Version classiqueVersion mobile

L'esclavage dans l'Inde ancienne d'après les textes palis et sanskrits

 | 
Dev Raj

Chapitre V. L’esclavage à l’époque du buddha

Texte intégral

  • 1 Voir K.P. Jayaswal, Hindu Policy, Bangalore, 1943, p. 394 :
    “From a statement of Patañjali, it is c (...)
  • 2 D. I, 87.
  • 3 j, iv-148.
  • 4 j,i, 88 ; Filliozat, Manuel., t.i, p. 481.

1Au début de la période bouddhique, nous nous trouvons en présence de deux types d’Etats. Dans la première catégorie, on peut mettre ceux des Vajji (confédération de huit Etats), ainsi que les Etats des Malla, Sakiya, Koliya et Bhagga, qui sont des oligarchies ; les autres étant des monarchies. La première est celle des groupes que nous avons caractérises comme retranches en eux-mêmes”. Ceux-ci constituent une espèce d’oligarchie aristocratique et considèrent toute une partie de la population habitant leur territoire comme leur propriété naturelle.1 Dans l’autre, qui est monarchique, il n’existe aucune partie de la population condamnée par nature à l’esclavage. Le fait le plus remarquable de cette époque consiste en la disparition d’abord des oligarchies, plus tard de toutes les monarchies sauf une en tant qu’Etats indépendants, au profit d’un empire gouvernant tout le pays. Nous examinerons d’abord la condition des esclaves dans les oligarchies et dans les monarchies, pour lesquelles le Tipiṭaka nous fournit beaucoup de renseignements. Nous analyserons ensuite les conséquences de l’établissement d’un empire unifié en ce qui concerne l’esclavage. Dans les oligarchies, la première chose à remarquer est la rigide hiérarchisation sociale, dans laquelle tout se règle selon la naissance dans un groupe particulier. De la naissance seule dépendait l’octroi des droits politiques et des privilèges qu’ils comportaient. Seuls les gens nés nobles, les khattiya de ces oligarchies, pouvaient participer aux affaires politiques. Le droit d’entrer au santhâgâra des Sakiya ou celui de se baigner dans l’étang des Licchavi symbolise cette appartenance au groupe des privilégiés. Personne ne pouvait entrer dans cette salle ou se baigner dans cet étang, s’il n’était né khattiya. Le savoir d’un Ambaṭṭha,2 la prouesse d’un Bandhula,3 ou la richesse de la famille d’un Sudinna n’y pouvaient rien. Cette fierté d’une noble naissance les avaient rendus aveugles, à ce point que même le Buddha avait dû recourir au surnaturel pour les convaincre de sa supériorité personnelle et les amener à plus de jugement.4 Tout le monde, ces nobles eux-mêmes exceptés, n’avait d’autre droit que celui d’être gouverné et de travailler toute la vie dans le métier décidé par la naissance. L’obligation, pour tout un groupe social habitant un territoire sous régime oligarchique, de se considérer comme esclave, est donc bien à sa place dans ce système. Par contre, sous les rois, il n’existe aucun groupe condamné à se considérer comme esclave. Nous pensons qu’un résultat de la défaite des oligarchies a été l’abrogation de la règle vouant un groupe, en tant que tel, à l'esclavage. Désormais l’esclavage n’affecte plus un groupe tout entier, mais affecte les êtres humains comme individus : un homme pris à la guerre, un débiteur incapable de régler sa dette, etc. tels sont les cas possibles. Nous nous proposons de décrire d’abord les travaux auxquels ils étaient affectés pour parler ensuite des changements qui ont dû se produire.

  • 5 Il faut noter qu’il est difficile de distinguer les fonctions réservées exclusivement aux esclaves (...)

2Dans les oligarchies, on emploie les esclaves surtout comme domestiques et comme ouvriers agricoles. On leur interdit, d’autre part, l’accès à l’armée dont les rangs sont exclusivement réservés aux khattiya. Dans les monarchies, ils servent comme domestiques, comme ouvriers agricoles, comme serviteurs des commerçants et comme soldats. Nous allons donc discuter du travail agricole et du service militaire tels qu’ils existaient des deux côtés, pour reprendre ensuite le détail d’autres domaines.5

A. L’OLIGARCHIE ET LA MONARCHIE

1. L’armée

  • 6 D-a, ii-14. La troupe héréditaire selon Kauralya, le maula-bala, ix-2, était-elle composée d’homme (...)
  • 7 j, vi-135, iv-304.

3Α cette époque les rangs de l’armée d’un monarque étaient ouverts à presque tout le monde. Parmi les soldats, on voyait des esclaves qu’on nommait les dâsaka-putta, les fils d’esclaves. Le commentateur les appelle, “esclaves nés au foyer, devenus soldats,” ghara-dāsa yodhâ, et constate leur affection (pour leur maître).6 Outre ces esclaves domestiques, les princes commuaient la peine capitale des accusés et les enrôlaient dans l’armée.7

  • 8 j., vi-489.
  • 9 j., vi-138.

4Les esclaves étaient également employés dans les écuries royales. Leur sort était selon toute probabilité, lié à celui de l’animal dont ils avaient la garde, comme le démontre le transfert des gens attachés à un éléphant.8 Le prince, selon le conte, fit cadeau non seulement de l’éléphant mais aussi des hommes attachés à la bête. Ailleurs nous trouvons des gens s’offrant définitivement comme travailleurs dans les écuries princières à condition qu’on leur épargnât la vie.9

  • 10 j, i-58 ; aussi W. Rockhill, The Life of the Buddha, Londres, 1884, p. 19.
  • 11 j, iv-148 ; Bur, i-228.
  • 12 Dh-a, iii-254.
  • 13 j, iv-145 ; Rockhill, op. cit., p. 120.

5Par opposition à l’armée royale, l’armée d’une oligarchie se compose exclusivement de nobles. Toutes les descriptions, que nous en avons confirment cette impression. Les seuls concurrents qui s’opposèrent au jeune prince Gotama, dans le tournoi auquel il dut participer, étaient de jeunes khattiya.10 De même, le jeune Bandhula rentrant de son entraînement militaire à Takkhasilâ, eut à faire montre de son habileté aux armes en combattant seulement ceux qui étaient ses cousins.11 Remarquons encore que les esclaves-serviteurs ne firent que commencer la querelle concernant le partage des eaux du fleuve Rohiṇî, leurs maîtres, les nobles, menant seuls la bataille qui s’ensuivit.12 Dans l’attaque menée par le roi Viḍūḍabha, périrent seuls les nobles de Kapilavatthu.13 En conséquence nous pouvons dire que les rangs militaires de l’armée de l’oligarchie, étaient exclusivement composés des nobles de la république et que son accès était fermé aux esclaves comme il l’était aux artisans, commerçants et aux brâhmanes.

2. L’agriculture

6Dans les monarchies, nous pouvons distinguer plusieurs catégories de travailleurs de la terre ; il y a des travailleurs à gages, des paysans pauvres cultivant leur lopin de terre et des paysans possédant quelques hectares. Il y a aussi de riches propriétaires qui possédent des centaines d’hectares, voire des villages entiers. Ce sont les paysans moyens et les riches propriétaires fonciers qui se servent d’esclaves. Voici quelques détails :-

i. Le paysan moyen

  • 14 j, iii-162 ; vin., i-240 ; Dh-a, i-363.

7Dans ce groupe sont compris les paysans qui disposent de tous les moyens nécessaires à la culture et qui, parfois, s’assurent une main d’œuvre étrangère à la famille, en acquérant un ou une esclave. On peut y inclure également les seigneurs qui, devenus pauvres, se trouvent obligés de s’adonner eux-mêmes à la culture. On nous raconte l’histoire d’un paysan qui possédait une esclave. Ailleurs nous rencontrons une riche famille, qui a dû congédier tous les esclaves et les serviteurs, à l’exception d’un seul.14 Dans ces familles, il existe des liens personnels entre esclaves et maîtres et ceux-là sont souvent bien traités.

ii. Le riche propriétaire foncier

  • 15 j, iii-105.
  • 16 Bur, i-260, Dh-a, i-398.
  • 17 ibid., i-180.
  • 18 j, iii-293.
  • 19 Dh-a, i-290.
  • 20 j, ii-378.
  • 21 Bur, i-204.
  • 22 iii-64.

8Ces seigneurs de la terre possèdent des centaines de karîsa de terre, parfois plusieurs villages. On trouve parmi eux des brahmes, des seṭṭhi et d’autres gens. Il y a aussi des personnes qui ont acquis la terre à titre personnel. Un brâhmane a reçu son village du roi de Kâsî, avec le privilège d’y exercer le pouvoir royal.15 Le seṭṭhi Dhanañjaya reçut 100 villages en héritage et possédait en outre quatorze villages comme bhatta-gâma (villages présumés exempts de l’impôt).16 Un seṭṭhi mourant apprend de son comptable l’état de ses biens, à savoir : “les villages, les champs, le bétail...”.17 Il y a aussi le brahme de Râjagaha qui fit préparer un grand terrain pour la culture.18 Le fils de la dévote Mâtika-mâtâ avait un village dans le territoire conquis par le roi de Kosala.19 On peut voir encore le trésorier du roi, le râja-seṭṭhi, allant au champ pour assister à la récolte,20 ainsi que les deux frères qui font ensemencer un grand champ en riz.21 Patañjali nous révèle, pour sa part, l’existence de tels paysans lorsqu’il parle de l’un d’entre eux surveillant le labourage fait par cinq charrues.22

  • 23 j, vi-69.
  • 24 Thig-a, 55.
  • 25 S-a, 16-11 ; Thg-a, 261.
  • 26 j, iv-276.
  • 27 vin., iv-162.
  • 28 Dh-a, i. 180.

