Version classiqueVersion mobile

Industrialisation et société dans l’Inde du Nord

 | 
Purushottam Joshi

Chapitre III. Résistance et effets de retardement provenant de la survivance du système des castes

Texte intégral

La caste peut se répandre dans le monde entier

1Il est difficile d’expliquer le mystère de la caste. La difficulté provient d’une part de la nature confuse du système lui-même, et d’autre part on ne peut être sûr de la capacité d’un Indien qui est né et a vécu dans la société hindoue d’examiner le problème sous un angle critique comme un non-Hindou le ferait, en toute objectivité, à la façon d’un médecin examinant un cadavre.

2Cependant, il faut souligner ici que le présent chapitre n’est pas destiné aux Hindous qui ont la conviction que le système des castes est bien fondé parce qu’il a été établi par des sages surhumains et omniscients, et que critiquer leurs écrits serait faire preuve de pure ignorance. Ce chpaitre est destiné à ceux qui sont prêts à considérer ces sages comme des êtres humains, exposés à l’erreur, et qui ont le désir et la volonté de reconsidérer ces lois avec objectivité et sans crainte de compromettre leur vie future.

  • 1 Μ. N. Srinivas : Caste in Modem India, Asia Publishing House, Londres 1962, p. 70.
  • 2 L’apparition du castéisme, c’est-à-dire, des tics cohésifs de caste sur une base géographique plus (...)
  • 3 M. N. Srinivas, op. ct. p. 70.

3Nul ne contredira Srinivas lorsqu’il affirme : “Seule une infime minorité voit dans la caste une menace à notre vie nationale Pour la grande majorité des Indiens, la caste n’est pas un mal”1, et plus loin : “rien d’efficace ne peut être fait à moins que l’on ne fasse comprendre aux personnes elles-mêmes que la caste implique nécessairement le castéisme2, et que les avantages qu’elle offre sont chèrement payés par le pays tout entier”3.

  • 4 M N. Srinivas, Ibid. p. 71.

4Il fait observer : “La première chose à bien comprendre est que les bonnes intentions ne sont pas suffisantes et qu’elles risquent plutôt de produire l’effet contraire à celui que l’on souhaite”4. L’exemple qui suit éclairera le sens de cette affirmation.

  • 5 Stephen Fuchs : The Children of Hari, New-York, Frederick A. Praegar, 1951, pp. 59-61, cité dans F (...)

5“Il y a quelques années à Harsud, des membres de la plus haute caste décidèrent d’abolir l’intouchabilité. Ils organisèrent un dîner inter-castes et un Brahmane, un Bania, un Balahi et un Mehtar furent conviés à manger ensemble. Le dîner eut lieu en public et les pionniers de l’abolition des castes furent applaudis par beaucoup de spectateurs. Quand le dîner fut terminé, ceux qui y avaient participé furent reçus par la communauté de leur caste respective sans objection et sans blâme. Seuls les Balahis (une caste d’intouchables) se récrièrent et bannirent le représentant de leur communauté qui avait mangé avec un Mehtar (caste d’intouchables plus basse que celle des Balahis). Les Mehtars ripostèrent à cet affront en mettant hors-caste le Mehtar qui avait mangé avec un Balahi ! Quand les Brahmanes et les Banias apprirent la chose, ils ne purent que mettre hors-caste le Brahmane et le Bania qui avaient mangé avec un Balahi et un Mehtar”5.

  • 6 S. V. Ketkar : The History of Caste in India, Taylor and Carpenter Ithaca, New-York, 1909, Vol. I, (...)

6Cet épisode prouve que la caste continue d’exercer une emprise sur l’esprit des Indiens d’aujourd’hui. Nous verrons plus loin dans ce chapitre comment la caste a, en fait, pénétré chaque aspect de la vie hindoue. Mais on peut affirmer dès à présent qu’aussi longtemps que la caste subsistera en Inde, il n’y aura guère d’intermariages, de commensalité ou de rapports sociaux particuliers entre les Hindous et les étrangers, et même entre les Hindous de différentes castes et sous-castes. De plus, si les Hindous venaient à émigrer dans différentes régions du globe, on peut craindre qu’ils n’emportent avec eux ce système et que la caste indienne ne devienne un problème mondial6. Certains Hindous croient même, particulièrement dans le Nord de l’Inde, que le monde entier est divisé en quatre castes : les Asiatiques sont des Brahmanes (prêtres), les Européens des Kshatriyas (guerriers), les Américains des Vaishyas (hommes d’affaires), et les Africains des Sudras (serviteurs).

Les facteurs sociaux en tant qu’obstacles à l’industrialisation

  • 7 Cf. Report on the World Social Situation, Service des Affaires Economiques et Sociales des Nations (...)

7Les sociologues ont considéré les facteurs sociaux comme des obstacles au développement industriel et économique d’un pays. Mais la question fondamentale est de savoir si tous les facteurs sociaux désignés comme obstacles le sont réellement. Le Service des Questions Sociales des Nations-Unies, par exemple, observe : “Un mode de vie traditionnel qui est sans rapport avec une économie industrielle moderne peut être bouleversé par le développement économique ou, aussi longtemps qu’il subsiste inchangé, il peut devenir un barrage à un tel développment”7.

  • 8 Ibid. p. 27.

8Ce Service constate un grand nombre de différences entre les pays industriellement développés et sous-développés quant aux institutions sociales, aux systèmes familiaux, aux systèmes de castes ou de classes, aux institutions religieuses, politiques, aux divertissements, etc... Son sentiment est que : “Les institutions les plus fortes basées sur la parenté par le sang, come la caste ou les systèmes tribaux avec leurs multiples fonctions politique, sociale et économique, disparaissent à de plus hauts niveaux de développment économique ; elles sont remplacées par un réseau complexe d’institutions indépendantes ou contrôlées par l’Etat, basées sur la profession, les intérêts de divertissement, la résidence, les groupes, selon l’âge et le sexe, l’affiliation politique, etc..."8.

  • 9 Social Aspects of Economic Development in Latin America, Unesco 1963, Vol. 2, p. 188.

9Les formes institutionnelles suivantes ont été désignées par le Service des Questions Sociales comme : “étant généralement citées comme obstacles au développement économique : les systèmes de castes et de classes qui figent les individus dans des métiers ancestraux et prennent pour critère la naissance plutôt que la compétence ou l’accomplissement ; la famille autocratique et les systèmes de parenté qui découragent l’initiative individuelle et l’emploi des membres de la famille ; le système féodal ou autres régimes fonciers archaïques qui découragent la plus grande productivité des travailleurs agricoles ; les pratiques religieuses, semi-religieuses ou communales qui absorbent de grands fonds dans des cérémonies, et l’investissement pour attirer la faveur des agents surnaturels ou les symboles de statut, la fragmentation sociale, l’isolement, le manque de communications particulièrement dans les régions rurales”9.

10Les nations européennes qui subirent la révolution industrielle au XIXo siècle avaient un contexte historique, des institutions politiques et des systèmes culturels fort différents de ceux l’Inde actuelle. Il serait irréfléchi et imprudent de prétendre que l’Inde puisse ou doive subir les mêmes changements institutionnels que l’Europe dans les premières phases de son industrialisation. De plus, il n’y a pas de similarité institutionnelle entre des pays déjà avancés industriellement et l’Inde qui se trouve actuellement en période de transition.

11Nous traiterons dans ce chapitre du système des castes qui fige les individus dans des métiers ancestraux, et qui provoque l’immobilité des professions, et qui attache une importance excessive à la naissance plutôt qu’à la compétence ou à la réalisation. Nous nous sommes attaché à décrire également comment la caste a pénétré chaque aspect de la vie des Indiens de l’Inde du Nord, y compris même les institutions académiques et politiques. Enfin, nous nous sommes efforcé d’analyser son rôle dans les efforts d’industrialisation faits par le Gouvernement aussi bien que la population.

