Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

9 – Puṇṇiyakōṭīcam

Texte intégral

1Au sud de Cattiyaviratam se trouve le temple Puṇṇiyakōṭi. Voici son histoire. (st. 1-2)

2NāraṇaN, sous forme de nuage, avait longtemps servi de monture à UmparkōN (Civa). Celui-ci, voulant le récompenser, lui demanda ce qu’il désirait. Il sollicita alors le pouvoir de créer MalarōN (BrahmaN) et les mondes. Le Maître lui dit que son désir serait réalisé si, en installant un liṅkam à Kaccippati (Kāñcipuram), il l'adorait avec des fleurs de lotus. (st. 3-6)

3NāraṇaN, se rendit aussitôt à Kāñci. Il installa un liṅkam et creusa un étang au sud de Cattiyaviratam. (Voir Planche II. Fig. 2. Planche III. Fig, 1). Il se fit un devoir de cueillir tous les jours des fleurs de lotus et de faire ses dévotions à CivaN. Un éléphant (kacēntiraN) voulant avoir le salut, se mit à son service. Il se baignait à l’aurore dans l'étang sacré et allait chercher pour son maître les fleurs nécessaires à sa prière. (st. 7-10)

4Un matin quand l’éléphant descendit dans un étang de lotus, un crocodile le saisit par l’une de ses pattes et le tira vers le fond de l’étang. L’animal à trompe, incapable de se sauver, poussa des barissements. Le danger devenant plus imminent il cria : “Au Secours ! Ō l’origine de toutes choses ! Au Secours !” (st. 11-12)

5PuṇṭarikakkaṭpuṇṇiyaN (Nārāyaṇa) étant la cause première de ce qui existe, répondit à son appel. Monté sur le Puḷḷaracu (KaruṭaN) il se dirigea de suite sur l’étang. Il vit la détresse de son serviteur et lança son disque sur le crocodile qui fut tranché en deux sur le champ. (st. 13-14)

6L’éléphant sauvé du danger, cueillit bon nombre de fleurs dans cet étang et retourna à sa place avec son maître. Celui-ci, content de n’avoir pas manqué à son devoir journalier, se livra à sa prière comme d’habitude. CaṭaiyōN (Civa) apparut alors et lui demanda ce qu’il voulait avoir. IntiraikōN (l’époux d’Intirai, NāraṇaN) s'exprima en ces termes : “Oh ! mon bienfaiteur ! J’ai envie de créer TāmaraiyōN (BrahmaN) et les mondes. Veuillez m’en accorder le pouvoir. L’éléphant qui est ici m’est très dévoué. C’est lui qui allait chercher tous les jours les fleurs nécessaires à ma pūjā. Je voudrais que l’endroit que j'habite soit appelé de son nom. Je voudrais en outre qu’une œuvre pie accomplie par un homme après un bain dans cet étang, produise l’effet de dix millions d’œuvres faites en d’autres endroits”. (st. 15-33)

7Le Maître lui accorda tous ces dons particuliers et rentra dans son liṅkam. qui fut appelé Puṇṇiyakōṭi. (st. 34)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search