Version classiqueVersion mobile

La musique du Cambodge et du Laos

 | 
Alain Danielou

Les instruments à cordes

Texte intégral

Instruments à archet

1Les instruments à archet sont généralement appelés «  » au Laos et au Thaïlande et « tro » au Cambodge et en Birmanie. est un nom d’origine chinoise, tro passe pour le nom Cambodgien.

2Le tro birman, qui ressemble à un violon européen et qui apparaît dans la sculpture de Tanjore dans l’Inde au 10e siècle, n’existe pas aujourd’hui au Laos ni au Cambodge. Il est remplacé par le tro khmer, plus allongé, et les.

3Le tro khmer ou tro Cambodgien est appelé rabab à Java. C'est un instrument à cordes fait d’un long manche cylindrique et d’une petite caisse de résonance ovale sur laquelle est tendue une peau de chèvre. L’instrument se termine vers le bas par une longue pointe qui repose sur le sol un peu comme un violoncelle.

4Cet instrument est utilisé dans l’orchestre Mohori et aussi dans les orchestres à cordes et les orchestres populaires. Presque identique au rabab arabe, il n’a pas d’équivalent dans l’Inde et n’est pas représenté dans la sculpture ancienne du Cambodge.

Les sô

5Le du Laos et du Cambodge est un instrument à deux cordes (accordées en quinte). L’archet de crin, glissé entre les cordes, les fait résonner simultanément.

6Le sô u est formé d’un long manche en bois travaillé et d’un résonateur fait d’une noix de coco fermée par une plaque de bois sur laquelle repose le chevalet. Les deux cordes sont rapprochées du manche, vers le haut, par une ligature de boyau ou de soie. L’archet est glissé entre les deux cordes. Cet instrument est appelé sen hwô ou hou khîm en Chine, où il était originellement un instrument de l'orchestre mongol. On l’appelle o ou sô u au Laos, sô u au Siam, tro u au Cambodge. Il est considéré à Java comme un instrument chinois, mais il existe un monocorde à archet presque identique à Bornéo.

7Dans l’Inde cet instrument s’appelle ravanâstra ou râvana-hastaka dans le Nord, trâvanâttam en pays tamoul. Il est mentionné dans le Basava-purâna et le Pânditârâdhya-carita (14ème siècle). Le Râvani mentionné dans le Samgîta makaranda, un très ancien ouvrage, est probablement le même instrument. De nos jours le râvanâstra est joué surtout par les ascètes errants au Gujerat, en Orissa et dans l’Inde du Sud.

8Le i, plus petit que le précédent, a pour résonateur un petit cylindre de bois recouvert d’une peau de python sur laquelle repose le chevalet. Les deux cordes sont accordées en quinte. Cet instrument est appelé thî khîn en Chine, où il était originellement un instrument de l’orchestre mongol. Il est considéré à Java comme un instrument chinois. Il s’appelle sô luang au Siam ; i au Laos ; tro sô ou tro chai au Cambodge ; chai nhi au Viet Nam.

9Le sô i s’appelle amrta dans l’Inde. On confond souvent le ravanâstra et l’amrta, les deux noms servant tantôt pour l’un tantôt pour l’autre instrument.

10Le bang du Laos est un rustique fait d’un tube de bambou monté sur un manche.

Instruments à cordes pincées

11Le ta khé, qui est appelé tchaké ou garaté (crocodile) au Siam, est une guitare horizontale à trois cordes de grandes dimensions montée sur des pieds d’ivoire. Les deux cordes aiguës sont en boyau, la corde grave en laiton. Les cordes sont accordées en quinte et octave.

13. Tro khmer (Musée de Phnom Penh)

14. So i ancien (Musée de Phnom Penh)

15. Cha pei ancien (Musée de Phnom Penh)

16. Cha pei et Tro khmer (S’iem Reap)

12Le chevalet est allongé, avec une légère courbure sous les cordes, comme dans la tanpurâ indienne, ce qui donne un son riche et soutenu.

13Le ta khé sert dans l’orchestre Mohori, dans l’orchestre à cordes et comme accompagnement pour le chant.

