Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

5 – Histoire du purāṇam

Texte intégral

1Dans la forêt Naimicāraṇiyam, qui ressemblait au KaRpakavaNam, les sages VaciṭṭaN, VētāraṇiyaN, PulattiyaN, TuruvācaN, CukaN, VacucciravaN, ĀṇimāṇṭaviyaN, CuNappuccaN, CamuvarttaN, MaṇimēcakaN, CuNaccēpaN, IraikkuvaN, CamputaRparaN, ĀttirēyaN, CaunakamuNi, PulakaN, ĀcuvalāyaNaN, CamatakkiNi, CaṅkaN, IraivataN, KucuruvintaN, MātēcaN, IlikitaN, ParācaraN, KaRkaN, Kirutu, AkkiNipaN, ParuppataN, NācikētaN, NārataN, AcikarttaN, Ururu, ViccuvāmittiraN, Kuni, ParattuvācaN, UttālakaN, VācacciravaN, CāṇṭiliyaN, KācipaN, VāmatēvaN, TāRpiyaN, IracaNi, Kaṇṇuvar et autres se réunirent un matin et éxaminèrent le moyen de voir KaRaimiṭaRRiRai (Civa) (st. 1-12).

2Chacun opina à sa façon. L’époux d’Aruntati (VaciṭṭaN) dit que la pénitence (tavam) était la seule voie possible. CātātapaN fut d’avis que seul l’accomplissement du devoir (aRam) pouvait conduire au inonde de Dieu. KavutamaN insista sur la charité (koṭai). KācipaN tint pour la vérité (mey), ParattuvācaN pour le sacrifice (eccam), KaṇṇuvaN pour un fils (makavu), TuruvācaN, le çaiva, enfin pour le renoncement (tuRavu) (st. 12-19).

3Pendant cette discussion le sage CūtamuNi arriva sur les lieux. On le reçut avec beaucoup de révérence, on lui fit part de l’objet de la discussion et on le pria d’indiquer par quel moyen on pourrait voir les pieds d’AraN (st. 20-25).

4CūtamuNi répondit : “ce que vous désirez savoir se trouve déjà traité dans une des six parties du Kāntam (Kantapurāṇam), celle appelée CaNaRkumāra Caṅkitai, au chapitre relatif à la magnificence de l’étang. Nanti l’ayant raconté à CaNaRkumāraN, celui-ci l’exposa à ViyātaN qui me l’expliqua” (st. 26-27).

5Ceci dit, il commença à parler du moyen par lequel ces sages pourraient voir les pieds du “guide des célestes” (AṇṭarnāyakaN), du “guide de la ville de la Danse” (Naṭampurin), du “guide qui prend pour temple le cœur de ses esclaves” (aṭiyavaruḷakkōyilkonṭāN). (st. 28).

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search