Version classiqueVersion mobile

La musique du Cambodge et du Laos

 | 
Alain Danielou

Composition

Texte intégral

1Toutes les œuvres musicales sont faites de phrases courtes à tendance pentatonique, le quatrième degré étant généralement évité et le septième n’apparaissant que de temps en temps.

2La tonique varie d’un morceau à un autre, mais cela crée peu de différence lorsque l’accord est l’heptaphone tempéré ou une gamme s’en approchant. Il n’y a pas de changements de tonique au cours d’un morceau donné bien que l’introduction accidentelle du septième degré puisse sembler une modulation pour une oreille occidentale.

3Dans la musique vocale il existe au Laos deux genres de compositions. La première, célébrant les exploits de héros légendaires, se développe en improvisations. La seconde, ayant pour thème l’amour, est faite de phrases rythmées, ornées parfois de vocalises, alternées entre un chanteur et une chanteuse. On intercale souvent des syllabes dénuées de sens pour allonger la phrase musicale et compléter la rime. Au Laos, le khène suit le chant dans l’accompagnement.

4Bien que polyphonique la musique d’orchestre n’a pas de système harmonique. Les instruments reprennent en canon libre et improvisé le thème mélodique principal, plus ou moins syncopé ou orné de variations, soit à l’unisson, soit à l’octave, soit à la quinte.

5L’indépendance avec laquelle les musiciens ornent différemment la mélodie dans une improvisation collective fait qu’un instrument ne peut jamais être doublé. Chaque instrument par sa sonorité et son étendue remplit une place définie dans l’ensemble.

© Institut Français de Pondichéry, 1957

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search