14Le magyaun (Sanskrit makara, Hindi magar, crocodile) de Birmanie est un instrument similaire mais dont la caisse est ornée en forme de crocodile. En Chine le ta khé, appelé crocodile, est considéré comme un instrument birman.

15Le ta khé est apparenté à l’ancienne kacchapî (tortue) indienne que le Nâtya-shâstra décrit comme une variété de dâravî. C’est de la kacchapî que sont probablement dérivés les larges sitar du Bengale et la grande vînâ du Sud de l’Inde.

16Il semble fort probable que le ta khé cambodgien, comme le crocodile thai ou birman, soit un instrument d’origine indienne.

17Au Siam on appelle kacchapî de petites guitares de diverses tailles à quatre cordes (doublées). Cet instrument ressemble au tha ké mais en beaucoup plus petit.

18Le ketchapi javanais est aussi un instrument horizontal mais à six cordes.

19Le châ peï est l’instrument à cordes le plus répandu et le plus caractéristique du Cambodge. C’est une très·longue guitare à deux cordes, au manche mince et recourbé. Dans le châ peï thom (châ peï grave) les cordes sont doublées. Le châ peï a souvent plus de 1 m 50 de long ; les touches donnent deux octaves.

20Le châ peï sert dans l’orchestre Mohori, dans l’orchestre à cordes et dans les orchestres populaires. Cet instrument, n’existe pas dans l’Inde mais ressemble au guenibri Nord-Africain.

21Le châ peï toch est un plus petit instrument, identique au cai dan nguyet viètnamien. Il a quatre cordes, accordées deux par deux, formant une quinte. Il est presque partout aujourd’hui remplacé par la guitare (qui a presque exactement le même son) ou le banjo.

22Cet instrument n’a pas d’équivalent dans l’Inde mais est plus allongé que l'instrument chinois correspondant.

23Le deo (sô do ou sa diou) ou monocorde est un instrument très ancien, apparenté à la vînâ indienne. On en trouve des représentations à Angkor Vat (première moitié du 12e siècle).

24Le deo est fait d’un manche droit ou courbé. La corde surélevée aux deux bouts est rapprochée du manche par une ligature de soie. Une demie courge sert de résonateur et s’applique sur le ventre du musicien. Les sons sont plus ou moins étouffés selon que la courge est plus ou moins pressée contre le ventre.

25Des instruments plus complexes, semblables à la vînâ indienne, faits d’un bambou, portant des frettes, et d’une gourde, sont représentés dans la sculpture khmère comme dans celle du Barabudur. Ces instruments n’existent plus aujourd’hui.

17. Harpe Angulaire (Angkor.)

18. Monocorde (Musée de Phnom Penh)

19. Khong vong (Luang Prabhang)

20. Khong vong (Angkor Vat)

La Harpe

26Deux types de harpe sont représentés dans la sculpture d’Angkor, la harpe angulaire et la harpe arrondie. Cette dernière existe encore en Birmanie mais dans aucun autre pays du Sud-Est Asiatique.

27Les deux types de harpe communs dans l’Inde ancienne y sont représentés dans la sculpture depuis le 2e siècle av. J. C. Ils étaient répandus aussi dans le Moyen-Orient et l’Asie Centrale et sont très probablement un apport indien dans la civilisation khmère.

Table des illustrations

Légende To Birman
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/1138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende 13. Tro khmer (Musée de Phnom Penh)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/1138/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende 14. So i ancien (Musée de Phnom Penh)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/1138/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende 15. Cha pei ancien (Musée de Phnom Penh)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/1138/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Légende 16. Cha pei et Tro khmer (S’iem Reap)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/1138/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/1138/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Magyaun
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/1138/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Kachapi
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/1138/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 17. Harpe Angulaire (Angkor.)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/1138/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Légende 18. Monocorde (Musée de Phnom Penh)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/1138/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Légende 19. Khong vong (Luang Prabhang)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/1138/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Légende 20. Khong vong (Angkor Vat)
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/1138/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 617k

© Institut Français de Pondichéry, 1957

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search