Version classiqueVersion mobile

La vie et l’organisation des communautés bouddhiques modernes de Ceylan

 | 
André Bareau

Introduction

Texte intégral

1Le présent travail est le compte-rendu de la mission effectuée à Ceylan à la fin de 1955 pour le compte de l’Ecole française d’Extrême-Orient. Ayant constaté depuis un certain temps l’indigence des données concernant la vie et l’organisation des communautés bouddhiques du Sud-Est asiatique — mis à part le Cambodge, le Laos, la Birmanie et le Thaïlande où plusieurs travaux dans ce sens avaient été effectués, je profitai de la mission qui m’était confiée pour séjourner quelque temps à Ceylan et tenter de recueillir un certain nombre de renseignements sur cette question.

2La plupart des documents dont je me suis servi ici ont pu être recueillis promptement grâce à l’aide obligeante et précieuse des savants de Ceylan. J’ai eu notammant la bonne fortune d’accompagner l’éminent archéologue ceylanais, le Professeur Parana vitana, dans un voyage à travers l’île, visitant longuement Sïgiriya, Polonnaruwa et Anurdāhapura et, plus brièvement Dadigama, Anuwārāma, Gaḍalādeņiya, Nālandā, Madigiriya, Aukana, Mihintale, Yāpahuwa et Panduwas Nuwara. Ce voyage m’a permis de prendre une connaissance directe des restes des monuments les plus anciens les plus célèbres et aussi de quelques monastères ruraux. Durant le reste de mon séjour, je suis demeuré à Colombo et ai visité la plupart des monastères de cette ville et de ses environs. Vingt-trois monastères modernes ou modernisés ont ainsi été examinés, douze d’entre eux ayant fait l’objet d’une étude complète (Asoka, Vajira, Kelanīya, Sīgiriya, Avukana, Isipatana, Ward Place, Kotahena, Vidyālaṅkāra, Mahādevī, petit temple au bord de la Kelanī, Jayavardhana,) sept autres d’une étude réduite aux édifices proprement religieux, temple, stupa, arbre de bodhi etc… (Gotamī, Gaḍalādeṇiya, Vidyodaya, Abhayagiri, Ruwanwelī, arbre de la bodhi d’Anurādhapura, Anuwārāma) et quatre autres n’ayant pu être examinés que superficiellement ou très partiellement (Mihintale, Yāpahuwa, Panduwas Nuwara, Sirivardhana). Lors de la visite de la plupart de ces monastères (dix-neuf sur vingt-trois), jetais accompagné par des amis ceylanais, le Professeur Paranavitana ou ses adjoints, ou les Révérends Paññākāra et Ānanda, auxquels je dois une foule de renseignements précieux concernant notamment l’interprétation et l'usage de nombre d’objets et de rites. D’autres fois, surtout dans l’intention de ne pas abuser de la complaisance de mes amis, j’ai effectué ces visites seul, étudiant ainsi quatre autres monastères (Kelanīya, Sīgiriya, Isipatana et Ward Place) et revenant dans deux autres pour compléter mon information (Asoka, Vajira), recueillie alors auprès des moines et de laïques rencontrés sur place.

3Les Révérends Paññākāra et Ānanda, professeurs au Vidyālaṅkāra Pirīvena et M. Soysa, Administrateur du Centre archéologique d’Anurādhapura, m’ont fait assister à plusieurs cérémonies bouddhiques, et j’ai eu la chance d’accompagner le Professeur Paranavitana lors de l’inauguration du temple d’Anuwārāma. Tous quatre m’ont alors fourni nombre d’indications fort utiles.

4Je dois enfin une grande partie de mon information, notamment en ce qui concerne l’organisation et la vie du Saṃgha, au Révérend Rāhula, Professeur au Vidyālaṅkāra Pirīvena et qui réside depuis 1950 à Paris où il poursuit de savants travaux. Lors de plusieurs longues conversations avant et après mon voyage, il m’a ainsi donné, avec l’objectivité scientifique qui le caractérise, une foule de renseignements précieux, et qui complétaient, éclairaient ou confirmaient ceux que j’avais pu obtenir à Ceylan même. De plus c’est en grande partie grâce à l’amitié dont il veut bien m’honorer que j’ai reçu auprès des personnalités ceylanaises religieuses et laïques cet accueil chaleureux et cette compréhension qui ont tellement facilité ma tâche.

5On saura aussi que, malgré ces excellentes conditions de travail, et bien que j’aie poursuivi cette enquête avec toute la diligence dont j’étais capable, mon séjour a été beaucoup trop court pour que cette étude du Saṃgha moderne de Ceylan soit autre que sommaire. En particulier, les plans des monuments n’ont pu être relevés, faute de moyens comme faute de temps, que d’une façon approximative. Il en est de même en ce qui concerne une partie des croquis, exécutés rapidement sur un carnet de notes au cours de l'enquête, mais qui ont été vérifiés et corrigés à chaque fois que des occasions ultérieures le permettaient. Tous les documents figurés ont été ainsi recueillis directement. Le présent travail n’est donc qu’une esquisse, qui pourra certes rendre service en raison de la précision des éléments qui la composent, mais qui appelle une étude beaucoup plus complète.

6Avant de terminer cette brève introduction, je dois exprimer ma reconnaissance sincère à tous ceux qui m’ont aidé dans cette tâche, tout d’abord au Révérend W. Rāhula, à qui je dois tant d’informations que le présent travail est, pour une bonne part, le sien, et au Professeur Paranavitana, auquel je suis redevable de ce merveilleux voyage à l'intérieur de l'île, qui m’a appris tant de choses et permis de prendre un contact direct avec le prestigieux passé du bouddhisme singhalais. Je remercie aussi vivement les Révérends Paññākāra, et Ānanda, du Vidyālaṅkāra Pirīvena, grace auxquels j’ai pu visiter en dètail la plupart des monastères modernes de la région de Colombo et assister à plusieurs cérémonies, et le Professeur Malalasekera, qui m’a reçu si aimablement et m’a donné de précieux conseils. Comment oublierais-je l’acceuil si chaleureux, si compréhensif de M. Peiris, de M. Soysa, Administrateur du Centre archéologique d’Anurādhapura, de M. Karunaratne, le jeune assistant épigraphiste de l’Archæological Office de Colombo, et des jeunes archéologues qui, à Sīgiriya. à Polonnaruwa et à Anuradhāpura, m’ont guidé dans les champs de ruines, complétant ainsi la documentation que je devais aux visites faites sous la direction personnelle du Professeur Paranavitana ?

7Je dois exprimer aussi ma gratitude envers M. Filliozat, Professeur au Collège de France sans lequel ce voyage n’aurait pas eu lieu, et M. Malleret, alors Directeur de l’Ecole française d’Extrême-Orient, qui a bien voulu me confier la mission grâce à laquelle j’ai pu me rendre à Ceylan. Je remercie vivement aussi M. Colin, Ministre de France à Ceylan, Mme Prause, Consul de France à Colombo, et le personnel de la Légation pour l’aide qu’ils m’ont accordée, et tout spécialement M. Bourdariat, Secrétaire général de l’Alliance française de Ceylan, qui m’a accueilli avec tant d’amabilité et de dévouement.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/1197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

© Institut Français de Pondichéry, 1957

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search