L’enracinement de l’inefficacité

  • 10 Ralph Braibanti (ed) : Administrative and Economic Development in India, Duke University Press, Lo (...)

12C’est un fait bien connu que l’Inde depuis son indépendance a fait un progrès économique et industriel certain. Mais en même temps les Indiens comme les observateurs étrangers ont soulevé de sérieuses objections pour indiquer que : “l’effort de développement en Inde au cours de la dernière décade a été caractérisé par beaucoup d’inefficacité et de gaspillage ; que les ressources économiques disponibles n’ont pas été utilisées productivement dans les conditions données comme elles auraient pu l’être. Et lorsque l’on commence à considérer et à analyser cela, on en arrive vite à la conclusion que les causes résident dans le fond même de tout le contexte social et culturel indien et que cela implique tout le problème de l’efficacité sociale de la société indienne.”10

  • 11 Ibid, p. 260.

13Sovani a posé le même problème de façon légèrement différente en se demandant si : “L’Inde aurait pu mieux faire dans ses efforts de développement qu’elle n’a fait depuis l’Indépendance ? Si oui, pourquoi ne l’a-t-elle pas fait ? Et si nous savons pourquoi, pouvons-nous lui faire faire mieux et par quels moyens ?”11 Il n’est guère aisé de trancher de telles questions, mais du moins des nombreux essais faits jusqu’à présent, il ressort que le système des castes est au moins l’un des facteurs responsables de cette inefficacité.

  • 12 O. Louis : Village Life in Northern India, University of of Illinois Press Urbana, 1958.
    A. Mayer :(...)
  • 13 F. G. Bailay : Caste and Economic Frontier, University of Manchester Press, Manchester 1957.
    B. S. (...)

14Au cours des deux dernières décades les sociologues indiens et étrangers ont fait un certain nombre de monographies de villages en Inde12, souvent d’une très grande objectivité et présentant des images précieuses des rapports structuraux dans les divers domaines de l’existence. Ces monographies décrivent le système des castes, la tradition, la religion, la vie familiale, la personnalité et le changement social13. La plupart d’entre elles témoignent de l’emprise des idées de caste traditionnelles sur l’esprit des Indiens d’aujourd’hui.

La Caste subit-elle un changement dans l’Inde indépendante ?

  • 14 G. Murphy : In the Minds of Men : A Study of Human Behaviour and Social Tensions in India, Basic B (...)
  • 15 Y. G. Damle and I. P. Desai : A Note on the Change in Caste dans le volume de félicitation de Ghur (...)

15En Inde, les opinions sont très divergentes à ce sujet. On peut distinguer deux groupes d’auteurs. Le premier groupe d’auteurs pense que : “Certains changements sont des indices d’une transformation dans le système des castes”14. L’autre groupe considère les changements comme superficiels et n’affectant en aucune façon le fondement du système des castes. Les auteurs qui se rattachent à ce deuxième groupe ont le sentiment que les changements survenus récemment dans le système des castes n’intéressent pas le système tout entier mais ne le touchent qu’en partie. De plus, “les changements sont plus apparents que réels. Ils n’ont pas d’effet important sur l’ensemble du système des castes.”15

  • 16 G. S. Ghurye : Caste and Class in India, 1952.

16Srinivas a précisément traité cette question dans son livre : La caste dans l’Inde moderne, en y incluant un chapitre entier intitulé : “Les castes peuvent-elles exister dans l’Inde de demain Le professeur Ghurye a la conviction que le système des castes a “perdu certains de ses traits”, probablement du fait que la spécificité des métiers selon les castes est en voie de disparition rapide, parce que la solidarité de caste a augmenté, que les règles concernant les rapports sociaux se sont assouplies, etc...Il pense également que “la vitalité du système dans la vie sociale est aussi forte aujourd’hui qu’elle l’a toujours été"16.

  • 17 G. Murphy, op. ct. p. 62.

17Après avoir dirigé les études de l’Unesco sur la tension sociale en Inde dans les années 1950-1952, Gardner Murphy conclut : “Le système des castes est parvenu à un défi...L’état présent du système des castes est caractérisé par une haine et une méfiance réciproques entre les castes supérieures et inférieures”17.

18Il semble qu’il y ait un état de tension entre les différentes castes. Mais là encore, il est permis de se demander si cette tension est un indice de changement dans le système tout entier.

  • 18 Le professeur Kali Prasad divisait les castes en 2 groupes : supérieur et inférieur, les castes in (...)
  • 19 R. K. Mukerjee : Inter-caste Tension. Caste tension series, p. 14, cité dans N. Prasad : The Myth (...)

19Feu le professeur Kali Prasad de l’Université de Lakhnau a dirigé une étude sur les tensions communales, comprenant une étude sur les tensions inter-castes. Les résultats auxquels cette étude aboutit indiquent que 90 % des membres de la caste supérieure acceptent de manger avec des personnes de basse caste18. Selon le professeur R. K. Mukerjee, la dynamique de la caste a des aspects à la fois économique et social. “L’aspect économique se rattache au changement dans la spécificité des métiers selon les castes et l’aspect social concerne l’adoption des pratiques de la caste supérieure, l’abandon des métiers impurs, le remplacement des prêtres de caste inférieure par des Brahmanes, etc... Les changements dans ces deux aspects forment le fond de la transformation du système des castes”19.

  • 20 La Constitution de l’Inde : III° partie, Art. XV, 2° Section, paragr. (a) et (b), cité dans Ralph (...)
  • 21 Ibid. III° partie, Article XVII.

20Il n’y a pas d’ambiguïté quant à la position de la caste selon la Constitution de l’Inde. Elle déclare qu’il ne peut y avoir de discrimination envers les citoyens “sur les motifs seuls de la religion, la race, la caste, le sexe, le lieu de naissance... dans l’accès aux magasins, aux restaurants publics, aux hôtels et aux lieux de divertissement publics, ou... dans l’usage des puits, réservoirs, ghâtes, routes et lieux de séjour publics, entretenus totalement ou partiellement par les fonds de l’Etat et destinés à l’usage du public tout entier”20. En outre, l’intouchabilité est abolie et sa pratique sous quelque forme que ce soit est proscrite21.

  • 22 R. O. Tilman : The Influence of Caste on Indian Economic Development, dans : Administrative and Ec (...)

21Du point de vue légal, la caste ne peut plus servir de base pour réglementer les rapports sociaux. Cependant, les lois ne sont pas toujours ajustées aux faits et aux réalités. Même les partisans les plus acharnés d’une société sans caste ne peuvent prétendre que les effets du système des castes aient disparu. Au contraire, comme Robert Tilman l’a observé : “En fait, en abolissant la discrimination, la Constitution elle-même a contribué à la formation d’une nouvelle conscience de caste, bien qu’elle se soit placée peut-être sur une plus vaste échelle géographique que par le passé”22.

  • 23 “Intouchables” en tant que terme général pour désigner tous ceux qui ne font pas partie de l’un de (...)
  • 24 Μ. N. Srinivas : Caste in Modern India, op. ct. p. 104.

22Chaque mesure bien intentionnée prise par le gouvernement pour abolir l’intouchabilité a, dans la pratique, été un échec, étant donné qu’elle allait à l’encontre des intérêts des Brahmanes et des autres hautes castes qui détiennent le pouvoir économique et social sur les basses castes et les Intouchables23. Srinivas écrit : “Tant que les Harijans ne seront pas indépendants économiquement des castes supérieures, les droits garantis par la Constitution resteront lettre morte”24.