9Chez ces “paysans”, ce sont des esclaves qui cultivent la terre. Au besoin on embauche des travailleurs à gages ou on donne la terre en métayage.23 Cette impression est confirmée par la mention d’un dâsa-gâma, village d’esclaves, près de Bénarès,24 et celle de l’un des quatorze villages appartenant à Pipphalî-Mâṇava.25 On peut citer aussi les 500 chars-à-bœufs pleins d’outils agricoles ainsi que les centaines d’esclaves que reçut Visâkhâ en dot. Il y a encore le cas du brahme Kosiya-gotta, qui donne la moitié de ses mille karîsa en métayage et laisse la garde du reste à ses esclaves et serviteurs.26 Pour contrôler le travail de ces esclaves et de ces travailleurs-à-gages, on employait des surveillants, tels que l’homme à la bague d’or qui surveillait les terres du seṭṭhi Sudatta Anâtha Piṇḍika27 ou l’homme employé par le seṭṭhi Kosambika.28

  • 29 Dans le Tipiṭaka, il n’y a pas une seule référence concernant la mise en feu de la forêt, pour la (...)
  • 30 Toute cette activité augmentait la surface de terre cultivée et assurait l’approvisionnement conti (...)

10Sur le territoire royal, une activité constante se développe pour le défrichement de nouvelles terres. La vallée du Gange était encore en grande partie couverte de forêts, qui avaient, jusqu’alors, résisté aux outils en métaux moins durs. L’emploi de la hache de fer rendit possible un abattage massif des arbres.29 Le défrichement de la superficie ainsi déblayée était accompli par la charrue à soc de fer.30 Ces travaux sont à la charge des esclaves et serviteurs, comme nous le voyons dans le Jâtaka, iv, 167, où un brâhmane de Sâvatthî fait abattre des arbres et les fait transporter ailleurs pour pouvoir défricher le terrain. Concluons en conséquence : dans les monarchies, existent à côté des travailleurs à gages, des paysans pauvres et des paysans moyens, ces derniers possédant des esclaves. Mais il y existe également des seigneurs possédant de vastes propriétés terriennes, dont l’exploitation repose en partie sur la main-d’œuvre servile.

  • 31 Que les brahmes aient pu posséder des terres, est confirmé par les Dharma-sûtra, lorsqu’on y recom (...)
  • 32 vin., ii-180 ; Sp., p. 1274.
  • 33 Hor., v-253.
  • 34 Bur., i-232 ; A coup sûr, il y a là de l’exagération, mais sous la caricature, les rédacteurs ont (...)
  • 35 j. i-57.
  • 36 Dh-a, iii-254 ; j, v-412.
    Il faut remarquer également que dans les histoires concernant les régions (...)

11Par contre, dans les oligarchies, l’esclavage, malgré les données insuffisantes que nous possédons en la matière, paraît être la plupart du temps un esclavage de naissance. Les oligarques possèdent des esclaves qui doivent travailler pour eux. Ce fait se confirme surtout dans l’agriculture, leur industrie principale (car le commerce ne s’est pas encore suffisamment développé), où les travaux sont entièrement à la charge des esclaves et serviteurs. Nous ne contestons pas pour autant la valeur de la mention des villages de brahmes (par exemple chez les Sakiya)31 et nous ne voulons pas non plus suggérer que ces paysans-brahmes étaient des esclaves des Sakiya. Nous désirons simplement observer que l'approvisionnement en grains (riz, orge, etc), des familles nobles était à la charge des esclaves, qui devaient travailler les champs pour leurs maîtres. Ceci est démontré par un certain nombre de faits. On peut noter d'abord que le frère aîné du prince Anuruddha, voulant renoncer au monde, explique les devoirs de la maison à son cadet en ces termes : Il faut d’abord faire labourer le champ, le faire irriguer ensuite. Pendant l’irrigation, l’eau doit garder le même niveau partout....La récolte prête, il faut la faire moissonner, faire séparer le grain de la tige..32, (souligné par nous). Remarquons que toutes ces opérations sont décrites au causatif. Il s’agit donc seulement pour le noble, du travail de surveillance.33 Cette observation se confirme dans le conte où il est question de l’ignorance des trois princes ; élevés dans le luxe, à l’abri de tout souci, ils ne savent pas même d’où vient le riz.34 Le seul jour où les nobles touchent à la charrue est le jour du premier labour, appelé vappa-maṅgala.35 Ce jour-là les esclaves suivent leurs maîtres au champ et voient ceux-ci derrière la charrue. Ce jour passé, les nobles n’ont plus qu’à se distraire ainsi que leurs familles, laissant toute la besogne à leurs esclaves, quelques-uns parmi eux venant pour surveiller les travaux. Les esclaves et serviteurs doivent labourer la terre, doivent l’ensemencer, l’irriguer, garder les champs, moissonner, etc. Ils doivent tout faire, à tel point que leurs maîtres arrivant leur prêter main forte dans une querelle, ne connaissent pas même l’origine de celle-ci. Le Buddha, venu pacifier les deux parties (“car”, dit-il, “le sang d’un khattiya est plus précieux que l’eau du fleuve Rohiṇî”), ne sera renseigné que par les esclaves. Pourtant il s’agissait du partage des eaux pour irriguer leurs champs, acte vital pour la survie de la communauté car une saison de sècheresse les aurait gravement touchés.36

  • 37 En marge de ces différentes possibilités, il faut prévoir également le dépeuplement de certaines r (...)

12La défaite de ces oligarchies ne pouvait manquer de produire des effets dans ces deux domaines. En ce qui concerne l'armée, il est évident que l’écrasement des oligarchies mit fin au monopole des armes détenu par les nobles et rendit légitime le droit des rois à recruter tout le monde comme soldat. Sur le plan social, l’effet devait être la désagrégation du système qui condamnait un groupe de gens à se considérer comme esclaves et donnait le droit à d’autres d’être leurs maîtres. Nous ne disons pas que tous les aristocrates avaient dû disparaître ou que tous les esclaves avaient dû etre affranchis. Il est vraisemblable que les rois avaient attribué des domaines dans ces territoires à leurs favoris. Il est également probable que des aristocrates avaient pu continuer à subsister.37 Mais désormais tout devait dépendre du bon plaisir royal et non pas nécessairement de l’appartenance à tel ou tel groupe. En gros, il est logique de penser que le système existant dans les territoires conquis devait se rapprocher de celui qui était déjà établi dans les royaumes et mettre fin à la maîtrise absolue d’un groupe “aristocratique”. Au contraire, tout le monde put, s’il en avait les moyens, acquérir des esclaves. C’était là, une extension logique de la puissance de l’argent.

13Outre ces deux domaines et les changements probables causés par le triomphe des rois, voici quelques détails quant à deux autres domaines, à savoir, ceux du travail domestique et du service chez les commerçants.

3. Le travail domestique

a. (Chez les riches)

14Ici nous avons réuni les palais et les maisons des hommes riches, les séparant des foyers des gens aux moyens réduits. Dans la première section, nous donnons un aperçu de toutes les fonctions des palais, etc. auxquelles l’on affectait les esclaves. Nous commençons par les nâṭaka-itthi, les danseuses.

i. La nâṭaka-itthi

  • 38 j. iv-315.
  • 39 ibid., v-278.
  • 40 Seul le roi Mahâ-Sudassana en possédait 84.000 (D, xvii-ii-5) et l’épouse abandonnée par le Buddha (...)
  • 41 j, vi-49, 144.
  • 42 ibid., V-178, gâthâ 192.
  • 43 D, xix-49.
  • 44 M-a, 82. On peut-noter que sur les 40.000 femmes du Buddha, il n’y a que 1.090 filles de khattiya.(...)
  • 45 j, iii-40, 408 ; Thig-a, vers 632-44. Au pluriel, “nâtakiniyo”.

15Le sérail d’un prince se divise toujours en trois groupes : les épouses, les nâṭaka-itthi et la suite. La possession de plusieurs femmes, comprenant les épouses et les nâṭaka-itthi, est un signe de richesse, de prestige. Dans un conte les parents d’un prince déclarent qu’étant donné leur position sociale, ils ne peuvent pas accepter une bru unique.38 On ne s’étonne pas lorsqu’on entend parler de harems ayant 16.000 femmes.39 Dans le Tipiṭaka, un harem a généralement 16.000 femmes.40 Parmi ces 16.000 femmes, on distingue 700 épouses tandis que les autres sont appelées nâṭaka-itthi.41 Dans le Cullasomajâtaka par exemple, 700 femmes sur 16.000 sont présentées comme bhariyâ, “épouses.”42 Le chapelain qui décline l’offre des femmes dit : “J’ai quarante épouses...et beaucoup de nâṭaka-itthi”, confirmant ainsi notre impression.43 D’autre part, nous apprenons que le moine Raṭṭha-pâla avait abandonné deux épouses principales et des nâṭaka-itthi44. On emploie parfois le mot nâtaka ou nâṭâkî pour les désigner.45 Evidemment ces femmes ne sont pas des épouses.

