Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

6 – CaNaRkumārar

Texte intégral

1Il existe sur le mont Mēru un pic appelé Cataciruṅkam, comportant une forêt magnifique, nommée PiramavaNam et une jolie ville du nom de Piramamānakaram, appartenant à NāNmaRaikkiLavaN (BrahmaN) (st. 1-11).

2Dans un quartier de Piramamānakaram, le sage CaNaRkumārar, entouré de ses disciples, pratiquait le yoga. Le Maître des célestes (Civa), monté sur son taureau blanc, avec son épouse, passa en l'air devant lui, suivi des Kaṇa. Plongé dans la profonde méditation, au point de ne savoir rien de ce qui se passait autour de lui, CaNaRkumāraN ne le salua pas. Civa fit remarquer alors à Umai que CaNaRkumāraN avait tout son esprit concentré en lui et en son épouse, manifesta sa satisfaction de le voir dans un tel état et retourna à son temple. Mais Nanti, vexé de l’impolitesse du yogin qui était immobile, lança une malédiction contre lui en lui disant : “Comme tu es indifférent comme un chameau, tu deviendras chameau”, (st. 12-27)

3Le sage prit de suite la forme d’un chameau. Il erra partout et arriva enfin à Kāñcipuram. Malaraṇaipputtēḷ (BrahmaN), son père, faisait alors sa pénitence près du temple de Kaccapēcar. Il aperçut le chameau et sut, par sa vision mentale, ce qui lui était arrivé. Il se prosterna devant Kaccapēcar, l’adora et implora sa clémence pour faire délivrer son fils de l’effet de la malédiction qui le frappait. Le Maître apparut et lui dit qu’il ne pouvait rien faire pour ce qui était advenu par Nanti, son dévot. (st. 28-35)

4Malarāḷi (BrahmaN) continua sa pénitence non vis-à-vis de CivaN, mais vis-à-vis de Nanti. Celui-ci se présenta devant lui et lui dit que son fils reprendrait sa forme primitive, s’il retournait au mont Mēru et qu’il deviendrait ensuite son disciple. (st. 36-37)

5Sur les conseils de Vētā (BrahmaN), le chameau se rendit à l’endroit indiqué. Nanti, par un regard grâcieux fit disparaître la forme animale. CaNaRkumāraN, heureux d’être rentré dans son état primitif, devint le disciple de Nanti, qui lui enseigna toutes les sciences (st. 38-41).

6Un jour CaNaRkumārar, s’adressant à son maître lui dit - “Seigneur ! De toutes les sciences que vous m’avez enseignées, il appert que la béatitude n’est autre que l’union de l'âme avec CivaN. Les moyens d’atteindre l’Etre Suprême paraissent être différents. Daignez m’indiquer le plus facile de ces moyens”. (st. 42-44)

7L’homme, dit Nanti, après avoir franchi les trois premiers āciramam (états de vie), entre dans le TuRavn (CaNNiyācam). Grâce à sa sagesse et à son entière dévotion à CivaN, celui-ci lui apparaît et lui accorde la béatitude. C’est là le chemin régulier et normal du salut. Mais tous ne peuvent pas le suivre. Il y en a un autre qui est moins pénible : c’est de vivre dans les lieux sacrés de Mukkan emnāN (Civa). Si l’on y meurt, on est sûr du bonheur du paradis" (st. 45-54)

8CaNaRkumāraN reprit : “Mon Maître ! Les lieux sacrés de CivaN sont nombreux. N’y en a-t-il pas un qui puisse accorder cette faveur plus facilement que les autres ?” (st. 55).

9Nanti réfléchit un instant. Il se souvint du récit qu’avait fait jadis ViṭayōN (Civa) à son épouse et commença à le lui raconter. (st. 56)

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search