  • 25 Cette observation est basée sur une étude des rapports mutuels entre les différentes castes, que j (...)

23Seule l’industrialisation peut aider à supprimer l’intouchabilité (car les intouchables seront attirés vers les usines) et à diminuer les restrictions de plus en plus grandes dans la pratique de la commensalité et de la manipulation de la nourriture, établies par les hautes castes. On peut affirmer ici que la caste n’a subi aucun changement sensible dans l’Inde du Nord, particulièrement au Rajasthan, après l’Indépendance, et ne semble guère susceptible de subir un changement important dans l’avenir immédiat25.

Signification de la caste

24Pour mieux comprendre le modus operandi de tout le système des castes, il est nécessaire de savoir ce que la caste est au juste. Il semble donc utile de citer certaines définitions d’auteurs différents à ce propos.

  • 26 Emile Senart : Les Castes dans l’Inde, Paris, Ernest Leroux, 1896, p. 23.

25Selon Senart : “La caste est un groupe corporatif fermé et, en théorie du moins, rigoureusement héréditaire, muni d’un certaine organisation traditionnelle et indépendante, d’un chef, d’un conseil, se réunsisant à l’occasion en assemblées plus ou moins plénières ; uni souvent par la célébration de certaines fêtes ; relié par une profession commune, pratiquant des usages communs qui portent plus spécialement sur le mariage, sur la nourriture, sur des cas divers d’impureté ; armé, enfin, pour en assurer l’empire, d’une juridiction de compétence plus ou moins étendue, mais capable, sous la sanction de certaines pénalités, surtout de l’exclusion soit définitive soit révocable, de faire sentir efficacement l’autorité de la communauté : telle en raccourci nous apparaît la caste”26.

  • 27 Louis Renou : La Civilisation de l’Inde ancienne, Flammarion, Paris, 1950, p. 63.

26Selon Louis Renou : “La caste moderne se définit comme un groupe héréditaire de dimensions plus ou moins restreintes, groupe ferme, muni des rudiments d’une organisation et d’une juridiction, caractérisé par un ensemble de devoirs et de prohibitions”27.

  • 28 H. H. Risley : The People of India, p. 72, cité dans N. Prasad, op. ct. p. 6.

27Risley définit la caste comme : “une collection de familles ou de groupes de familles portant le même nom, se considérant comme descendants d’un ancêtre commun, homme ou dieu, héréditairement ordonnées aux mêmes activités et regardées par ceux qui ont compétence en la matière comme formant une communauté unique et homogène. En général, le nom dénote une profession spécifique ou y est associe. Une caste est presque invariablement endogame dans le sens qu’un membre du grand cercle répondant au nom commun ne peut se marier en dehors de ce cercle, mais aussi, à l’intérieur de ce cercle existe d’ordinaire un certain nombre de cercles plus petits, qui sont chacun également endogames”28.

  • 29 E. K. Gait : Report on the Census of Bengal cité dans N. K· Dutta, op. ct. p. 2.

28E. K. Gait écrit : “Les principles caractéristiques d’une caste sont la croyance en une origiue commune, partagée par tous les membres et le fait d’avoir un métier traditionnel. On peut définir la caste comme un groupe endogame ou une collection de tels groupes portant un nom commun, ayant la même profession traditionnelle, rapportant leur origine à la même source, et considérée communément comme une communauté unique et homogène”29.

  • 30 S. V. Ketkar : The History of Caste in India, Taylor and Carpenter, Ithaca, New-York, 1909, Vol. I (...)

29S. V. Ketkar a défini la caste comme : “Un groupe social ayant deux caractéristiques : (a) la qualité de membre est réservée à ceux qui sont nés de membres de la communauté et inclut toutes les personnes ainsi nées ; (b) il est défendu aux membres par une loi sociale inexorable de se marier en dehors du groupe. Chacun de ces groupes a un nom spécial par lequel il est dénommé. Plusieurs petits agrégats semblables sont groupés ensemble sous un nom commun, ces groupes plus grands ne sont que des subdivisions de groupes plus grands encore qui portent des noms indépendants”30.

  • 31 D. N. Majumdar : Tribal Rehabilitation In India, dans Social Change and Economic Development, Unes (...)

30D. N. Majumdar a défini la caste sous sa forme la plus simple comme : “Une collection de familles portant un nom commun, ayant ou professant d’avoir un métier commun, observant un code de règles et de tabous en ce qui concerne le mariage, la nourriture et la purification rituelle”31.

  • 32 R. O. Tilman ; The Influence of Caste on Indian Economie Development, op. ct. pp. 203-204.

31Selon Robert Tilman : “d’un côté, le terme de caste sert à décrire dans le sens le plus large le système tout entier de stratification particulier à l’Inde ; de l’autre, il sert à dénoter trois, peut-être quatre aspects plus ou moins distincts de système total”32.

  • 33 Encyclopédie britannique, Encyclopédie britannique Ltd., Londres, 1960, Vol. XII, p. 180.

32Le Rapport du recensement de 1911 définit la caste comme : “un groupe endogame ou une collection de tels groupes portant un nom commun et ayant la même profession traditionnelle, dont les membres sont à tel point liés entre eux par ces liens et par d’autres encore, tels que la tradition d’une origine commune, le fait d’avoir la même divinité tutélaire, le même statut social, les mêmes rites et prêtres de famille, qu’ils se considèrent et sont considérés par les autres comme une communauté unique et homogène”33.

  • 34 M. N. Srinivas : te in Modem India. op. ct. p. 3.

33Μ. N. Srinivas écrit : “Un sociologue définirait la caste comme un groupe héréditaire, endogame, généralement localisé, ayant une association traditionnelle avec un métier, et une position particulière dans la hiérarchie locale des castes”34.

  • 35 G. Wint : The British in Asia, Faber & Faber, Londres 1947, p. 41.

34La définition la plus simple de la caste est peut-être celle de Wint : “Une caste est un groupe de familles dont les members peuvent se marier et manger ensemble sans se croire pollués”35.

  • 36 K. M. Panikkar : Caste and Democracy, Hogarth Press, Londres, 1933. p. 9.

35Quelqu’ait été le passé, la caste actuelle est un système complet couvrant chaque aspect de la vie. La caste, écrit K. M. Panikkar, “est un système de vie qui embrasse tout, une religion plutôt qu’un ordre social changeant, et la rigidité avec laquelle ses règles sont appliquées ferait rougir la Grande Inquisition elle-même”36. On peut ajouter ici que chacun de ces groupes a sa place dans une hiérarchie. Un groupe donné est soit au-dessus, soit au-dessous, soit égal, à chacun des autres groupes, et chacun connaît la position hiérarchique de chaque groupe.

Le nombre de castes

  • 37 J. H. Hutton : Caste in India, Oxford University Press, Londres 1951, p. 2.
  • 38 G. S. Ghurye : Caste and Class in India, The Popular Book Depot, Bombay 1959, p. 28.
  • 39 F. L.K. Hsu : Clan, Caste and Club, D. Van Nostrand and Co New-York, 1963, p. 124.