  • 46 Dh-a, iii-166.
  • 47 j, v-278.
  • 48 j, v-259.
  • 49 j, vi-289.

16Ailleurs, on nous parle de leur transfert d’un maître à un favori, voire d’un père à son fils. Le roi Bimbisâra par exemple, offrit une de ses nâṭaka itthi à un de ses fils.46 Il en est de même dans un conte concernant un autre prince et son fils.47 Dans un autre conte, les nâṭaka-itthi elles-mêmes envisagent leur transfert au service du fils de leur maître lorsque celui-ci devient ascète et quitte la maison48. Outre ces contes princiers nous lisons l’histoire d’un conseiller qui transféra 500 de ses itthi à son hôte.49

  • 50 j, vi-43.
  • 51 j, iii-40 ; S-a, 35-115.
  • 52 A ce propos on lira avec intérêt les remarques de Quintus Curtius : “Le roi est suivi par un cortè (...)
  • 53 j, v-278.

17Ces femmes entourent leur maître quand il se présente à la cour,50 elles l’accompagnent au jardin51 et font tout pour le divertir.52 Elles sont également ses maîtresses. Parfois on remarque une hiérarchisation parmi elles, on les divise alors en cullanâṭaka-, majjhima nâṭaka- et jeṭṭha nâṭaka-.53 Leur statut doit être celui d’esclaves comme l’établit le fait qu’on les distingue des épouses, qu’on peut les offrir à autrui et qu’elles peuvent être héritées. Toutefois, ignorant leur mode d’acquisition, nous ne pouvons dire si toutes les nâṭakaitthi étaient des esclaves.

ii. La suite

  • 54 ii-184. — Dans un autre texte la suite d’un prince est composée exclusivement de femmes, D, ii-9. (...)
  • 55 Dh-a, i-190, 195, 203.
  • 56 D, iii-i-16.
  • 57 S-a, xxii-11-v-4
  • 58 A-a, iv-iv-31-2.
  • 59 j, i-84 ; Sp, p. 1004.

18Une autre fonction à laquelle on affectait des esclaves et des serviteurs était celle de la suite. Chaque prince, ainsi que chaque membre de sa famille, possédait la sienne. Les gens riches, eux aussi, avaient une suite et en donnaient une à chaque membre de leur famille. Nous rencontrons une suite princière dans le Vinaya54 Les reines recevaient leur suite de leur mari comme les trois épouses du roi Udena,55 ou les cinq du roi Okkâka56. On précise que la suite d’une reine ne comprend que des femmes.57 On parle dans d’autres textes de la suite des princesses allant visiter le Buddha : elle consiste en leurs compagnes et leurs dâsî.58 Pour montrer l’importance qu’il attachait à l’un de ses messagers, un prince l’envoyait avec un cortège nombreux, comme l’a fait Suddhodana.59

  • 60 j, i-211, iv-370.
  • 61 j, i-147.
  • 62 j, iv-150.
  • 63 j, iii-93.
  • 64 vin., iv-159 ; j, iii-79 ; Bur., ii-101.
  • 65 i-21.
  • 66 j, vi-230.
  • 67 j, v-354.
  • 68 i-52.
  • 69 j, iv-370.
  • 70 vin., i-271 ; Sp, p. 1117.
  • 71 j, i-290.

19La suite d’un homme riche l’accompagne lorsqu’il sort en visite ou en promenade,60 Les épouses, comme Visâkhâ, possédent, elles aussi, leur suite. Ailleurs nous rencontrons un homme qui s’entoure de sa suite pour accompagner sa femme au couvent.61 Les fils d’un chef d’armée ont eu, chacun, une suite de mille hommes.62 Même les messagers des hommes riches, comme ceux des rois, s’ils allaient en mission importante, possédaient une suite nombreuse, tels ceux qui partirent chercher la bru de leur maître.63 Cette suite ne laisse pas le maître seul. Soucieuse de sa protection, elle ne permet à personne de le voir en particulier, sauf, bien entendu, à un bodhisatta ou au Buddha.64 D’après Kauṭalya, le roi, à peine sorti de sa chambre à coucher, doit être entouré d’une suite de femmes armées.65 Les reines sont également entourées,66 même dans leur chambre à coucher.67 Une reine en voyage est protégée d’abord par sa suite.68 Celle d’une femme riche se sent très contente car, en accompagnant celle-ci au jardin, elle compte bien manger et boire.69 Précisons que, chez les riches, cette suite s’occupe de tout : elle apporte de l’eau pour le bain, prépare le canapé pour le repos de la maîtresse, la soigne en cas de maladie...,70 travaille la pâte pour le bain ainsi que le parfum et tresse les guirlandes...Une partie des gens de la suite nettoie et balaie la maison et porte les ordures au dehors.71

  • 72 j, iv-37. Notons que, par analogie avec les êtres humains, les rédacteurs du Tipiṭaka'accordent la (...)
  • 73 S-a, xxii-11 ; v-4.
  • 74 j, vi-262.
  • 75 Thg, gâthâ, 299.
  • 76 Tgh, 53.
  • 77 j, v-211.
  • 78 Sp-s, p. 55, 91.
  • 79 ibid., p. 92.
  • 80 S-a, xxii-11 ; Dh-a, i-342.
  • 81 Observons que les femmes de la suite d’une reine ou d’une bourgeoise n’étaient pas toujours à l’ab (...)

20Le mot parivâra ou parijana désigne cette suite.72 Pour la suite composée exclusivement de femmes, on emploie le mot parivâra-itthi73 ou simplement paricarikâ74 D'après les indices qui nous sont fournis par le Tipiṭaka cette suite devait comprendre les esclaves. En fait, les rédacteurs ne font pas de distinction entre le mot parivâra et les mots dâsa et dâsî et les emploient souvent comme synonymes. Voici une dame “parée d’or, entourée d’esclaves, dâsiyo"75 En voilà une autre qui va au jardin, “en compagnie de ses esclaves”.76 Les dâsiyo d’une princesse, obéissant à leur maîtresse, expulsent de chez elle les astrologues étourdis.77 D’autres incidents confirment ce point. Les hommes que Suddhodana envoya comme suite avec ses dix messagers devinrent moines avec leur chef. D après Buddhaghosa, le cadet du roi Asoka renonça au monde avec une suite de mille hommes ainsi que le cadet du roi de Ceylan.78 La sœur de ce dernier fut suivie au couvent par 500 antepurikâ, femmes du harem Celles-ci sont distinguées de 500 vierges et cela démontre que ces femmes du harem composaient la suite.79 Nous savons également que d’autres princes étaient, eux aussi, accompagnés de leur suite lorsqu’ils renoncèrent au monde80 Il y a donc tout lieu de croire qu’une partie, au moins, de cette suite consistait en esclaves, hommes et femmes,81

iii. Les valets

  • 82 j, ii-87 ; iii-121.
  • 83 j, vi-384.
  • 84 j, vi-385.
  • 85 Dh-a, i-180, ii-260.

21On choisissait le valet dans la suite ; on le désignait comme pâda-mûlika “celui qui est aux pieds” ou attha-cârika purisa “l’homme qui accomplit les intentions”. Le premier terme montre l’intimité dans laquelle il devait servir son maître et le second a trait à sa fonction.82 Un autre nom du valet est paccâyika purisa “serviteur particulier”83 Pour les femmes on emploie le mot atthacârikâ itthi84. La fille-esclave affectée au service de la fille arrivée à l’âge du mariage, est appelée dâsî ou pesana-dârikâ, le premier terme précisant sont statut juridique et le second qui signifie “fille de courses” sa fonction.85

  • 86 j, i-341.
  • 87 Dh-a, i-215 ; Thig-a, 64.

22Le valet est présenté comme l’homme de confiance et comme le conseiller de son prince. Dans tous ses complots, dans ses projets de fausse inculpation, de rapt, d’attentat, ou d’assassinat, le maître compte avant tout sur lui,86 Des femmes exécutent les besognes pour leur maîtresse (reine ou bourgeoise).87

iv. Les nourrices

  • 88 j, iii-309.
  • 89 iii-13.

23Elever les enfants était la tâche spéciale des femmes communément appellées les dhâti, les nourrices. Nous ne savons pas grand-chose sur leur statut, qu’elles aient été des esclaves ou des servantes libres recevant des gages. Mais un fait est caractéristique : une nourrice, affectée à une princesse, l’accompagnera toute sa vie, la suivant chez son mari. Il y a là un trait particulier à l’esclavage. L’expression dhâti-dâsī, esclave-nourrice,88 ne peut être prise, pourtant comme une preuve définitive concernant leur état servile. Observons, par contre, que Kauṭalya relève des femmes-esclaves parmi les nourrices.89

  • 90 j, vi-74.
  • 91 j, i-57, iii-31.vi-485.
  • 92 j, vi-332 ; Sp-s, ii-234.
  • 93 j, ii-224.

