22)

6Nāratar qui y était présent, le sut. Il en informa de suite PuṇṭarīkaN (BrahmaN) qui, pensant aussitôt à Umaipaṅkar (Civa), l’adora dans son for intérieur. Celui-ci ordonna immédiatement à MāyaN (Viṣṇu) de barrer le chemin à Vāṇi (Caracuvati). Le père de MalarōN (Viṣṇu) fit coucher son serpent (ĀticēṣaN) devant le cours d’eau qui s’avançait à toute vitesse et s’étendit dessus. (st. 23-27)

7Vāṇi changea de direction. Elle contourna le serpent vers le Nord pour arriver à l’endroit du sacrifice. Sur l’ordre d’Ari, le serpent changea également de place. Il se mit en travers du chemin suivi par l’épouse d’AyaN. Cette dernière ne pouvant surmonter l’obstacle qu’elle rencontrait, devint confuse. Elle se dirigea vers l’Est et alla enfin se déverser dans la mer. Quittant ensuite le cours d’eau, qui fut appelé Vēkavati, (l’“Impétueuse”), elle s’installa dans les plantes, comme auparavant. (st. 28-30)

8Le Maître se présenta devant MāyaN et lui donna les titres de CoNNavaṇṇañceytavaN et Viḷakkoḷiviṇṭu, parce qu’il avait exécuté ses ordres et avait servi, comme une lampe lumineuse, à apercevoir l’arrivée du fleuve. (st. 31-32)

9AyaN fit pénétrer les éléments de son épouse dans une tige de bois. Puis, avec l’aide des officiants qui y étaient présents, il réussit à séparer du bois Vāṇi qui reprit son ancien état. En compagnie de ses trois femmes, il accomplit alors le sacrifice entrepris. (st. 33-35)

10Le dieu des dieux apparut devant lui avec Umai et lui accorda le pouvoir de créer Tirumāl et les mondes, ainsi qu’il l’avait désiré. (st. 36-42)

  • 1 CivāttāNam = Cour de Civa (salle d’assemblée).

11VetaN exposa ensuite un autre voeu. C’est de voir l’endroit où il avait installé le liṅkam, appelé du nom de CivāttāNam1. CivaN acquiesca et disparut. (st. 43-49)

Notes

1 CivāttāNam = Cour de Civa (salle d’assemblée).

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search