36Il est malaisé de savoir combien de castes existaient dans l‘Inde ancienne. Il est certain que les castes et les sous-castes ont dû beaucoup se subdiviser et se multiplier. J.H. Hutton compte quelques 3.000 castes en Inde.37 Le professeur Ghurye pense que : “dans chaque region linguistique, il y avait environ 200 groupes appelés castes aux noms distincts...qui furent divisés en 2.000 unités plus restreintes environ, fixant la limite du mariage et de la vie sociale effective et contribuant à la tradition culturelle spécifique”38. Le professeur F. L. K. Hsu a fait le calcul exact de l’estimation du professeur Ghurye : “Il y a quatorze langues principales en Inde, y compris l’Ourdou qui est parlé par les Musulmans parmi lesquels la caste néanmoins existe. Selon l’estimation de Ghurye, nous devrions arriver au total stupéfiant de plus de 26.000 sous-castes. En prenant le chiffre rond de 370 millions pour la population de l’Inde en 1951, on obtient un nombre moyen de 14.000 individus environ par sous-caste. A en juger par les données actuelles des villages, la moyenne par unité de sous-caste doit être beaucoup moindre que celle indiquée plus haut, et le nombre total de castes et de sous-castes dans toute l’Inde doit être plus grand que le chiffre précité ne le suggérait”39.

  • 40 Louis Renou : La civilisation de l’Inde ancienne, op. ct. pp. 63-64.

37Ces groupes n’ont pas de rapport avec les quatre castes originelles ou varna. Le terme de varna, écrit Louis Renou, “concerne la distinction raciale entre les Arya et les Dâsa, entre les conquérants porteurs de la culture et les aborigènes au teint sombre...Mais ces groupes ne sont pas des castes : ce sont des ensembles fluides, sans organisation ni hiérarchie internes, et qui n’ont acquis que partiellement et progressivement les règles strictes propres à la caste”40.

  • 41 G. S. Ghurye, op. ct. p. 20.

38L’unité fondamentale est en fait la sous-caste et non la caste. Ainsi, la sous-caste est l’unité normale pour le mariage. Comme le professeur Ghurye le fait observer : “Bien que ce soit la caste qui soit reconnue par la société dans son ensemble, c’est la sous-caste qui est reconnue par la caste particulière ou l’individu”41.

Caractéristiques de la caste

  • 42 F. L. K. Hsu, op. ct. p. 179.

39Dans les pages précédentes, nous avons observé qu’une des caractéristiques de la caste est que ses membres ont ou professent d’avoir la même profession spécifique. Presque toutes les définitions précitées confirment unaninement ce fait. Le professeur Hsu a mentionné d’autres caractéristiques dominantes de la caste : “(a) La tendance à se subdiviser en différents groupes, dont chacun s’efforce de se fortifier derrière des remparts qu’il a lui-même élevés, et (b) la tendance de chaque caste à revendiquer la supériorité sur les autres”42. Les autres caractéristiques bien connues de la caste comme l’endogamie, les règles de commensalité et de maniement de la nourriture, etc...ont été discutées par presque tous les auteurs qui ont traité de la question.

  • 43 P. Thomas : Hindu Religion, Customs, and Manners, Taraporevala, Bombay, p. 21, cité dans : Taya Zi (...)

40Les traits essentiels de la caste sont suffisamment clairs. Le système des castes est l’organisation de la société la plus intensivement hiérarchique qui existe. Le hasard de la naissance est le déterminant absolu de la caste d’un homme, et, partant, de sa place dans la société. L’exclusivisme est porté à un (extrême. Non seulement le mariage est confiné à l’intérieur de la caste, mais il est proscrit de manger ou boire avec les membres d’autres castes. L’idée de pureté est sans aucun doute fondamentale dans la pratique de la caste. Dans certains cas, la pureté rituelle a été portée à un extrême pathologique. Ainsi, au Kerala, selon les règles “Les Thiyas sont des intouchables pour les Nayars. Un Thiya doit s’écarter de vingt pas au moins d’un Brahmane Pattar et de vingt-cinq pas d’un Brahmane Namboudiri. Les Pulayas, Cherumars et Parayas (appartenant tous à des castes d’intouchables) sont intouchables les uns par rapport aux autres, tous revendiquant la supériorité, et allant jusqu’à prendre un bain s’ils sont touchés et souillés les uns par les autres. Un Thiya doit s’écarter d’au moins dix pas de tout membre d’une de ces communautés, un Nagar de vingt pas, un Brahmane Pattar de quarante, et un Brahmane Nambudiri de soixante pas”43.

41Il y a, ou du moins il y avait originellement, quatre divisions principales dans la société indienne : les Brahmanes, les Kshatriyas, les Vaisyas et les Sudras, que l’on appelle en général les quatre varna, et qui, selon la tradition, sont issus respectivement de la bouche, des bras, des cuisses et des pieds du Créateur. Traditionnellement, “à chaque varna était assigné un champ d’occupations dans lequel ses membres étaient théoriquement confinés. Ainsi, les Brahmanes, les Kshatriyas et les Vaisyas furent consacrés porteurs du cordon sacré, ou “deux fois nés”. Les devoirs traditionnels furent fixés et il était considéré préférable de mal faire son devoir plutôt que de bien faire celui d’un autre

La Caste produit une aversion pour le travail manuel

42Ce qu’il importe de savoir, cependant, ce n’est pas comment le système des castes opère spécifiquement dans des localitées données et dans son ensemble, mais comment les caractéristiques des castes contraignent leurs membres à adopter certaines attitudes, et, par conséquent, à agir d’une certaine façon qui, consciemment ou inconsciemment, fait obstacle au développement industriel rapide.

  • 44 Μ. N. Srinivas ; Caste in Modern India, op. ct., p. 45.

43L’association de chaque caste avec une occupation spécifique hiérarchique a eu pour résultat le développement d’une sorte d’aversion pour le travail manuel, dans l’esprit des Indiens d’aujourd’hui. Certaines professions sont considérées comme supérieures à d’autres. De façon générale, les métiers qui salissent nécessairement les mains sont considérés comme inférieurs. De plus, la manipulation d’objets impurs..., la pratique de métiers tels que boucher, tanneur ou le commerce du toddy placent une caste dans une position très basse44.

  • 45 Mahābhārata, Udyogaparva, CXXXII, 30 et Santiparva XCI, 2-3, cité dans : N. Prasad : The Myth of Ca (...)

44L’adoption d’un métier bas peut faire perdre à un individu sa position dans sa caste. Si c’est la caste tout entière qui prend une profession basse, elle perd son statut dans la société. Il a été dit dans le Māhâ-bhārata : “Un Brahmane doit vivre d’aumônes, un Kshatriya doit protéger ses sujets, un Vaisya acquérir des biens et un Sudra servir les trois autres...Quiconque appartient aux trois castes supérieures devient un Sudra s’il s’écarte des devoirs propres à sa caste”45.

  • 46 Un membre d’une caste peut être exclu temporairement ou définitivement par les autres membres de s (...)

45Les membres des différentes castes ont tendance à considérer les différents métiers comme appropriés à chacune des castes. Les employés de bureau, par exemple, se considèrent et veulent être considérés comme appartenant à une classe sociale distincte des travailleurs manuels. Ainsi, le travail manuel, le travail à l’usine compris, est devenu un symbole de basse caste. Pour qu’un individu fasse un travail qu’il considère comme propre à une autre caste, surtout à une caste inférieure, il doit être poussé par de très puissants motifs. Cette peur de se déclasser est très fortement enracinée dans cette sorte de classe où l’on entre par la naissance et que l’on abandonne par la mort, à moins que l’on n’en soit exclu pour comportement malséant46.

  • 47 S. V. Ketkar dans : The History of Caste in India, op. ct. pp. 120-21, écrit : “...La pureté racia (...)