24Puisqu’une reine n’élevait pas elle-même ses enfants, ceux-ci étaient allaités, élevés par les nourrices. La coutume de faire élever les princes par des nourrices était si bien établie que nos rédacteurs ont pu transformer en nourrices des kinnarî pour une princesse née dans la montagne.90 Parfois on employait pour un prince jusqu’à soixante-quatre d’entre elles.91 De temps en temps les rois affectaient des nourrices aux enfants nés le même jour que le leur. Les enfants des hommes riches, eux aussi, étaient élevés de la même façon. Nous voyons également des pères qui, imitant les rois, affectent une nourrice à chaque garçon né le jour de la naissance du leur.92 On donnait des nourrices aussi aux filles.93

  • 94 j, v-282.
  • 95 j, vi-230.
  • 96 Sp, p. 940.
  • 97 j, ii-325.
  • 98 Voir le conte où une nourrice ose frapper sa “fille”, j, v-282.

25Nous ne savons pas l’âge auquel un garçon était séparé de sa nourrice ; peut-être était-ce au moment de son sevrage. Par contre les nourrices restent au service des filles dont elles ont eu la charge ; même après leur mariage, elles les accompagnent dans leur nouveau foyer.94 D’autre part, même chez le père, la nourrice fait partie de la suite de son “enfant” et nous la rencontrons avec la princesse allant visiter son père ou quelqu’un d’autre.95 Tous les soins de la “fille” sont à la charge de sa “nourrice-mère”,96 qui veille personnellement à tout ce qui a trait à son “enfant”. Nous voyons l’une d’elles accompagner les “femmes-esclaves” sorties chercher de l’eau pour la toilette de sa maîtresse. Sa responsabilité était donc entière et sans aucune limite. De la nature même de sa fonction et de l’intimité dans laquelle une nourrice devait vivre avec sa “fille”, devait naître une affection sincère entre les deux. C’est ce sentiment qui explique le cas des nourrices qui aidaient leur “enfant” à s’enfuir avec leur amant.97 L’autorité qu’elles prenaient parfois sur leurs “filles”, était, elle aussi, la récompense de leur dévouement.98

  • 99 j, vi-1 ; D-a, xiv, i-34.— Les qualifications des nourrices sont mieux précisées dans la littératu (...)

26On peut observer que pour pouvoir être affectée comme nourrice, une femme ne devait être ni trop grande ni trop blanche etc. En plus, son lait devait être doux.99

  • 100 j, iii-309.

27On souligne la malpropreté de leurs fonctions en faisant volontiers allusion à leurs habits, “tachés de crachats, de mucus, d’urine et d’excréments”, pour évoquer le caractère répugnant de la condition humaine.100

v. La cuisine

  • 101 j, v-296.
  • 102 Dh-a, iii-300.
  • 103 Thig-a, 65 ; Dh-a, iii-157
  • 104 Dh-a, iii-321.
  • 105 Il semble que ces esclaves à la cruche, étaient souvent les victimes de la concupiscence des homme (...)

28Probablement le travail le plus dur et le plus malsain auquel on employait les esclaves et les serviteurs des deux sexes était celui de la cuisine. Dans la description d’une cuisine princière (mais du temps, très ancien, où le prince n’avait que des pots en terre cuite), nous rencontrons un cuisinier qui “se fatigue beaucoup...il coupe le bois, fait la vaisselle, apporte de l’eau..., s’endort sans couverture et par terre...se levant de bonne heure fait cuire le yâgu (une espèce de bouillie)...l’apporte...le sert...ainsi éprouve beaucoup de peine”.101 Une autre cuisine, dans la maison d’un homme riche, était située au rez-de chaussée. Elle était pleine de fumée, rendant toutes les esclaves noires et méconnaissables.102 Deux travaux liés intimement avec la cuisine sont d’apporter de l’eau en cruches et de décortiquer le riz. Les esclaves porteuses d’eau devaient se lever très tôt pour se rendre à la source. Et cela été comme hiver, car l’eau était indispensable.103 Les esclaves affectées au décorticage du riz menaient une vie très dure et fatigante. Elles devaient commencer, elles aussi, de bonne heure et parfois travaillaient jusqu’après le coucher du soleil. (Une d’elles a travaillé tard dans la nuit...). Le corps couvert de sueur elles tombent de fatigue et cessent la besogne pour aller prendre un peu d’air au dehors.104 Pour ces deux fonctions, on a des noms particuliers : la kumbha-dâsî,105 et la vîhîkoṭṭikâ dâsî (l’esclave à la cruche et l’esclave décortiqueuse de riz respectivement).

  • 106 vin., ii-154.
  • 107 j, i-318.

29Dans un autre contexte nous remarquons un commerçant qui demande à ses esclaves et à ses serviteurs de se lever de bonne heure pour préparer la salle, couper le bois, décortiquer le riz et préparer 1e yâgu.106 Chez un maître précepteur une esclave s’occupait seule de la cuisine.107

30On peut noter en passant que le Buddha mettait l’accent sur le mérite qu’il y a à servir les moines et tous les fervents laïcs sont représentés en train de le servir, ainsi que ses moines, personnellement (“sa-hatthâ”, de sa propre main”). C’était là, probablement, le seul travail pour lequel les esclaves et serviteur ; recevaient le concours de leur maître.

vi. Le dovârika

  • 108 Thg.-a, 17.
  • 109 vin., i-271.
  • 110 Dh-a, iv-210.
  • 111 vin., ;-i237.
  • 112 M. 56.
  • 113 Il faut distinguer cet huissier d’un homonyme, qui contrôlait la porte de la cité et jouissait d’u (...)

31Le dovârika, le gardien de la porte d’entrée, pouvait être un esclave, tel celui affecté par le setthi Sudatta, Anâthapiṇḍika à la porte d’un monastère.108 On l’appelle aussi khatta. Il reçoit les visiteurs, et les annonce au maître de maison.109 L’esclave affecté au seuil de la maison bourgeoise lavait les pieds de l’hôte et le conduisait à l’intérieur. Le roi de Magadha fût ainsi reçu chez son trésorier.110 Obéissant aux instructions, il barre l’entrée à toute “persona non grata”, par exemple les moines jaina venus chez le commandant Sîha,111 ou ceux venus chez Upâli.112 L’huissier contrôle non seulement l’entrée des visiteurs, mais aussi la sortie des femmes si bien qu’aucune épouse ne peut sortir à son gré.113

vii. Faits divers

a) L'activité religieuse
  • 114 vin., i-280.
  • 115 S-a, xxii-11, iii-8 5 vin., i-243.
  • 116 j, iii-142.
  • 117 D, v-18 5 M, 51.

32Nous rencontrons les esclaves et les serviteurs invitant les moines chez leur maître,114 portant les vivres sur les “deux bouts du bambou”, au monastère accompagnés de leur maître ou maîtresse.115 Ces domestiques sont également employés pour la distribution des aumônes.116 Dans les sacrifices “brahmaniques”, ce sont encore des esclaves et des serviteurs, qui “contraints par la peur, le visage inondé de larmes”, font tout le travail manuel.117

b) Le gardien de parc
  • 118 vin., ii-109.
  • 119 Bur, ii-123, iii-41.
  • 120 vin., iv-159.
  • 121 j, iii-439, 497·

33Nous ignorons si le gardien du parc princier était un esclave ou un serviteur. En tout cas, il était considéré comme l’un des deux, car même les valets du roi s’adressent à lui comme à un esclave ou serviteur, en l'appellant “bhane”. Il leur répond, comme au maître, en les appellant “ajja”.118 On l’appelle l'uyyâna-pâla ou l'ârâma-pâla.119 A la veille de la visite de son maître, il doit faire évacuer le jardin, en expulsant tout le monde.120 Parfois il est chargé de servir les ascètes descendus dans le parc comme hôtes du roi.121

  • 122 j, i-364, 451.

34Toute cette activité est sous le contrôle des hommes de confiance du prince ou du maître de maison. Dans un palais, c’est un ministre qui s’en occupe ; dans les hôtels bourgeois, ce peut être un homme ainsi que l’un des esclaves. Les reines et les maîtresses de maison laissent le soin de toutes les affaires à ces surveillants.122 Par contre chez les gens ne possédant que des moyens médiocres, les femmes sont obligées de participer au travail de leurs esclaves.

3. Le travail domestique

35b) (chez les gens de revenu moyen)

  • 123 j, ii-428, iii-162, Dh-a, iii-363.
  • 124 vin., iii-135 ; Dh-a, ii-17.
  • 125 j, iii-162.

