Version classiqueVersion mobile

La musique du Cambodge et du Laos

 | 
Alain Danielou

Le chant religieux

Texte intégral

1Les chants religieux des « pandits » du Cambodge appartiennent à un système nettement différent de celui de la musique d’orchestre. Les gammes assez variées, qui aujourd’hui sont souvent à tendances pentatoniques, n’avaient probablement pas ce caractère autrefois.

2Les ornements nombreux et complexes utilisant de petits intervalles sont visiblement de facture indienne et l’on peut considérer ces chants comme directement dérivés des bhajana indiens bien qu’ayant subi une influence chinoise superficielle qui les pentatonise.

3Exemples (Phnom Penh :)

  • 1 Le Yajur Veda se chante sur cinq notes et le Sāma Veda sur sept.

4Les psalmodies des moines du Cambodge soit en pâli soit en cambodgien sont encore très proches de la psalmodie védique la plus ancienne et se chantent sur trois notes, psalmodie caractéristique du Rig Veda.1

Notes

1 Le Yajur Veda se chante sur cinq notes et le Sāma Veda sur sept.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/1120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Phnom Penh
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/1120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

© Institut Français de Pondichéry, 1957

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search