46L’aversion pour le travail manuel provient de deux raisons. Premièrement, tout le système des castes dépend du principe de la pureté et de la pollution. Le Brahmane se trouve en haut de l’échelle hiérarchique comme l’intouchable tout en bas parce qu’il est considéré comme impur. Le travail manuel salit les mains ; c’est la raison pour laquelle toutes les castes supérieures, et particulièrement les Brahmanes, ont contracté une sorte d’aversion pour lui47. Le travail dans une usine ou une manufacture est également considéré comme impur, surtout dans le Nord de l’Inde, car il salit les mains.

47Deuxièmement, cette attitude d’aversion pour le travail manuel est très fortement enracinée. Chaque individu, dans toute société qui détient une position privilégiée dans la vie, doit se justifier cette position à lui-même, afin d’avoir bonne conscience. S’il l’a obtenue par ses propres moyens et sa capacité la justification est facile. Mais celui qui l’obtient par le hasard de la naissance est forcé de penser que cela lui est dû parce qu’il est essentiellement supérieur à celui qui, par accident, est né de parents de caste inferieure. De facon caractéristique, l’homme de caste supérieure croit que sa supériorité innée réside dans son plus grand raffinement, dans son refus de faire un travail manuel qui pollue nécessairement. Quelqu’ait été le développement historique de cette attitude, depuis qu’elle existe, l’enfant de haute caste l’acquiert dès son plus jeune âge, par les paroles, le comportement, le ton de ses aînés. A l’âge de six ou sept ans, cette attitude est déjà profondément ancrée dans sa personnalité.

  • 48 Μ. N. Srinivas écrit : “Faire un travail manuel est le symbole d’un statut social bas, tout comme (...)

48L’on sait que l’industrialisation amène de nombreux travailleurs à abandonner leur activité traditionnelle de caste. D’autre part, elle développe la communauté d’alimentation dans les usines. Mais en raison de la forte aversion pour le travail manuel et les travaux d’usine considérés comme symboles de basse caste48, il est difficile d’entrevoir un changement dans cette attitude, à moins que les différentes castes ne soient poussées par de puissants mobiles qui les amènent à sacrifier leur activité traditionnelle en faveur du travail à l’usine.

Des usines de caste peuvent se former

  • 49 Ibid., p 94.

49L’association d’une caste avec une profession a favorisé dans l’Inde du Nord le développement d’une continuité entre les métiers ruraux et urbains. Ainsi, les barbiers de village qui émigrent dans les villes préfèrent travailler dans des salons de coiffure plutôt que dans des usines, les Dhobis dans des blanchisseries, les Chamars dans des magasins de chaussures, et les Brahmanes dans l’enseignement ou dans la profession de juriste ou de cuisiner49, etc... Cette préférence s’avère vraie pour la majorité des personnes qui émigrent des villages dans les villes. Il semble y avoir de la part des émigrants une tendance à pratiquer un métier, sinon identique, du moins similaire, à leur métier de caste traditionnel. De cette façon, les attitudes hiérarchiques caractérisques des régions rurales se transmettent aux villes par l’exode rural. Cola est particulièrement vrai pour les gens pauvres qui émigrent dans les petites villes. Cependant, il faut ajouter que la préférence pour la pratique d’une profession similaire n’est pas généralisée à tous les membres d’une caste donnée.

  • 50 R. O. Tilman dans : The Influence of Caste on Indian Economie Development, op. ct. p. 219, comment (...)
  • 51 R. K. Mukerjee : Inter-caste Tensions, Caste Tension Series, op. ct., pp. 23 & 82.
  • 52 C. N. Vakil : Business and Leadership in Underdeveloped Countries, dans le Bulletin No. 2 de l’O.N (...)

50Jusqu’à présent, dans l’Inde du Nord, les usines n’ont pu attirer que des gens de basse caste, qui sont en majorité des intouchables. On a également observé que dans ces usines : “les travailleurs de caste relativement supérieure ont fréquement des emplois de surveillance, ou de spécialisation ou demi-spécialisation, alors que ceux de basse caste sont cantonnés dans des emplois subalternes, souvent similaires à leurs activités traditionnelles”50. R. K. Mukerjee a trouvé que dans les usines de Kanpur par exemple, 90 % des ouvriers non-spécialiés provenaient des 4 castes inférieures, 24 % de personnes appartenant à ces mêmes castes étant semi-spécialisés et 13 % seulement spécialisés.51 On trouve aussi que le personnel administratif dans les usines de l’Inde du Nord est principalement composé de Marwaris et Gujratis, de Sindhis et de Parsis52.

  • 53 F. Adler, dans : Industrial Sociology, dans : V. B. Singh (ed) Industrial Labour in India, op. ct. (...)

51Il se peut qu’au fur et à mesure certaines usines acquièrent des valeurs de classe53, et comme il existe une association entre le travail d’usine et la caste inférieure, les gens de haute caste risquent de ne jamais vouloir renoncer à leurs activités traditionnelles, en dépit des compensations séduisantes offertes. De cette façon, les attitudes et les valeurs de caste seraient maintenues, particuliérement dans les petites villes, malgré le milieu urbain qui est pourtant considéré comme peu favorable à la pratique des règles de caste.

  • 54 J. L. Nehru, cité dans : L. A. Krishna Iyer et L. K. Bala Ratnam : Anthropology in India, Bharatiy (...)

52Selon feu le Pandit Nehru : “Le système des castes n’est pas seulement opposé au socialisme et à la démocratie, mais à toutes les idées d’égalité, à toutes les idées de travail en commun et de coopération qui sont l’essentiel de la tâche présente”54. Nous avons de très nombreux témoignages, d’un ordre non-statistique, à l’appui de la deuxième partie de cette assertion, dans le Nord de l’Inde, particulièrement. Or il est bien certain que l’esprit d’équipe et de coopération sont les nécessités préalables essentielles à l’industrialisation moderne. Dans une situation telle qu’elle se présente à l’heure actuelle, il est difficile d’envisager un développement industriel dans une atmosphère générale de non-coopération et de manque d’esprit de travail en commun.

  • 55 J. H. Hutton, cité dans : Anthropology in India. op. ct., p. 101. 64
  • 56 Μ. N. Srinivas : Caste in Modem India. op. ct. p. 36.
  • 57 Ibid. p. 95

53J. H. Hutton a fait observer que la caste est une “bonne institution qui a prouvé sa valeur, et devrait être “réformée et non déracinée”. La caste a considérablement changé en raison d’une multitude de facteurs, principalement par la diffusion de l’éducation, le développement des villes, les nouveaux moyens de production (mécanisation), l’idéologie démocratique, le suffrage pour les adultes et le surpeuplement. Les Articles de la Constitution et les mesures législatives arrêtées par le Gouvernement central et les gouvernements des Etats, ont pour principal objectif l’abolition de tous les privilèges sociaux et économiques conférés à des personnes par le hasard de la naissance. Le choix d’une profession n’est plus rigidement déterminé par la caste d’un individu55”. Il nous paraît difficile de partager cet avis, surtout en ce qui concerne le Rajasthan, Nous nous rallions plutôt à l’opinion de Srinivas lorsqu’il écrit :”... Il y a des signes, cependant, qui montrent que la caste devient plus forte qu’elle n’était dans le Nord56”,... Il est assez connu que dans les nominations aux emplois dans les usines, des considérations de parenté, de caste ou de région sont applicables. Les nominations basées sur des considérations rationnelles sont toujours peu nombreuses57. Nous verrons dans les pages suivantes comment la caste devient de plus en plus forte dans l’Inde du Nord.

Considérations de caste dans la nomination aux emplois

  • 58 Μ. N. Srinivas : Caste in Modem India, op. ct. p. 89.