36Il s’agit des familles possédant quelques champs qu’elles cultivent elles-mêmes ou des petits commerçants. Les femmes de la famille, l’épouse, la mère, la fille, la bru, doivent s’occuper personnellement du ménage et n’ont qu’une seule esclave pour les aider.123 Nous remarquons une nouvelle mariée préparant le repas ou une épouse préparant le riz avec de la viande pour un ami de son mari.124 Dans une famille campagnarde, la femme prépare le repas et le fait porter au champ par son esclave.125

  • 126 M-a, 21-13.
  • 127 j, vi-117.
  • 128 j, ii-428.
  • 129 vin., iii-135 ; Sp-s-ii, p. 47.
  • 130 j, i-484.
  • 131 j, i-402.

37D’ordinaire c’est une esclave qui s’occupe du ménage. Voici l’esclave Kâlî, qui “fut habile à cuire le riz, à faire les lits, à allumer les lampes...” et qui “non seulement était énergique mais ne cassait pas la vaisselle”. Tous les matins elle se levait de bonne heure pour pouvoir traire les vaches.126 Dans un autre foyer, les femmes, à savoir l’épouse et ses filles, refusent de préparer le repas pour un moine. L’esclave du foyer, la geha-dâsî le prépare.127 Une autre, ayant eu la possibilité de demander ce qu’elle voulait, se contente d’un pilon, d’un mortier et d’un tamis.128 Le travail dont s’occupent ces esclaves est désigné par le mot dâsî-bhoga qui signifie, d’après Buddhaghosa, “le travail des champs, du balayage des ordures, de la corvée d’eau, etc.”. Le dâsî-bhoga est opposé au suṇisâ-bhoga qui est le travail à la charge de la bru.129 Cette seule relation décrit clairement le travail domestique dans ces familles. Outre l’esclave qui travaillait au foyer, il y avait pour les travaux saisonniers, le travailleur à gages. Fait plus intéressant, si le travail manquait chez elles, ces familles louaient leur esclave, par exemple pour décortiquer le riz.130 Dans un autre jâtaka, nous lisons l’histoire d’une esclave battue par son maître parce qu’elle ne lui avait pas livré les gages ainsi reçus.131

  • 132 La présence de ces esclaves domestiques peut être relevée également dans les Dharma-sûtra. Voir(...)

38C’est là un résumé des fonctions des esclaves (des deux sexes) dans le domaine du travail domestique. Bien que souvent il ne soit pas possible de relever avec certitude si un tel travail était la charge exclusive d’esclaves, car les serviteurs et les esclaves sont mentionnées ensemble, il reste néanmoins certain que les esclaves étaient affectés à tous ces travaux. L’emploi des femmes esclaves dans les familles jouissant d’un niveau de vie moyen est également bien-établi.132 Concluons: dans le domaine du travail domestique, il n’y a pas de différence fondamentale entre un régime oligarchique et un régime monarchique. Notons pourtant que le nombre des foyers riches paraît plus grand dans les royaumes ; en conséquence le nombre d’esclaves employés au travail domestique aurait pu y être élevé. Il s’agit là d’une simple différence de quantité.

4. Les esclaves chez les commerçants

  • 133 vin., ii-159.
  • 134 j, i-378, iii-196.
  • 135 j, i-1081.
  • 136 Thg-a, 37.
  • 137 vin., i-243, iv-334.

39Les esclaves ainsi que les serviteurs gardaient les maisons et accompagnaient les caravanes de leur maître, s’occupant de tout le travail y afférent. Ce sont eux qui allèrent chercher de l’or pour le compte de leur maître, le seṭṭhi Sudatta Anâtha-piṇḍika, lorsque celui-ci en eut besoin pour acheter un parc.133 Les esclaves et serviteurs du même commerçant étaient sortis piller la caravane d’un autre seṭṭhi.134 Un autre serviteur, ne perdant pas courage, put creuser un puits dans le désert et sauva toute une caravane de la destruction.135 Un exemple de leur dévouement : les esclaves et les serviteurs tuèrent une prostituée qui avait provoqué la mort de leur maître, un jeune commerçant.136 Parfois, sur l’ordre de leur maître, ils suivaient les moines en voyage pour leur servir les repas.137

40L’activité commerciale était de même nature dans les Etats oligarchiques et dans les Etats monarchiques. Il n’y a, en conséquence, aucune différence en ce qui concerne le travail servile chez les commerçants de ces deux régions. Compte tenu pourtant de l’importance plus grande du commerce dans les royaumes au début de l’époque bouddhique, il est vraisemblable que les esclaves y étaient plus nombreux. La défaite des oligarchies ne pouvait donc provoquer aucune transformation radicale du système servile dans le domaine du travail domestique ni dans celui du travail chez les commerçants. Il n’en a pas été ainsi, comme nous l’avons vu, dans d’autres domaines.

B. Les monarchies et l’empire

  • 138 j, i-295, 355, iii-147, 361, iv-219 ; vin., iv-224.

41La consolidation des deux monarchies de Kosala et Magadha, suivie par le triomphe de cette dernière, qui s’éleva au rang d’empire, devait avoir d’autres répercussions sur l’institution de l’esclavage. La disparition des petits Etats réduisit les razzias menées au delà des frontières des Etats voisins pour y enlever hommes et femmes. Le terme kara-mara-ânîta du pali peut être interprété étymologiquement comme “celui qui est emmené par celui qui pouvait lui donner la mort de sa main”. La razzia, dans l’évolution sociale, ayant précédé la guerre, le mot a désigné à l’origine le prisonnier fait au cours d’un raid ; de là, son sens s’est étendu au prisonnier fait au cours d’une guerre. Dans le Tipiṭaka, les deux sens sont encore mêlés, c’est-à-dire que les deux espèces d’esclaves groupées sous un vocable unique, coexistent encore ; chez Kautalya et dans les codes, au contraire, la razzia est formellement proscrite et seul l’esclave prisonnier de guerre est nommé.138

  • 139 J. Bloch, Inscriptions d’Asoka, Paris, 1955, no. xiii. Il serait intéressant d’imaginer les effets (...)

42La naissance de l’empire du Magadha dut en principe donc, mettre fin à ces raids à l’intérieur du pays. S’il en fut bien ainsi, après l’écrasement du Kosala, il n’y eut plus de prisonniers de guerre jusqu’à la guerre de Kalinga, lorsque l’empereur Asoka en prit des milliers.139 Nous pouvons présumer également que les riches propriétaires fonciers avaient consolidé leur puissance économique en faisant labourer leurs terres par des équipes d’esclaves et serviteurs. Certes, nous ne disposons pas de preuves de cette affirmation mais nous ne voyons pas les raisons pour lesquelles de telles personnes auraient été obligées d’abandonner leurs privilèges. Nous savons également que même le plus généreux de nos empereurs, le Piyadasî Asoka, ne songea pas à abolir l’esclavage. Il se peut encore que l’Etat, obligé de faire face aux dépenses nouvelles d’une administration fort centralisée, ait eu recours au travail servile, en employant les prisonniers de guerre à défricher les nouvelles terres au bénéfice des fermes impériales. Pendant cette période, l’esclavage tire son origine des dettes, des famines, des guerres, des condamnations judiciaires, etc..

43On peut noter également que le Tipiṭaka ne fait état d’aucune disposition judiciaire pour protéger l’esclave, pour limiter de quelque manière la puissance absolue du maître sur sa propriété vivante. Il n’y aucune distinction entre esclavage à vie et à terme fixe, bien qu’on relève des exemples de cette dernière catégorie dans le Tipiṭaka lui-même. Il n’y a pas non plus de dispositions protégeant les enfants ni les femmes esclaves. L’esclave se trouve complètement à la merci de son maître.

  • 140 D-a, ii-37.
  • 141 Vv-a, 62.
  • 142 Dh-a, iii-486.
  • 143 Vv-a, 50.
  • 144 M, 21-13.
  • 145 D, xxxi-27.

44Notons pourtant que si, dans le Tipiṭaka, l’esclave ne jouissait d’aucune protection juridique, c’était en conformité avec la conception qu’on y avait d’un esclave ; celui-ci n’étant considéré que comme un bien, on lui déniait conséquemment le droit de posséder quoi que ce soit.140 Les incidents dans lesquels un esclave a pu perdre la vie, ou les oreilles et le nez, sans qu’aucun châtiment ait été infligé au coupable est donc parfaitement compréhensible. Voici, par exemple, le cas du gardien d’un champ tué par son maître en colère. Les parents du défunt n’avaient plus qu’à pleurer.141 Une esclave a dû coucher avec son maître ; la maîtresse jalouse, prise de colère, la bat, lui coupe les oreilles et le nez.142 Une autre, désespérée du mauvais traitement qu’elle recevait de la part de sa maîtresse songea à se suicider.143 Il y a, enfin, l’esclave Kâlî, qui provoqua délibérément la colère de sa maîtresse et fut blessée à la tête. Elle ne put que se plaindre dans le voisinage.144 Dans le Tipiṭaka, on ne relève aucun cas d'un quelconque châtiment pour un maître accuse d’avoir maltraité ses esclaves. Remarquons pourtant qu'un courant d’opinion en faveur de l’esclave avait commencé à l’époque même du Buddha et a probablement joué son rôle dans l’évolution des droits de l’esclave. L’esclave Kâlî, qui fut blessée à la tête, avait, en se plaignant auprès des voisins, fait perdre sa réputation à sa maîtresse Celle qui essaya de se suicider, fut sauvée par le Buddha ; celui-ci intervenant effectivement auprès de son maître. Dans le cas de l’esclave qui perdit les oreilles et le nez, c'est encore le Buddha lui-même qui désapprouva cette cruauté. Outre cette désapprobation, le Buddha a, d’autre part, mis l’accent sur l’importance du travail des esclaves et serviteurs. Pour lui ceux-ci constituent “le secteur bas de la société,” heṭṭhimā disā c’est-à-dire dans sa pensée, non pas “inférieur mais plutôt de “base”.145 Souvent il a conseillé à ses auditeurs riches de veiller au bien-être de leurs esclaves-serviteurs.

