Version classiqueVersion mobile

Les légendes çivaïtes de Kāñcipuram

 | 
R. Dessigane
, 
P.Z. Pattabiramin
, 
Jean Filliozat

2 – Le pays

Texte intégral

1Le Pālinâṭu [appelé aussi Toṇṭaināṭu ou Toṇṭaimaṇṭalam] est une contrée très florissante. Foutes ses richesses sont dues au mont. Nanti, situé dans sa partie occidentale, et à la rivière Pāli, qui arrose tout son territoire. Les nuages s’accumulent constamment sur la cime de Nanti et alimentent sans arrêt les ruisseaux qui en descendent. (st. 1-13).

2La rivière Pāli, formée de ces ruisseaux, coule à travers le pays, remplit les lacs et les étangs, arrose les champs de riz et de canne-à-sucre, nourrit les plantes diverses et se jette enfin à la mer. (st. 14-34).

3Les productions des différents terrains : kuRiñci, pālai, mullai, marutam et neytal, sont abondantes dans le Pālināṭu, dont la population est toujours heureuse. (st. 35-45).

© Institut Français de Pondichéry, 1964

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search