54Srinivas écrit : “Quiconque veut étudier le rôle de la caste dans l’administration devrait visiter l’état de Maissour. La caste semble y être la considération la plus importante dans la sélection des candidats pour les différents postes et dans leur promotion, la compétence étant relativement moins importante”.58 On pourrait en dire autant de l’Uttar Pradesh ou du Rajasthan. Aujourd’hui encore, après presque 20 ans d’indépendance et d’abolition constitutionnelle de l’intouchabilité, la caste joue un rôle essentiel dans ces états quant au recrutement et à la promotion, souvent eu dépit de la compétence et du mérite. Ce ne sont pas seulement les usines et les entreprises industrielles qui sont influencées par des considérations de caste ; même dans les universités, dans les administrations et dans le secteur privé, la caste est en général la principale considération.

55Dans une université du Nord celle de Lakhnau par exemple, les professeurs appartiennent à deux groupes de castes : le groupe Bania et le groupe Kayastha. Ces deux groupes rivaux passent leur temps à lutter l’un contre l’autre (il peut même y avoir violence physique) et à augmenter leur force en nombre. De plus, les castes des premiers ministres des Etats ont très fortement influencé la nomination des vice-chanceliers et, partant, des professeurs adjoints, des professeurs et de tout le personnel des bureaux, bibliothèques et laboratoires. Le résultat en est que tout le personnel dans certaines sections, depuis le pion et l’employé de bureau jusqu’au professeur adjoint et au professeur, appartient à la caste des Banias et que dans une autre section, le personnel du haut jusqu’en bas est Kayastha, cela indépendamment du mérite ou de la compétence.

56Cette lutte de caste ne s’arrête as là. Elle détermine en généra l’octroi des différentes bourses, des subventions de recherches, des admissions à l’université et dans les foyers de logement des étudiants. Elle détermine aussi les difficultés que l’on fait subir à l’étudiant de chacun des groupes à dessein. Aussi difficile à croire que cela paraisse, le comportement de la plupart des intellectuels indiens eux-mêmes est influencé par des considérations de caste. On voit par là comment ils deviennent les modèles à suivre pour les autres membres illettrés ou semi illettrés de la société.

57On peut rappeler ici que l’Article 29 (II) de la Constitution garantissant que : “Aucun citoyen ne pourra se voir refuser son admission dans un établissement d’enseignement public ou subventionné par l’Etat pour de pures raisons de religion, de race, de caste, ou de langue”, fut amendé en 1951 pour assurer une réserve de places dans les écoles et les collèges supérieurs pour raison de caste. Le décret constitutionnel fut voté en 1951 et il fut ajouté à l’Article 15 de la Constitution que : “(IV) Bien dans cet Article ou dans la clause (II) de l’Article 29 n’empêchera l’Etat de prendre des dispositions spéciales pour l’avancement de toute classe de citoyens arriérés socialement et sur le plan de l’instruction ou pour les castes et tribus mises à l’index”.

  • 59 Rapport du séminaire sur le castéisme et l’abolition de l’intouchabilité, Bombay, 1955, pp. 98-100

58La Constitution a également assuré une réserve d’emplois pour les castes mises à l’index dans les services des gouvernements central et des différents états. Dans l’Article 35, les revendications des membres des castes et des tribus mises à l’index sont prises en considération, uniformément avec le maintien de l’efficacité de l’administration, dans la designation des membres de ces castes et tribus à des emplois et postes qui leur sont réservés dans les services du gouvernement central et de ceux des états. 12,5 % des postes pourvus par des concours généraux pour des emplois dans les services centraux et dans toute l’Inde, sont réservés aux membres de ces mêmes castes. La réserve va jusqu’à 16,75 % dans le cas de postes et d’emplois qui ne sont pas pourvus par des concours généraux pour toute l’Inde. En outre, les gouvernements des différents états ont également fait des efforts pour améliorer les conditions économiques, sociales et scolaires des castes mises à l’index. Quelques-uns de ces gouvernements ont eu recours à la législation pour accorder une protection spéciale à ces castes59.

  • 60 Μ. N. Srinivas : Caste in Modem India, op. ct. pp. 15-41.

59Le point que nous aimerions souligner ici est que les mesures adoptées par le Gouvernement de l’Inde pour créer une égalité sociale et économique, risquent elles-mêmes de perpétuer le système des castes. La majorité des membres de la Commission des Classes Arriérées, commission institutée par le Gouvernment de l’Inde (1953, dans l’Article 340 de la Constitution) était d’avis que la caste déterminait le degré et l’étendue de l’arriération. Le Gouvernement de l’Inde n’accepta pas cette opinion, mais admit que le système des castes est la plus grande entrave au progrès vers une société égalitaire. Il signala par ailleurs que la désignation d’arriérées donnée aux castes spécifiées pouvait servir à maintenir et même à perpétuer les distinctions existantes sur la base de la caste60. On ne voit pas bien comment le gouvernement du Congrès a l’intention de réaliser son but de longue date d’une société sans caste ni classe, avec la survivance de ces privilèges.

  • 61 Μ. N. Srinivas : Ibid. p. 71.

60Le rôle de la caste dans la politique est si connu qu’il est inutile de l’exposer ici, de même que son influence sur l’obtention des votes. Srinivas demande sarcastiquement : “combien parmi ceux qui ont récemment commencé à parler en faveur d’une société sans caste ni classe pensent réellement ce qu’ils disent ?” Et il répond : “…Notre adhésion à des résolutions progressistes satisfait notre conscience et nous garantit des espérances matérielles, et en même temps, notre sens de la réalité nous dit que personne n’entreprendra quoi que ce soit de sérieux et que la caste continuera à être ce qu’elle est”61. Il est difficile d’obtenir des statistiques dignes de foi sur le vote de caste, cependant, la plupart des observateurs politiques semble admettre que les associations de caste jouent un rôle de premier plan dans la majorité des élections locales et générales.

La caste en tant qu’obstacle au changement de profession

  • 62 Ce point a été traité intégralement par Selig S. Harrison dans : India, the most dangerous decades(...)

61La caste est une très grande entrave au changement de profession dans l’Inde du Nord. En général, les restrictions de caste, empêchent les travailleurs de quitter leur activité traditionnelle et de se tourner vers de nouvelles professions. Un comité nommé par les Nations-Unies conclut en 1951 que dans certains pays sous-développés : “Il peut ne pas être possible de recruter de la main d’œuvre, parce qu’elle est attachée à la terre par la loi, ou parce que des restrictions de caste empêchent les travailleurs de changer de métier”62. Comme nous l’avons vu plus haut, quand les villageois émigrent vers les villes, la majorité d’entre eux préfère s’en tenir à une occupation semblable à son activitié traditionnelle.

  • 63 C. N. Vakil, O. N. U. Section des Questions Economiques, Measures for the Economic Development of (...)

62C. N. Vakil écrit : “Il est bien connu que le système des castes crée un obstacle puissant au changement de profession...Dans ce système, c’est la naissance plus que l’éducation ou le talent qui détermine l’acceptation pour des métiers particuliers...Avec le système des castes se sont développées certaines attitudes influencées par les croyances religieuses qui ont donné naissance aux tabous quant aux métiers. Il est advenu que certaines professions ont été considérées comme supérieures, d’autres comme moins nobles, et d’autres comme inférieures...Il fut jugé indigne des hautes castes, —dont le rôle était essentiellement de diffuser le savoir,— d’entrer dans l’industrie ou le commerce. Ainsi, un grand abîme se creusa entre la compétence due à l’éducation et la profession"63.

  • 64 W. E. Moore : Industrialisation and Labour, Ithaca, New-York 1951, p. 98.