  • 146 Bloch, op. cit., no. ix.

45Dans ce contexte l'exhortation de l’empereur Asoka à son peuple de bien traiter les esclaves (dâsa-bhatakamhi samyapratipatti”,146) n’est qu’une suite logique de l’enseignement qui a été commencé plus tôt par le Buddha lui-même.

  • 147 vin., iii-15, iii-161 ; Sp-s, ii-p. 238.
  • 148 Il est à remarquer cependant qu’une fois, M, ii-149, le Tipitaka oppose l’ensemble des quatre varṇ (...)

46Nous pouvons noter également que le Tipiṭaka a l’habitude de juxtaposer les mots ariya (noble, maître) et dâsa (esclave), comme dans les expressions ariya-vohâra et dâsa-vohâra.147 Dans tous ces cas, le mot ariya doit signifier (au sens juridique) l’homme libre, par opposition à dâsa, signifiant l’homme esclave.148

  • 149 Thig-a, 47.
  • 150 Dh-a, i-239.

47A en juger par les cas célèbres de Paṭâcârâ149 et de la mère du moine Culla- panthaka150, il semble acquis qu’au cas où une fille s’enfuyait avec un esclave de ses parents, seul l’esclave fugitif, mais non pas la fille, avait à redouter un châtiment.

48C’est là le cadre dans lequel nous nous proposons d’examiner les données littéraires recueillies dans le Tipiṭaka, en leur ajoutant les renseignements des textes tels que le Nirukta, le Mahâ-bhâṣya et les Dharma-sûtra. Toutefois avant d’aborder cet aspect de notre problème, nous voulons examiner la question de l’esclavage dans les monastères, car l’établissement même de ces derniers ne date que de l’époque bouddhique.

5. L’esclavage dans les monastères bouddhiques

49A lire les ouvrages concernant l’ordre bouddhique en Inde, on a l’impression que ces monastères n’avaient pas de main d’œuvre servile ; on serait tenté de croire que les moines bouddhiques accomplissaient tout eux-mêmes, y compris les travaux qu’exigeaient de grands monastères comme ceux de Kosâmbî, de Râjagaha. Cependant, une étude de la littérature palie, démontre clairement qu’il n’en était pas ainsi.

  • 151 vin., i-76, ii-271.
  • 152 Early monastic Buddhism, Calcutta, t. i, 1941 ; t. ii, 1945.
  • 153 t. ii, p. 212, 217, 218,
  • 154 op. cit., p. 413.

50Il est bien connu que le Buddha avait interdit à ses moines d’accepter les esclaves dans son ordre. On ne pouvait les y admettre que lorsqu’ils avaient été préalablement affranchis.151 La plupart des ouvrages interprètent cette interdiction comme une règle générale qui n’accepterait aucune exception. Aussi, si des cas d’esclavage dans les monastères bouddhiques existent, ces ouvrages tentent ou bien de les passer sous silence ou bien de les interpréter d’une façon conforme à leur thèse, mais contraire à la réalité. M. Dutt, par exemple ne parle jamais du travail servile dans le monastère bouddhique.152 Il est difficile d’y trouver le mot esclave, car il va jusqu’à traduire le composé dâsa-kammakara par “servants and workers”153, et le composé dâsa-dâsî par “male and female servants”. Pour sa part M. R. K. Mookerji, est plus catégorique. Il n’y a pour lui aucune preuve évidente que l’ordre possédait, à titre de propriétaire, des esclaves, des chevaux...154

51A notre avis, il n’y a pas de contradiction entre cette interdiction d’ordonner un esclave non-affranchi comme moine et l’acceptation de la main-d’œuvre servile pour le travail d’entretien des monastères. Mais pour le comprendre, il faut séparer les deux aspects de la question et les étudier successivement. Or, en ce qui concerne l’interdiction d’ordonner les esclaves comme moines, aucun doute n’est permis. Cette interdiction était certainement totale et on ne peut relever aucune exception à son encontre. Quant à l’utilisation de la main-d’œuvre servile, il convient, pour la connaître, de suivre le développement de l’ordre dès son origine et d’étudier ses besoins matériels. Au début, le problème ne se posait pas car c’étaient seulement des isolés qui renoncèrent au monde et suivirent le Buddha dans ses pérégrinations. Il y avait bien des groupes d’ascètes qui acceptèrent de suivre le Buddha comme maître (les frères Jaṭila par exemple), mais ils avaient déjà fixé leur mode de vie ; le problème de leur organisation matérielle ne se posait donc pas. Mais bientôt le nombre des disciples commença à se chiffrer par centaines et par milliers. Il n’était plus possible que tout le monde suivît le Maître. A ce moment devait intervenir le besoin de s’établir quelque part, d’avoir des résidences monastiques. Bien sûr, la tradition voulait que les moines voyageassent pendant huit mois au moins au cours de l’année mais ils devaient passer quatre mois en sédentaires. Ils étaient autorisés à passer leur temps où cela leur semblait convenable pour leur salut spirituel. Notons également que l’interdiction pour un ascète (suivant la tradition brahmanique) de passer plus de trois jours dans une ville, ou plus d’un jour dans un village, n’est pas mentionnée par le Vinaya. D’ailleurs, les moines bouddhiques n’étaient pas tenus de vivre isolés l’un de l’autre. La vie en groupe, et le séjour de quatre mois au moins, réunis leur poseront donc des problèmes nouveaux. C’est seulement en fonction de ces préliminaires que l’on peut comprendre les dons de parcs et de bâtiments faits à l’ordre et que celui-ci, bien entendu, accepta.

  • 155 “Un travail régulier, de quelque sorte que ce fût, était complètement étranger à la vie monastique (...)
  • 156 vin., iii-248 ; Sp., p. 709.
  • 157 vin., ii-6.

52D’autre part, il ne faut pas oublier que le Buddha, dans son souci de libérer ses moines de toute préoccupation matérielle, leur avait interdit presque tout travail manuel.155 Pour se loger, les moines ne pouvaient eux-mêmes bâtir que des huttes de dimensions restreintes. Pour un moine vivant seul, c’était suffisant, mais comment loger les groupes de moines ? C’est à ce moment que des donateurs commencèrent à faire bâtir les monastères. En raison même des interdictions touchant le travail manuel, il était logique qu’on cherchât en dehors du monde monastique la main-d’œuvre requise pour l’entretien de ces propriétés. Une histoire du Vinaya nous fait entrevoir l’origine de l’acceptation de cette main-d’œuvre. Aux termes de ce texte, le moine Pipphalî Mâṇava surveillait le travail de nivellement du sol lorsqu’il fut remarqué par un prince. Celui-ci lui offrit des “ârâmika” pour ce travail mais le moine avant de se prononcer tint à obtenir l’autorisation du Buddha. C’est ainsi que le prince put faire le don de cinq cents ârâmika, qui s’établirent, avec leur famille, dans un village près du monastère et commencèrent à travailler pour leurs nouveaux maîtres.156 Le contexte prouve qu’il s’agit d’un don de 500 hommes et nous y voyons des esclaves plutôt que dès hommes libres. Quant à leur titre d'ârâmika, remarquons que le monde monastique l’a très probablement emprunté au lexique profane : les riches possédaient hors de la ville des maisons de plaisance (ārāma) ; l’homme qui s’occupait de l’entretien de ces bâtiments, de leur parc, etc., s’appellait ârâmika. Le mot révèle de lui-même la nature du travail accompli. (Il semble que bientôt le problème de la surveillance du travail de ces ârâmika se posa, car sans surveillance, remarque-t-on, ils ne travaillaient pas bien. Alors on décida d’élire un moine comme ârâmika-pessaka, surveillant des ârâmika.157)

  • 158 Dh-a, iii-72.
  • 159 Thg-a, 17.
  • 160 cité par Rahula, op. cit., p. 146.

