Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

3 – La cité

Texte intégral

1Kāñci est la principale ville du Pālināṭu. Quand KañcattaviciNōN (BrahmaN) créa cette ville, il fit appel à la “Beauté” qui vint s’y fixer. Elle est plus belle que les cités de KañcaN et de NāraṇaN et celle des Imayavar qui est le séjour de Valāri (IntiraN) (st. 1-5).

2Comme toutes les grandes villes, Kāñci se divisait en deux ville intérieure et ville extérieure. En un endroit de la ville extérieure se trouvaient des parcs ravissants. On y voyait des paons se promener majestueusement au bord des allées. Les fleurs s’épanouissant, dégageaient un parfum délicieux. Les insectes qui cherchaient le nectar, bourdonnaient autour des plantes. Dans les pièces d’eau, au fond des parcs, les cygnes se livraient à des ébats et allaient se reposer sur les nénuphars qui y poussaient en abondance. Le chant des oiseaux égayait les gens qui allaient prendre l’air dans les parcs· (st. 6-10).

3En un autre endroit de la même cité, des éléphants en grand nombre étaient soigneusement parques. On voyait des chevaux de bonne race dans les écuries, situées a proximité des remises où se trouvaient gardés des chars qui présentaient un aspect attrayant. (st. 11-23).

4La ville intérieure, clôturée par une haute muraille, était entourée d’une fosse profonde, empêchant tout accès aux étrangers. A l’entrée de la ville, le quartier des courtisanes paraissait être en fête. Celui des marchands était animé. Dans les boutiques on voyait toutes sortes de marchandises. Plus à l’intérieur, des rues larges, bordées de hautes maisons à étage, s’étendaient d’un bout à l’autre de la ville Un bruit de joie régnait dans toutes les maisons, marquant ainsi l’opulence et le bonheur dans lesquels vivaient leurs occupants. Les sages et les érudits habitaient un quartier spécial. Ils se livraient à l’étude des diverses sciences et de la spiritualité et les enseignaient à leurs disciples. (st. 24-109).

5Au centre de la ville s’érige l’Ēkampam (temple d’Ekāmparar) avec ses belles portes monumentales. Tout autour et dans le voisinage de Tiruvēkampam se trouvent de nombreux autres temples pouvant accorder le salut à tous ceux qui viennent y faire leurs dévotions. Kāñci est donc le siège de la vertu, de la sagesse et du bonheur éternel. (st. 110-126).

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search