63Ces sous-produits du système des castes qui ne furent pas conçus à l’origine par les formulateurs de ce système, jouent un rôle important dans le retard du progrès industriel. La position d’un individu dans la société et son mode de vie dicté par les règles de sa caste sont très différentes de ceux d’une société moderne industrielle. Moore a observé : “Il est caractéristique du mode de vie industriel que, dans une large mesure, la position du participant au système et ses contacts quotidiens avec d’autres personnes sont en rapport avec ce qu’il fait plutôt qu’avec ce qu’il est”64. Dans une société de castes, les contacts quotidiens d’un individu avec d’autres personnes sont déterminés principalement par sa caste.

Pratique de la caste et dharma

  • 65 Sarvepalli Badhakrishnan, Discours inaugural, dans : Rapport du séminaire sur le castéisme et l’ab (...)

64Avant de conclure le présent chapitre, il faut mentionner ici la notion de dharma. La majorité des Indiens du Nord de l’Inde se conforme aux règles de caste parce qu’elle croit que cela est son dharma. La signification du dharma en tant que fonction a été commentée par Sarvepalli Radhakrishnan, qui, parlant au séminaire de la conférence indienne de sociologie à New-Delhi sur le sujet : “Le castéisme et l’abolition de l’intouchabilité”, qualifia l’intouchabilité de “adharma” (non-dharma) parce qu’elle conduit à la désintégration de société65. Il posa la question de savoir quel est le sens du dharma, et sa réponse fut : “Le dharma signifie toute chose qui conduit à l’intégration de la société. Le critère de toute institution, poursuivit-il, est le degré dans lequel elle conduit à l’intégration. De plus, l’ordre social n’est pas chose statique ; il doit progresser. La tradition indienne, conclut-il, est basée sur l’agitation contre la rigidité orthodoxe.

  • 66 Traduction du sanscrit de R. S. Sharma, dans R. S. Sharma : Aspects of Political Ideas and Institu (...)

65Le dharma d’un individu donné peut changer sous la pression des circonstances environnantes. Et, ainsi, il existe un corps de normes établi pour règler le comportement dans des temps de détresse. Un individu peut se comporter d’une façon très différente de celle qui est requise normalement et en même temps se comporter de façon conforme au dharma, s’il est sous la contrainte des circonstances. Au surplus, le dharma est représenté comme changeant d’âge en âge. Le Śāntiparvan affirme explicitement : “Selon les exigences du moment et du lieu, ce qui est conforme à la règle peut devenir contraire à la règle et ce qui y est contraire peut y devenir conforme”66.

  • 67 Vinoba Bhave, cité dans : Joan Bondurant : Traditional Polity and the Dynamics of Change in India, (...)

66Il est grand temps que les Indiens comprennent la nécessité d’un changement de leur dharma. “Dans une société sarvodaya”, Vinoba Bhave affirme “Chaque individu devra apprendre à combiner en lui-même les qualités d’un Brahmane, d’un Kshatriya, d’un Vaishya et d’un Shudra”67. Cette assertion doit maintenant être acceptée de tous.

Notes

1 Μ. N. Srinivas : Caste in Modem India, Asia Publishing House, Londres 1962, p. 70.

2 L’apparition du castéisme, c’est-à-dire, des tics cohésifs de caste sur une base géographique plus étendue en créant des conditions dans lesquelles la signification et le pouvoir d’une caste dépendent de ses membres plutôt que de son rituel et de son statut social. Robert O. Tilman : The influence of Caste on Economic Development in India, dans : Administration and Economic Development in India, Londres, 1963, p. 211.

3 M. N. Srinivas, op. ct. p. 70.

4 M N. Srinivas, Ibid. p. 71.

5 Stephen Fuchs : The Children of Hari, New-York, Frederick A. Praegar, 1951, pp. 59-61, cité dans F. L. K. Hsu : Clan, Caste and Club, D. Van Nostrand and Co., New York, 1963, p. 98.

6 S. V. Ketkar : The History of Caste in India, Taylor and Carpenter Ithaca, New-York, 1909, Vol. I, p. 4.

7 Cf. Report on the World Social Situation, Service des Affaires Economiques et Sociales des Nations-Unies, New-York, Nations-Unies, 1961, p. 25 dans : Social Aspects of Economic Development ip Latin America, Unesco, 1963.

8 Ibid. p. 27.

9 Social Aspects of Economic Development in Latin America, Unesco 1963, Vol. 2, p. 188.

10 Ralph Braibanti (ed) : Administrative and Economic Development in India, Duke University Press, Londres, 1963, p. 261.

11 Ibid, p. 260.

12 O. Louis : Village Life in Northern India, University of of Illinois Press Urbana, 1958.
A. Mayer : Caste and Kinship in Central India, University of California Press, Berkeley, 1960.
D. N. Majumdar, (ed) : Rural Profiles, Ethnographie and Folk Culture Society, U. P., Lucknau, Inde, 1955.
M. Marriott, (ed) : Village India, American Anthropological Association Mémoire No 83, LVII (Juin 1955.)
M. Singer, (ed) : Traditional India : Structure and Change, Journal of American Folk-Lore, LXXI, Juil. Sept. 1958).
M. N. Srinivas, (ed) : India’s Villages, West Bengal Govnt. Press Bengale Occidental, Inde, 1955.

13 F. G. Bailay : Caste and Economic Frontier, University of Manchester Press, Manchester 1957.
B. S. Cohn : Changing Traditions of a Law Caste. Journal of American Folk-Lore, LXXI —Juillet-Septembre 1958--pp. 413-21.
E. K. Gough : The Social Structure of Tanjore Village, dans : M. Marriott (ed) : Village India, op. et. pp. 36-52,
D. N. Majumdar : Caste and Communication in an Indian Village, Asia Publishing House, Bombay 1958.
Μ. N. Srinivas : Caste in Modern India, Asia Publishing House, Londres 1962.
D. Thorner : The Village Panchayat as a vehicle of Change, Economic Development and Cultural Change, II, (Oct. 1953), pp. 190-96.
S. C. Dube : India’s Changing Villages, Routeedge and Kagan Paul, Londres, 1955.
Μ. E. Opler and R. D. Singh : Economic, Political and Social Change in a Village of North Central India, Human Organisation, II, été 1952, pp. 5-12.
Μ. E. Opler ; The Place of Religion in a North Indian Village, South Western Journal of Anthropology, XV (Automne 1959), pp. 219-26.

14 G. Murphy : In the Minds of Men : A Study of Human Behaviour and Social Tensions in India, Basic Books, New-York, 1953, p. 65.

15 Y. G. Damle and I. P. Desai : A Note on the Change in Caste dans le volume de félicitation de Ghurye, cité dans : N. Prasad : The Myth of the Caste System, Samjna Prakashan, Patna, 1957, p. 236.

16 G. S. Ghurye : Caste and Class in India, 1952.

17 G. Murphy, op. ct. p. 62.

18 Le professeur Kali Prasad divisait les castes en 2 groupes : supérieur et inférieur, les castes inférieures étaient représentées par les Harijans (Intouchables ou castes mises à l’index.).

19 R. K. Mukerjee : Inter-caste Tension. Caste tension series, p. 14, cité dans N. Prasad : The Myth of Caste System, op. ct. p. 238.

20 La Constitution de l’Inde : III° partie, Art. XV, 2° Section, paragr. (a) et (b), cité dans Ralph Braibanti : Administration and Economic Development in India op. ct. p. 211.

21 Ibid. III° partie, Article XVII.

22 R. O. Tilman : The Influence of Caste on Indian Economic Development, dans : Administrative and Economic Development in India, op. ct. p. 211.