53Examinant le problème sous un autre angle, nous relevons le cas d’un homme qui renonça au monde, devint moine mais continua à se servir de ses esclaves, qu’il faisait venir de chez lui.158 Cela veut dire que la renonciation au monde n’entraînait pas automatiquement l’affranchissement des esclaves en éteignant les droits juridiques du renonçant. Il est vraisemblable d’autre part que le refus d’accepter des esclaves ne s’appliquait qu’aux esclaves voulant devenir moines sans l’autorisation de leur maître. Par contre, l’ordre avait trouvé le moyen d’accepter la main-d’œuvre servile pour les travaux de monastère : si un maître la lui offrait en pieuse donation. L’histoire du moine Dâsaka qui, esclave d’un riche, fut affecté comme huissier à un monastère en donne l’exemple. Il travailla à la porte du monastère et, obtenant le consentement de son maître, devint moine.159 Jusqu’à son affranchissement, à la veille de sa renonciation, il n’était qu’un esclave au service du monastère. Buddhaghosa le confirme : “Les rois ont donné des esclaves ârâmika aux monastères. Il ne faut les convertir que lorsqu’ils ont été affranchis”.160

Le kappiyakâraka

  • 161 supra, p. 100
  • 162 Dh-a, i-19.
  • 163 Notons qu’un kappiya kâraka pouvait être un homme libre
  • 164 Sp-s, ii-204.

54A côté du terme ârâmika, nous relevons celui de kappiya kâraka faiseurs d’arrangements” qui désigne des laics chargés d’exécuter des actes interdits aux moines mais nécessaires néanmoins. Dans le Vinaya161 ; où il est question d’accepter un ârâmika au service de la communauté, puisque le Buddha l’a autorisé, on parle également d’accepter un kappiya kâraka. Bien qu’on ne cite pas à leur sujet des faits identiques, le statut des kappiya kâraka paraît semblable à celui des ârâmika, car on remarque : “Ils ne peuvent être acceptés s’ils sont offerts comme esclaves, mais peuvent l’être s’ils le sont comme ârâmika ou kappiya kâraka. Le silence du Vinaya sur l’origine de cette admission, bien que gênant, n’est pas total et on peut entrevoir les circonstances qui ont pu lui donner naissance. Commençons de nouveau par l’interdiction d’accepter les esclaves. Pour les gens en bonne santé, cela ne posait pas de problèmes. Mais que faire des gens qui souffraient de quelque infirmité ? Une pareille situation s’était présentée quand un aveugle se fit moine. Son cadet voulut lui offrir deux garçons-esclaves, que l’aveugle refusa, en raison de l’interdiction. Or le cadet les affranchit, les fit ordonner moines auprès de son aîné et leur commanda de bien servir leur nouveau maître.162 Dans ce cas, les garçons n’étaient plus esclaves, mais l’intention de leur maître était claire, il les avait affranchis pour qu’ils continuassent de servir un autre. Des situations semblables ont dû jouer dans l’établissement de cette institution du kappiya kâraka à l’intérieur de l’ordre. Il s’agissait d’un homme se mettant à la disposition d’un moine. De ce point de vue, son lien avec l’ordre passait par le moine, (en contraste avec celui de l'ârâmika, qui était affecté au service du monastère).163 Les justes remarques de Buddhaghosa à ce sujet sont à relever : “Les upâsaka, voulant accroître leur mérite, ordonnent à quelques uns de leurs employés de servir les moines”.164

Les exemples historiques

  • 165 cité par Lingat, Le Vinaya..., op. cit.

55La tradition confirme l’existence de ces esclaves. Le pélerin chinois Yi-tsing les vit dans un monastère. Il est question de terres, de maisons, d’esclaves...laissés par un bhikkhu...et plus loin Yi-tsing ajoute : “Certains biens, comme les esclaves, le bétail, sont rattachés à la catégorie de garu-bhaṇḍa et deviennent la propriété de la “Communauté des quatre régions”.165 Le garu-bhaṇḍa constitue “l’équipement de poids”, le fonds.

  • 166 Cité par R.C. Mitra, LeDéclin du bouddhisme en Inde, thèse à la Sorbonne, 1949, p. 17

56Le fait que les monastères étaient en droit d’accepter les esclaves est démontré également par le récit d’un autre pélerin, un Coréen, Huee-Ch’ao, qui visita l’Inde dans le premier quart du VIIIe s. Parlant du roi turc du Gandhâra, il décrit comment ce fervent bouddhiste faisait don de ses biens avec ses femmes aux moines et puis les rachetait lui-même.166

  • 167 Pour les détails voir supra, p. 37.
  • 168 Bhante, amhehi itipubbe neva pitînam ṇa pitâmahânam evarûpam suta-pubbam, dit un arâmika au chef d (...)

57Il en est de même à Ceylan, où l’on a toujours essayé de se confirmer aux textes palis.167 D’après un incident cité par Buddhaghosa, les familles d'ârâmika qui travaillaient dans le monastère du Citta-latâ parvata (à Ceylan) pouvaient bien avoir été employés depuis plusieurs générations.168 Elaborant les règles de l’emploi de ces ârâmika, Buddhaghosa prévoit une situation où faute de travail au monastère, ils peuvent aller travailler ailleurs. Dans ce cas, il recommande d’accepter les gages remis par eux.

Les nonnes et les esclaves

58Quant aux nonnes, remarquons que la litérature palie ne procure pas d’exemples d’acceptation d’esclaves dans les couvents. L’interdiction pour les nonnes de les accepter, fut-elle totale ?

Notes

1 Voir K.P. Jayaswal, Hindu Policy, Bangalore, 1943, p. 394 :
“From a statement of Patañjali, it is clear that in a republic, there used to be slaves and artisans to whom the peculiar forms which denoted the citizens of a particular republic did not apply...”
Aussi V.S.Agrawala, op., cit. p. 425 ; “...the political sovereignty was in the hands of the dominant ksatriya clan, who had founded that janapada...Patañjali definitely states that such words as kṣâudrakya and mâlavya denoted only a member of the ksatriya caste, and not other sections of the population, such as labourers and slaves living among them”.
Voir également, R.S.Sharma, J.B.R.S., t. 34/4, 1953.

2 D. I, 87.

3 j, iv-148.

4 j,i, 88 ; Filliozat, Manuel., t.i, p. 481.

5 Il faut noter qu’il est difficile de distinguer les fonctions réservées exclusivement aux esclaves. On parle d’ordinaire des esclaves et des serviteurs ensemble, en se servant du composé dâsa-kammakara.

6 D-a, ii-14. La troupe héréditaire selon Kauralya, le maula-bala, ix-2, était-elle composée d’hommes semblables ?

7 j, vi-135, iv-304.

8 j., vi-489.

9 j., vi-138.

10 j, i-58 ; aussi W. Rockhill, The Life of the Buddha, Londres, 1884, p. 19.

11 j, iv-148 ; Bur, i-228.

12 Dh-a, iii-254.

13 j, iv-145 ; Rockhill, op. cit., p. 120.

14 j, iii-162 ; vin., i-240 ; Dh-a, i-363.

15 j, iii-105.

16 Bur, i-260, Dh-a, i-398.

17 ibid., i-180.

18 j, iii-293.

19 Dh-a, i-290.

20 j, ii-378.

21 Bur, i-204.

22 iii-64.

23 j, vi-69.

24 Thig-a, 55.

25 S-a, 16-11 ; Thg-a, 261.

26 j, iv-276.

27 vin., iv-162.

28 Dh-a, i. 180.

29 Dans le Tipiṭaka, il n’y a pas une seule référence concernant la mise en feu de la forêt, pour la livrer à la culture.

30 Toute cette activité augmentait la surface de terre cultivée et assurait l’approvisionnement continuel d’une population croissante, ce dont témoigne la prospérité des villes déjà existantes et l’établissement de nouvelles villes. Nous pouvons le déduire du fait que les setthi faisaient le commerce du riz en employant par centaines des chars-à-bœufs (j, i-467). Dans l’histoire du setthi Meṇḍaka on remarque que la plus grande partie de sa production agricole était destinée au marché (Dh-a, i-384).

31 Que les brahmes aient pu posséder des terres, est confirmé par les Dharma-sûtra, lorsqu’on y recommande le don de terres aux brahmes savants. (voir Vâs., vi-32). Une autre clause nous apprend qu’il était interdit aux brahmes de cultiver la terre personnellement (Gaut., x-5-6) mais laisse entendre qu’il leur était possible d’employer à cet effet d’autres personnes. Cellesci pouvaient être des métayers, des serviteurs et des esclaves. Quant à l’emploi de ces derniers, n'oublions pas que les brahmes pouvaient les recevoir même en don. En fait l’emploi d’esclaves sur les terres de brahmes de Mithila nous est confirmé par les deux documents de vente d’esclaves dont nous avons déjà parlé (supra, p. 21). Ces brahmes étaient évidemment très soucieux de ne pas violer de pareilles injonctions. Nous savons d’autre part, que dans les régions de l’Himalaya (Kumaon, Garhwal) les brahmes et les radjpoutes employaient les esclaves à de semblables travaux jusqu’en 1843 et qu’ils invoquaient, eux aussi, le code religieux pour justifier cette pratique (Parl. papers, op. cit., p.8). On peut donc supposer que dans ces villages de brahmes, l’agriculture était une besogne considérée comme normale pour les esclaves et serviteurs.

32 vin., ii-180 ; Sp., p. 1274.

