Version classiqueVersion mobile

La musique du Cambodge et du Laos

 | 
Alain Danielou

Les tambours

Texte intégral

1Le sam phor ou ta phon ressemble au maddalam indien. C’est un tambour cylindrique horizontal dont on frappe les deux extrémités avec les mains.

2Le corps du tambour est fait d’une seule pièce de bois de tek creusée. Les deux extrémités, dont l’une est plus large que l’autre (24 cm et 22 cm environ), sont recouvertes de parchemin attaché avec des lanières de cuir, la longueur est d’environ 48 cm, la circonférence de 106 cm.

3Le centre des deux peaux est alourdi avec une pâte de farine de riz et de cendre de palmier dont le poids relatif sert à accorder la peau, mais avec moins de précision que dans le tambour indien. Des représentations de ce tambour se rencontrent à Angkor Vat. Il s’appelle sam phor au Cambodge, ta phon au Laos, tapone au Siam, chaibou au Viêt Nam.

4Le skor ou thong est un tambour de bois travaille dont une extrémité renflée est recouverte de parchemin retenu au tambour par un tressage de joncs. C’est le darbucca arabe, le dambek persan. Ce tambour ne se rencontre pas dans l’Inde. Il s’appelle thon ou thong au Laos et au Siam, skor ou skor thom au Cambodge. C’est un instrument très courant dans l’orchestre à cordes et la musique populaire.

5Le romanea est un tambour plat, fermé à la partie inférieure et recouvert d’une peau clouée d’un diamêtre d’environ 30 centimètres.

6Le song-na est un long tambour cylindrique en bois. Les deux extrémités sont couvertes de peaux fixées par des lanières de cuir. Cet instrument est représenté à Angkor Vat ; il diffère des tambours indiens. On l’appelle song na au Camboge et au Laos et song na ou poeng mang au Siam. Sa longueur est de 55 à 58 cm, sa circonférence de 71 à 73 cm. Une des extrémités est alourdie d’une pastille de pâte de riz.

7Le skor thom est un très grand tambour, au son grave et puissant. Il est fait de bois et recouvert de peau de buffle. On le frappe avec des baguettes de bois. Un anneau de cuivre, fixé sur le côté, permet de l’incliner à l’aide de deux bâtons.

8Dans l’orchestre Pi phat comme dans l’orchestre Mohori un couple de skor thom assure la basse rythmique. Ce tambour s’appelle skor thom au Cambodge, kong that au Laos, kong thad au Siam.

Table des illustrations

Légende Sang na
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/1147/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© Institut Français de Pondichéry, 1957

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search