23 “Intouchables” en tant que terme général pour désigner tous ceux qui ne font pas partie de l’un des quatre varna, est une fausse appellation. Il existe beaucoup d’autres termes pour ce groupe.

24 Μ. N. Srinivas : Caste in Modern India, op. ct. p. 104.

25 Cette observation est basée sur une étude des rapports mutuels entre les différentes castes, que j’ai faite entre 1959 et 1962, dans un village dans le district de Sitapur (Uttar Pradesh). A paraître dans Revue française de Sociologie, Paris, 1966.

26 Emile Senart : Les Castes dans l’Inde, Paris, Ernest Leroux, 1896, p. 23.

27 Louis Renou : La Civilisation de l’Inde ancienne, Flammarion, Paris, 1950, p. 63.

28 H. H. Risley : The People of India, p. 72, cité dans N. Prasad, op. ct. p. 6.

29 E. K. Gait : Report on the Census of Bengal cité dans N. K· Dutta, op. ct. p. 2.

30 S. V. Ketkar : The History of Caste in India, Taylor and Carpenter, Ithaca, New-York, 1909, Vol. I, p. 15.

31 D. N. Majumdar : Tribal Rehabilitation In India, dans Social Change and Economic Development, Unesco, 1963, p. 119.

32 R. O. Tilman ; The Influence of Caste on Indian Economie Development, op. ct. pp. 203-204.

33 Encyclopédie britannique, Encyclopédie britannique Ltd., Londres, 1960, Vol. XII, p. 180.

34 M. N. Srinivas : te in Modem India. op. ct. p. 3.

35 G. Wint : The British in Asia, Faber & Faber, Londres 1947, p. 41.

36 K. M. Panikkar : Caste and Democracy, Hogarth Press, Londres, 1933. p. 9.

37 J. H. Hutton : Caste in India, Oxford University Press, Londres 1951, p. 2.

38 G. S. Ghurye : Caste and Class in India, The Popular Book Depot, Bombay 1959, p. 28.

39 F. L.K. Hsu : Clan, Caste and Club, D. Van Nostrand and Co New-York, 1963, p. 124.

40 Louis Renou : La civilisation de l’Inde ancienne, op. ct. pp. 63-64.

41 G. S. Ghurye, op. ct. p. 20.

42 F. L. K. Hsu, op. ct. p. 179.

43 P. Thomas : Hindu Religion, Customs, and Manners, Taraporevala, Bombay, p. 21, cité dans : Taya Zinkin : Caste today, Oxford University Press, Londres 1963, p. 13.

44 Μ. N. Srinivas ; Caste in Modern India, op. ct., p. 45.

45 Mahābhārata, Udyogaparva, CXXXII, 30 et Santiparva XCI, 2-3, cité dans : N. Prasad : The Myth of Caste System, op. ct., p. 62.

46 Un membre d’une caste peut être exclu temporairement ou définitivement par les autres membres de sa caste, en proportion de la gravité de son écart de conduite par rapport aux lois prescrites par la Si quelqu’un est excommunié, aucune personne de sa caste ne se mariera avec lui, n’acceptera d’eau de ses mains, ne l’invitera à dîner ou à fumer. Quelquefois si la faute est très grave, comme par exemple tuer une vache, le village tout entier mettra le coupable hors-caste. Les prêtres refuseront d’assister aux rituels célébrés chez lui, les barbiers refuseront de le raser, les blanchisseurs de laver ses vêtements. Ces boycottages sont des moyens de pression sur l’individu.

47 S. V. Ketkar dans : The History of Caste in India, op. ct. pp. 120-21, écrit : “...La pureté raciale n’est qu’une partie de la pureté pour un Brahmane. La pureté du sang du Brahmane est acquise par des générations de comportement pur qui consiste en des actions pures, comme manger de la nourriture pure, accroître son propre caractère sacré, étudier les Veda, et se marier uniquement avec des personnes qui ont observé une conduite pure”.

48 Μ. N. Srinivas écrit : “Faire un travail manuel est le symbole d’un statut social bas, tout comme ne pas faire de travail manuel est le symbole d’un haut statut social”. Caste in Modem India op. ct. p. 94.

49 Ibid., p 94.

50 R. O. Tilman dans : The Influence of Caste on Indian Economie Development, op. ct. p. 219, commente ainsi : “Il faut ici bien entendu considérer les deux facteurs de l’éducation et de la caste qui dépendent l’un de l’autre. Les Hindou de haute caste sont les mieux éduqués et ils se qualifient ainsi pour les meilleurs emplois. Ayant les meilleurs emplois, ils sont mis en mesure de donner à leurs enfants la meilleure éducation. Et cela continuera ainsi, sans aucun doute pendant de nombreuses années encore.”

51 R. K. Mukerjee : Inter-caste Tensions, Caste Tension Series, op. ct., pp. 23 & 82.

52 C. N. Vakil : Business and Leadership in Underdeveloped Countries, dans le Bulletin No. 2 de l’O.N.U., développement des questions économiques et sociales, Industrialisation et Productivité, New-York, 1959, pp. 57-58.

53 F. Adler, dans : Industrial Sociology, dans : V. B. Singh (ed) Industrial Labour in India, op. ct. p. 498, écrit : “Une classe sociale est un ensemble de rapports par lesquels certaines personnes se traitent d’égales à égales, et s’accordent en action plutôt qu’en paroles sur la question de savoir qui traiter en supérieur et qui traiter en inférieur. Selon les diverses cultures, la base de l’appartenance de classe diffère. On trouve le plus souvent la naissance et la richesse à la base de telles structures de classe, mais l’éducatiou, l’accomplissement religieux, le rang dans une hiérarchie gouvernementale et d’autres facteurs en sont parfois la base”.

54 J. L. Nehru, cité dans : L. A. Krishna Iyer et L. K. Bala Ratnam : Anthropology in India, Bharatiya Vidya Bhavan, Bombay, 1961, p. 109.

55 J. H. Hutton, cité dans : Anthropology in India. op. ct., p. 101. 64

56 Μ. N. Srinivas : Caste in Modem India. op. ct. p. 36.

57 Ibid. p. 95

58 Μ. N. Srinivas : Caste in Modem India, op. ct. p. 89.

59 Rapport du séminaire sur le castéisme et l’abolition de l’intouchabilité, Bombay, 1955, pp. 98-100.

60 Μ. N. Srinivas : Caste in Modem India, op. ct. pp. 15-41.

61 Μ. N. Srinivas : Ibid. p. 71.

62 Ce point a été traité intégralement par Selig S. Harrison dans : India, the most dangerous decades, Princeton, 1960, pp. 96-136. Cf. aussi I. Lloyd & Susanne H. Eudolph : The Political Bole of India’s Caste Associations, Pacific Affairs, XXXIII, Mars 1960, pp. 5-22.

63 C. N. Vakil, O. N. U. Section des Questions Economiques, Measures for the Economic Development of Under-Developed Countries, New-York, 1951, pp. 13-16.

64 W. E. Moore : Industrialisation and Labour, Ithaca, New-York 1951, p. 98.

65 Sarvepalli Badhakrishnan, Discours inaugural, dans : Rapport du séminaire sur le castéisme et l’abolition de l’intouchabilité, op. ct. p. 17.

66 Traduction du sanscrit de R. S. Sharma, dans R. S. Sharma : Aspects of Political Ideas and Institutions in Ancient India, Motilal Banarsidass Delhi, 1959, p. 111.

67 Vinoba Bhave, cité dans : Joan Bondurant : Traditional Polity and the Dynamics of Change in India, dans : Human Organisation, numéro spécial Printemps 1963, Vol. 12, No 1, p. 9.

© Institut Français de Pondichéry, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search