33 Hor., v-253.

34 Bur., i-232 ; A coup sûr, il y a là de l’exagération, mais sous la caricature, les rédacteurs ont essayé de décrire la vie menée par leurs héros, vie caractérisée par l’absence de tout travail productif.

35 j. i-57.

36 Dh-a, iii-254 ; j, v-412.
Il faut remarquer également que dans les histoires concernant les régions oligarchiques, les autres catégories de paysans ne sont pas souvent décrites. Ce qui contraste étrangement avec les données précises que nous possédons sur leur état dans les monarchies.

37 En marge de ces différentes possibilités, il faut prévoir également le dépeuplement de certaines régions cultivées, qui sont envahies par la forêt.

38 j. iv-315.

39 ibid., v-278.

40 Seul le roi Mahâ-Sudassana en possédait 84.000 (D, xvii-ii-5) et l’épouse abandonnée par le Buddha avait 40.000 co-épouses ; j, iv-282.

41 j, vi-49, 144.

42 ibid., V-178, gâthâ 192.

43 D, xix-49.

44 M-a, 82. On peut-noter que sur les 40.000 femmes du Buddha, il n’y a que 1.090 filles de khattiya. Les autres étaient-elles des nâtaka-itthi ?

45 j, iii-40, 408 ; Thig-a, vers 632-44. Au pluriel, “nâtakiniyo”.

46 Dh-a, iii-166.

47 j, v-278.

48 j, v-259.

49 j, vi-289.

50 j, vi-43.

51 j, iii-40 ; S-a, 35-115.

52 A ce propos on lira avec intérêt les remarques de Quintus Curtius : “Le roi est suivi par un cortège de concubines portées dans des palanquins dorés. Séparée de la suite de la reine, cette partie du cortège est, (néanmoins) également splendide”. (Quintus Curtius Rufus, The hist. of the life and reign of Alexander, the Great, Londres, 1809, p. 267-8).

53 j, v-278.

54 ii-184. — Dans un autre texte la suite d’un prince est composée exclusivement de femmes, D, ii-9. — D’après Strabon, le roi, sorti pour une visite, est entouré de nombreuses femmes... Lors de la chasse, écrit le même auteur, ces femmes suivent leur maître, en char, à dos de cheval et même d’éléphant. Elles sont bien armées...Anc. India as described by Megasthenes..., Londres, 1877, P· 72-3.

55 Dh-a, i-190, 195, 203.

56 D, iii-i-16.

57 S-a, xxii-11-v-4

58 A-a, iv-iv-31-2.

59 j, i-84 ; Sp, p. 1004.

60 j, i-211, iv-370.

61 j, i-147.

62 j, iv-150.

63 j, iii-93.

64 vin., iv-159 ; j, iii-79 ; Bur., ii-101.

65 i-21.

66 j, vi-230.

67 j, v-354.

68 i-52.

69 j, iv-370.

70 vin., i-271 ; Sp, p. 1117.

71 j, i-290.

72 j, iv-37. Notons que, par analogie avec les êtres humains, les rédacteurs du Tipiṭaka'accordent la distinction d’une suite même au monde des bêtes. Voir par exemple, j,v-417.

73 S-a, xxii-11 ; v-4.

74 j, vi-262.

75 Thg, gâthâ, 299.

76 Tgh, 53.

77 j, v-211.

78 Sp-s, p. 55, 91.

79 ibid., p. 92.

80 S-a, xxii-11 ; Dh-a, i-342.

81 Observons que les femmes de la suite d’une reine ou d’une bourgeoise n’étaient pas toujours à l’abri de la fantaisie de leur maître, roi ou maître de maison. Il pouvait prendre l'une d’elles pour maîtresse sans se soucier de son avenir. Ces femmes de parijana n’existaient que pour le divertissement du maître, comme le remarque le Mârkaṇḍeyapurâṇa (65-15). Les victimes de ces rencontres n’avaient aucune protection ni devant la loi ni devant la jalousie de leur maîtresse. La grand’mère du roi Viḍûḍabha devait ainsi mettre au monde une fille. Pourtant elle resta esclave toute sa vie.

82 j, ii-87 ; iii-121.

83 j, vi-384.

84 j, vi-385.

85 Dh-a, i-180, ii-260.

86 j, i-341.

87 Dh-a, i-215 ; Thig-a, 64.

88 j, iii-309.

89 iii-13.

90 j, vi-74.

91 j, i-57, iii-31.vi-485.

92 j, vi-332 ; Sp-s, ii-234.

93 j, ii-224.

94 j, v-282.

95 j, vi-230.

96 Sp, p. 940.

97 j, ii-325.

98 Voir le conte où une nourrice ose frapper sa “fille”, j, v-282.

99 j, vi-1 ; D-a, xiv, i-34.— Les qualifications des nourrices sont mieux précisées dans la littérature d’Âyurveda. Cf. Suśruta, śārīr. x, 25 et Caraka, śārīr. viii, 51. D’après le dernier les nourrices doivent être samānavarṇā “de même caste” (que l’enfant), deśajātīya “de même contrée et anantyāvaśāyinī “de caste non inférieure”.

100 j, iii-309.

101 j, v-296.

102 Dh-a, iii-300.

103 Thig-a, 65 ; Dh-a, iii-157

104 Dh-a, iii-321.

105 Il semble que ces esclaves à la cruche, étaient souvent les victimes de la concupiscence des hommes puissants. Nous le remarquons dans les paroles d’une bru, qui, forte de l’appui de ses parents, rappelle à son beau-père qu’elle n’est pas une quelconque kumbha-dâsî ramenée d’une source, Dh-a, i-400.

106 vin., ii-154.

107 j, i-318.

108 Thg.-a, 17.

109 vin., i-271.

110 Dh-a, iv-210.

111 vin., ;-i237.

112 M. 56.

113 Il faut distinguer cet huissier d’un homonyme, qui contrôlait la porte de la cité et jouissait d’une posidon beaucoup plus élevée 5 j,iii-8, iv-289 ; D, xxvi-9 5 Sp, p. 422.

114 vin., i-280.

115 S-a, xxii-11, iii-8 5 vin., i-243.

116 j, iii-142.

117 D, v-18 5 M, 51.

118 vin., ii-109.

119 Bur, ii-123, iii-41.

120 vin., iv-159.

121 j, iii-439, 497·

122 j, i-364, 451.

123 j, ii-428, iii-162, Dh-a, iii-363.

124 vin., iii-135 ; Dh-a, ii-17.

125 j, iii-162.

126 M-a, 21-13.

127 j, vi-117.

128 j, ii-428.

129 vin., iii-135 ; Sp-s-ii, p. 47.

130 j, i-484.

131 j, i-402.

132 La présence de ces esclaves domestiques peut être relevée également dans les Dharma-sûtra. Voir Vâs., xv-11-2, Apastamba, i-5-16, 31.

133 vin., ii-159.

134 j, i-378, iii-196.

135 j, i-1081.

136 Thg-a, 37.

137 vin., i-243, iv-334.

138 j, i-295, 355, iii-147, 361, iv-219 ; vin., iv-224.

139 J. Bloch, Inscriptions d’Asoka, Paris, 1955, no. xiii. Il serait intéressant d’imaginer les effets de cet état de choses sur l’esclavage : augmentation de prix des esclaves, difficulté de remplacement, etc.

140 D-a, ii-37.

141 Vv-a, 62.

142 Dh-a, iii-486.

143 Vv-a, 50.

144 M, 21-13.

145 D, xxxi-27.

146 Bloch, op. cit., no. ix.

147 vin., iii-15, iii-161 ; Sp-s, ii-p. 238.

148 Il est à remarquer cependant qu’une fois, M, ii-149, le Tipitaka oppose l’ensemble des quatre varṇa qui constituent la société indienne, aux ariya et dâsa, pris comme totalité de la société au Kamboja et au pays de Yona.

149 Thig-a, 47.

150 Dh-a, i-239.

151 vin., i-76, ii-271.

152 Early monastic Buddhism, Calcutta, t. i, 1941 ; t. ii, 1945.

153 t. ii, p. 212, 217, 218,

154 op. cit., p. 413.

155 “Un travail régulier, de quelque sorte que ce fût, était complètement étranger à la vie monastique.... Tous les instants et toutes les forces du moine étaient accaparées par des exercices religieux...”, Oldenberg, op. cit., p. 405.

156 vin., iii-248 ; Sp., p. 709.

157 vin., ii-6.

158 Dh-a, iii-72.

159 Thg-a, 17.

160 cité par Rahula, op. cit., p. 146.

161 supra, p. 100

162 Dh-a, i-19.

163 Notons qu’un kappiya kâraka pouvait être un homme libre

164 Sp-s, ii-204.

165 cité par Lingat, Le Vinaya..., op. cit.

166 Cité par R.C. Mitra, LeDéclin du bouddhisme en Inde, thèse à la Sorbonne, 1949, p. 17

167 Pour les détails voir supra, p. 37.

168 Bhante, amhehi itipubbe neva pitînam ṇa pitâmahânam evarûpam suta-pubbam, dit un arâmika au chef du monastère, Sp-s, ii-213.

© Institut Français de Pondichéry, 1957

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search