Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

7 – Talavicēṭam

Texte intégral

1Un jour UlakamīNRacelvi (Umai) demanda au Grand Maître (Civa) comment, en dehors des sages, les hommes ordinaires, les animaux et les oiseaux pourraient obtenir le bonheur céleste. Le dieu lui répondit : “Tu sais que je suis subtilement mêlé à tout et que je suis par conséquent présent partout. Cependant je réside d’une façon visible dans les lieux sacrés afin que les êtres puissent, à ma vue, se délivrer des maux dont ils souffrent et obtenir la béatitude finale. (st. 1-16)

2Parmi les lieux sacrés qui sont très nombreux, on peut citer Tiruccētu, Ālāvy, Cirāppaḷḷi, TiruvaLuvūr, TiruvaiyāRu, Iṭaimarutūr, Tillai, MutukuNRam, Aruṇakiri, Tiruviriñcai, Ōttūr, Kāñci, ĀlavaNam, Kāḷatti, Tiruccayilam, Cittavaṭam, Virūpākkam, Tiriyampakam, TirukkōkaNNam, UccayiNi, Kāci, Kētāram, Pirapācam, Imayamalai, Kayilai et autres. Parmi ces lieux Tirukkâñci (Kāñcipuram) est meilleur, parce que j’y vis sous le nom d'ĒkampanātaN, procédant aux cinq opérations, savoir : tōRRam (création), nilai (conservation), iRuti (destruction), maRaippu (secret) et aruḷ (miséricorde). Il suffit, pour tout être qui cherche le salut, de passer quelques heures dans ce lieu sacré pour en être favorisé. AyaN y ayant fait une pūjā, il s'ensuivit son nom de Kāñci. (Ka = AyaN (BrahmaN), añci=pūjā)”. (st. 17-27)

3La ville de Piramapuram dont parlent les MaRai (Veda) n’est autre que Kāñcipuram. (st. 28)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search